Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202063 – Puy-de-DômeAubière – Rues Saint-Antoine, Tur...

2020
63 – Puy-de-Dôme

Aubière – Rues Saint-Antoine, Turenne et Gounod (îlot Montagnon)

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2020 : Aubière (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) rues Saint-Antoine, Turenne et Gounod (îlot Montagnon), rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1L’emprise ne concerne qu’une partie (environ un tiers) de l’ancien cimetière Saint-Roch puisque le reste se trouve sous la rue Turenne et les maisons qui la bordent. On peut distinguer deux zones.

2La zone d’inhumation réunit 30 sépultures dans 48 m2 répartis dans les trois sondages. Même si la stratigraphie des sépultures est peu développée, il faut sans doute considérer qu’elles sont plus nombreuses que ne le fait apparaître un simple décapage dans le cadre d’un diagnostic. Si l’on fait l’hypothèse d’un coefficient de 50 % de sépultures supplémentaires, on obtient une densité d’environ une inhumation par mètre carré. Sur cette base, on peut faire l’hypothèse de la présence de 300 individus sur le terrain étudié : en effet, il semble que seule une zone de 300 m2 sur les 500 que compte le terrain ait été utilisée comme zone d’inhumation. Il serait nettement plus hasardeux d’étendre cette estimation à la totalité du cimetière puisque les densités peuvent varier suivant les secteurs et les périodes d’utilisation.

3Une partie des sondages 2 et 3 ne présente aucune sépulture, ni même ossement erratique. Dans ces parties, le sédiment est homogène (US 4). Cette zone, située dans l’angle nord-ouest de l’emprise correspond à la partie figurée comme construite sur le cadastre napoléonien. On peut noter que si l’orientation des sépultures est globalement ouest-est, la déviation observée s’aligne sur le parcellaire, confirmant l’existence de bâti au moment des inhumations. Le cimetière Saint-Roch est connu par les textes d’archives, qui permettent de supposer une inauguration à la fin de xvie s. Il a donc fonctionné en parallèle avec celui situé autour de l’église, sans que les modalités qui régissent l’inhumation dans l’un ou l’autre des cimetières ne soient clairement définies. Les registres des sépultures ne précisent pas le lieu d’inhumation. Ils sont en outre absents pour la période de 1624 à 1638. Des testaments évoquent un « simetière nouveau » et une volonté d’y inhumer les individus « suspectés de contagion », ce qui permet de supposer que l’inauguration du cimetière Saint-Roch est liée à l’épidémie de Peste. Il est par la suite resté en activité et devient probablement le principal cimetière, alors que les places autour de l’église ne sont surement réservées qu’aux plus aisés des Aubiérois.

4Les sépultures mises au jour lors du diagnostic sont dérasées et souvent affleurantes. Au sud-ouest de l’emprise (SD1 et 2), les couvercles ou parois des cercueils de bois sont visibles. Elles ne se recoupent principalement que sur les bords, ce qui suppose que les tombes étaient marquées ou encore suffisamment visibles pour être respectées lors du creusement des nouvelles sépultures. La période d’utilisation du cimetière Saint-Roch a été relativement courte (fin xvie-milieu xixe s.), mais les sépultures mises au jour lors du diagnostic semblent ainsi avoir été installées sur une période encore plus brève.

5Une datation radiocarbone a été réalisée sur une des sépultures mises au jour, afin de préciser la période d’utilisation de cet espace sépulcral. Les résultats ne sont pas aussi précis que l’on pouvait l’espérer, puisque la calibration à deux sigmas (95,4 %) donne une fourchette allant de 1669 à 1944. Le cimetière n’étant plus en activité après le milieu du xixe s., le niveau d’inhumations mis au jour serait donc daté d’une période comprise entre la deuxième moitié du xviie et le milieu du xviiie s.

6Ces sépultures relèveraient donc de la seconde moitié de la période d’utilisation du cimetière Saint-Roch, après les résurgences de l’épidémie de Peste, évoquée dans des testaments d’Aubière pour la fin du xvie s. et connus dans la région jusqu’en 1631-1632. Ces datations concordent avec les données archéologiques, puisqu’aucun indice ne permet d’identifier une crise de mortalité. Toutes les sépultures qui ont été observées sont individuelles et dotées d’un contenant en bois adaptées au défunt. Ces contenants correspondent en majorité, voire en totalité, à des cercueils ayant vraisemblablement servi au transport des défunts jusqu’à la tombe (présence de clous). Ce recours systématique au cercueil semble peu caractéristique des sépultures du xviie ou du début du xviiie s., de même que l’absence de mobilier dans les tombes (aucun chapelet et aucune médaille). Ces caractéristiques invitent davantage à envisager qu’il s’agit de tombe de la seconde moitié du xviiie, voire du xixe s. Le recrutement de l’ensemble funéraire ne peut être abordé dans le détail, mais on remarque qu’environ la moitié des sépultures abritaient un individu immature, parmi lesquels toutes les classes d’âge semblent représentées, y compris les plus jeunes.

Fig. 1 – Plan des sondages et des vestiges

Fig. 1 – Plan des sondages et des vestiges

DAO : D. Parent (Inrap).

Fig. 2 – Vue en coupe des sépultures SP1 et SP7

Fig. 2 – Vue en coupe des sépultures SP1 et SP7

Dans le sondage profond du sondage 1.

Cliché : D. Parent (Inrap).

Fig. 3 – Vue générale des sépultures SP8 à 15

Fig. 3 – Vue générale des sépultures SP8 à 15

Après dégagement superficiel de l’extrémité occidentale du sondage 1.

Cliché : I. Thomson (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des sondages et des vestiges
Crédits DAO : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Fig. 2 – Vue en coupe des sépultures SP1 et SP7
Légende Dans le sondage profond du sondage 1.
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Titre Fig. 3 – Vue générale des sépultures SP8 à 15
Légende Après dégagement superficiel de l’extrémité occidentale du sondage 1.
Crédits Cliché : I. Thomson (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Aubière – Rues Saint-Antoine, Turenne et Gounod (îlot Montagnon) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/68234

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search