Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201643 – Haute-LoireCommune d’Yssingeaux

2016
43 – Haute-Loire

Commune d’Yssingeaux

Prospection diachronique (2016)
Responsable d’opération : Catherine Simon

Texte intégral

1Depuis 2013, plusieurs opérations menées sur Yssingeaux ont permis de mieux appréhender le contexte archéologique du centre-ville. La première mention d’Yssingeaux date de 985, d’après les archives. Les opérations de prospection inventaire effectuées à l’occasion des travaux en 2015 et en 2016 ont permis d’affirmer la présence d’occupations antérieures et de préciser les connaissances sur la topographie urbaine médiévale. Le suivi régulier des tranchées de réseaux (réseaux existants, dont la largeur était parfois agrandie), avec prélèvement du mobilier archéologique, relevé ou croquis des stratigraphies conservées (il n’était pas toujours possible de descendre dans les tranchées, pour des raisons de sécurité) et datation 14C de certains éléments, a livré les résultats suivants :

2Dans les tranchées de réseaux, ont été recueillis plusieurs tessons datables des ier-vis. Une poche de charbon de bois, piégée avec du mobilier céramique antique, est datable de la deuxième moitié du ier s. apr. J.‑C. (datation 14C). Ces éléments permettent de confirmer la présence d’un contexte romain, comme l’avait fait entrevoir la découverte d’un four à chaux antique en 2013 (Delhopital 2014, p. 58-59).

3Concernant le cimetière attenant à l’église Saint-Pierre, les nombreux ossements humains en réduction et la sépulture en place datée fin ixe-début xis. apr. J.‑C. mettent en évidence qu’un espace important de l’actuelle place Carnot était un lieu de sépulture avant le xvie s. À partir de 1506, au moins, le cimetière n’est sans doute plus actif, puisque la place accueille un marché tous les jeudis (Perrel 1996, p. 103).

4L’opération de prospection de 2016 a aussi permis de constater que le cimetière s’étendait au-delà de la place Carnot. Outre la découverte de nombreux ossements humains épars, le sud du centre-ville (rue Mercière) a révélé la présence de deux sépultures médiévales, dont l’une d’enfant, datées entre le viiie et le xs. (datations 14C).

5Les travaux ont enfin permis de localiser un réseau de canalisations maçonnées en dalles de basalte et de lauzes. Aucun élément ne permet de proposer une datation précise, mais leur nature laisse envisager un aménagement moderne. Certaines de ces canalisations pourraient être des aqueducs destinés à alimenter l’ancienne fontaine de la place Carnot, des égouts ou des galeries drainantes.

6En conclusion, la surveillance des travaux dans le centre-ville apparaît avoir été extrêmement enrichissante pour la connaissance du patrimoine archéologique d'Yssingeaux. Nous espérons que d’autres découvertes pourront éclaircir les observations faites lors de cette opération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Simon, « Commune d’Yssingeaux » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 07 février 2021, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/65645

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Simon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search