Navigation – Plan du site
2007

Occupation humaine en Vercors Trièves de la fin de la Tène à la fin de l’Antiquité tardive d’Entraigues à Lavars : sur les traces d’itinéraires antiques

Responsable(s) des opérations : Yannick Teyssonneyre
Notice rédigée par : Yannick Teyssonneyre

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229391

Date de l'opération : 2007 (PT)

1L’opération engagée cette année dans le Trièves et le Valbonnais avait pour objectif la recherche de l’occupation humaine dans l’Antiquité et notamment le canevas routier qui la structure. La recherche d’itinéraires antiques reste relativement difficile dans les régions montagnardes du fait du relief et de l’érosion, mais également en raison de l’absence quasi totale de données. Le Valbonnais et le Trièves semblent délaissés par la recherche et les rares découvertes sont souvent le fait de travaux d’aménagement. Un travail de géographie historique et de cartographie préalable a donc été nécessaire pour entamer cette prospection, opérée entre les communes de Lavars en Trièves et d’Entraigues dans le Valbonnais. La rareté des découvertes archéologiques nous a poussés à rechercher les itinéraires antiques car les routes, de par la pluralité de destinations qu’elles impliquent, doivent forcément passer à proximité de points névralgiques habités, en d’autres termes de carrefours.

2En envisageant les routes et les chemins comme d’anciens axes vitaux pour les relations humaines dans les territoires d’altitude, notre prospection a posé d’emblée le problème de définition des carrefours de communication souvent assimilés dans ces régions à des relais routiers. Pour la période romaine, les relais routiers possèdent différentes attributions qui leur confèrent un nom distinct : on identifie ainsi les mansiones, les mutationes et les stationes, etc. Ces établissements ponctuaient les longs voyages, les plus importants distants d’au moins un jour de route. Cette recherche a conduit notre prospection sur le site à tegulae du Barbier et Clos à Saint-Jean-d’Hérans. En l’absence d’opération archéologique, l’existence d’un relais reste une hypothèse. La permanence d’occupation de ce site semble a priori longue et ininterrompue. En effet, le mobilier moderne découvert vient compléter celui déjà publié par J.-P. Jospin qui avait déjà remarqué les origines différentes et la pluralité du mobilier céramique, démontrant ainsi le dynamisme des productions céramiques gallo-romaines. Le site à tegulae du Marcellaire à Lavars, cité dans la CAG, n’a pas été retrouvé mais, à son emplacement, des ruines modernes ont été vues. Ces sites ont été prospectés pour l’intérêt topographique qu’ils présentent dans la problématique liée à la recherche des établissements relais.

3Les cours d’eau ont fait également l’objet d’une attention particulière car ils complétaient naturellement le réseau routier en accueillant le transport des hommes et des marchandises. La Bonne, la Malsanne, le Drac et l’Ebron doivent également être perçus comme des routes fluviales plausibles afin d’envisager pleinement le réseau de communications antiques. Un rocher gravé de croix et de plusieurs dates s’échelonnant entre le XVIIe s. et le XVIIIe s. a été découvert au dessus de l’embranchement de la Bonne et de la Malsanne. Il atteste une activité routière moderne.

4La traversée de tels cours d’eau ne pouvant s’envisager que via des ponts, notre travail s’est attaché à présenter l’ensemble des structures présentes sur le secteur. Ces ouvrages ont toujours constitué un enjeu financier qui devait être à l’époque romaine à la charge de circonscriptions locales comme les pagi, voire les cités (civitates). Malheureusement, aucune de ces entités n’est attestée. L’historiographie ne les présente qu’à titre d’hypothèses de travail ou de suppositions. Les trois ponts présentés dans le rapport pourraient être les vestiges de cette activité routière antique.

5Le tracé de la voie secondaire proposé part de Pont Vieux à Entraigues, passe par Valbonnais, et rejoint la commune de Sousville en traversant par le pont du Prêtre. L’itinéraire antique pouvait également débuter à Valjouffrey, en passant par la voie pavée de la Rochette à Entraigues, et rejoindre la commune de Sousville au Pont de Ponthaut. De là le tracé rejoignait directement le pont de Cognet par Ponsonnas ou transitait par La Mure. De Cognet, le parcours rejoint le col de Cornillon par Saint-Jean-d’Hérans. Du col de Cornillon, l’itinéraire peut s’engager sur la voie de Villard-Jullien ou descendre directement sur le pont de Brion par le lieu-dit du Marcellaire. Le trajet présenté demeure une hypothèse pour plusieurs raisons : tout d’abord, la romanité des ponts présentés n’est pas assurée. Des analyses des mortiers permettront de proposer une datation pour ces structures en bien mauvais état. Il faut également noter que les voies pavées ne sont pas obligatoirement romaines, mais le plus souvent modernes. L’absence de mobilier archéologique empêche de dater ces sections. Il conviendrait donc d’en fouiller quelques-unes et essayer de rechercher, par une fouille extensive, la voie transitant par Saint-Jean-d’Hérans.

6TEYSSONNEYRE Yannick

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yannick Teyssonneyre, « Occupation humaine en Vercors Trièves de la fin de la Tène à la fin de l’Antiquité tardive d’Entraigues à Lavars : sur les traces d’itinéraires antiques », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6766

Haut de page

Responsable d'opération

Yannick Teyssonneyre

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals