Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine200817 – Charente-MaritimeVérines – Le Clos Marchand

2008
17 – Charente-Maritime

Vérines – Le Clos Marchand

Responsable d’opération : Jean-Paul Nibodeau

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204624

Date de l'opération : 2008 (EX)

1Cette opération, engendrée par un projet de lotissement sur une emprise de 7 450 m2 , était justifiée par sa localisation à l'ouest du bourg de Vérines et au nord de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption, ancien prieuré cure dépendant de Saint-Pierre-d'Anais.

2À l'exception de deux fossés de parcellaire et d'un groupe de fosses d'extraction de la marne d'époque moderne, ce diagnostic a révélé un ensemble de structures agraires également attribuables à cette période, voire au XIXe  s. Ces dernières sont constituées par des fosses qui se répartissent en trois groupes :

3   • quatre fosses quadrangulaires de 0,60 m à 0,80 m de côté, pour une profondeur supérieure à 0,20 m, à fond plat irrégulier ;

4   • des fosses circulaires dont le diamètre est compris entre 0,30 m et 0,60 m, avec une profondeur moyenne de 0,10 m. Leur fond irrégulier est en cuvette. Elles se répartissent en lignes orientées nord-est – sud-ouest, leur espacement est compris entre 3,60 m et 4,40 m ;

5   • cinq fosses allongées d'une largeur comprise entre 1,10 m et 1,55 m pour une profondeur de 0,30 m en moyenne. Leur fond est plat et les bords sont presque verticaux.

6Les remplissages de ces structures sont constitués de sédiment argilolimoneux brun à cailloux et pierrailles (comme le terrain environnant), à l'exception de ceux des fosses allongées qui ne sont composés que de sédiment limoneux brun foncé sans cailloux. Il s'agit d'un remplissage volontaire de terre criblée. Les rares tessons de céramiques indiquent le XVIIIe  s. pour les fosses circulaires et quadrangulaires et le XIXe  s. pour les fosses allongées. Si les deux premiers types de fosses peuvent être interprétés comme des fosses de plantation d'arbres ou d'arbustes, voire de vignes, les fosses allongées ont du servir à la culture de plantes nécessitant un terrain profond, ameubli et dépourvu de cailloux.

7Ces structures renvoient à une occupation de type verger et jardin. Aucune trace d'une occupation plus ancienne n'a été mise en évidence.

8NIBODEAU Jean-Paul

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Vérines – Le Clos Marchand » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/677

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Nibodeau

INRAP

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Paul Nibodeau

INRAP

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search