Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202063 – Puy-de-DômeClermont-Ferrand – Place de Regen...

2020
63 – Puy-de-Dôme

Clermont-Ferrand – Place de Regensburg

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2020 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) place de Regensburg, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic répond à une demande anticipée de prescription d’archéologie préventive présentée par Clermont Auvergne Métropole en amont du réaménagement des espaces publics du secteur de la place de Regensburg à Clermont-Ferrand. Ce quartier, situé dans la partie sud-ouest de la commune, a été aménagé dans les années 1970 à l’emplacement d’une zone humide, voire marécageuse, inscrite dans la bordure sud-ouest du maar de Clermont-Chamalières. Dans l’Antiquité, ce secteur se trouvait à la périphérie sud-ouest d’Augustonemetum, à quelques centaines de mètres du sanctuaire de plein air de la Source des Roches. Aucun vestige archéologique n’y est recensé.

2L’emprise prescrite, de 30 000 m2 environ, est traversée par plusieurs rues et englobe deux places, des immeubles et divers aménagements (aires de stationnement, allées, plantations, aire de jeux...). Elle comprend également une zone de 6 300 m2, anciennement occupée par un foyer, qui a déjà fait l’objet d’un diagnostic en 2018. Au final, seul un tiers environ de cette emprise globale a été soumise au diagnostic. Deux zones principales, de 5 000 m2 et 3 200 m2 environ, réparties de part et d’autre de la rue de La Rochefoucauld, ont été sondées, auxquelles s’ajoutent quelques sondages isolés. 28 tranchées de 3 m de largeur (1 100 m2) ont été réalisées selon un plan d’implantation défini en amont de l’intervention, en tenant compte de diverses contraintes et particulièrement de la présence de divers réseaux souterrains actifs.

3La stratigraphie mise en évidence par les sondages est simple et assez homogène dans l’ensemble de l’emprise étudiée. Au-dessus de couches de téphras remaniés en surface par des alluvions, situées à une profondeur de 2,20 m à 2,70 m, se développe une séquence de niveaux argileux hydromorphes, de 0,60 m à 1,20 m d’épaisseur, témoignant d’un milieu palustre ou semi-palustre, au sud. La partie inférieure de cette séquence, constituée au nord par une couche renfermant de nombreux végétaux gorgés d’eau, recèle ponctuellement quelques fragments épars de tuiles et de céramiques antiques (une cinquantaine de tessons au total recueillis dans l’ensemble des sondages). L’analyse de la couche tourbeuse a révélé une densité importante et une bonne conservation des carporestes. La partie supérieure de la séquence hydromorphe livre une faible quantité de mobilier en terre cuite des périodes médiévale et surtout moderne et contemporaine. Au sud, cette séquence est scellée par des colluvions limono-argileuses brunes, et, au nord, directement par des remblais hétérogènes des xixe-xxe s., dont l’épaisseur dépasse parfois 1 m. Ces derniers supportent les sols aménagés dans les années 1970.

4Les seuls vestiges structurés mis au jour par les sondages, datés de l’époque gallo-romaine, sont localisés dans la partie sud, et, surtout, sud-ouest, de l’emprise.

5Dans le sondage 15, un fossé ou une fosse de 2,30 m de largeur à l’ouverture et 0,70 m de profondeur (F6), s’étendant vers l’est et l’ouest, s’ouvre à 1,90 m de profondeur (fig. 1). Elle recèle un abondant mobilier céramique daté de la période augusto-tibérienne (premier quart du ier s. apr. J.-C.). En grande partie brûlé, ce mobilier s’accompagne d’esquilles d’os calcinés (humains et animaux), de verre, de clous en fer (notamment de chaussure) et de restes végétaux carbonisés. En l’absence d’ossuaire et d’offrandes secondaires, ce dépôt s’apparente davantage à des résidus de crémation qu’à une tombe stricto sensu. Cependant, la fouille incomplète de la structure ne permet pas de trancher sur sa nature exacte, d’autant qu’au sein du dépôt se trouve un col de cruche en position fonctionnelle pouvant évoquer un conduit à libations (fig. 2). Soulignons que la grande homogénéité de l’assemblage céramique, où domine la sigillée précoce de Lezoux, qui comprend notamment plusieurs formes inédites d’assiette et de bols (fig. 3), suggère que ce dépôt est vraisemblablement lié à une seule cérémonie funéraire. Pour sa part, l’analyse carpologique révèle la présence presque exclusive de légumineuses, et particulièrement de lentilles, ainsi que de morceaux de galette.

Fig. 1 – Sondage 15, fosse, en cours de fouille, vers le sud

Fig. 1 – Sondage 15, fosse, en cours de fouille, vers le sud

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

Fig. 2 – Sondage 15, dépôt de crémation en cours de fouille, détail d’un col de cruche

Fig. 2 – Sondage 15, dépôt de crémation en cours de fouille, détail d’un col de cruche

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

Fig. 3 – Mobilier céramique du dépôt de crémation F6

Fig. 3 – Mobilier céramique du dépôt de crémation F6

Sigillée de Lezoux : 1, assiette Consp. 12.5.2. ; 2, bol Lez. 40 ; 3, bol Consp. 31.1.2 ; 4, bol Consp. 31.2.1.

Dessins : A. Wittmann (Inrap).

6À la structure F6 est accolé un fossé est-ouest de 3,10 m de largeur à l’ouverture (F14), qui se prolonge à l’est jusqu’au sondage 24 (F11) où son tracé forme un coude pour se diriger vers le sud-est. Les deux branches du fossé affectent un profil en V très évasé. Leur profondeur peut être estimée à 1,40 m environ (base non atteinte). Ils sont comblés par du sédiment argileux beige, homogène et quasi stérile. S’agit-il d’un enclos fossoyé ? Cette hypothèse reste à confirmer. Il est en revanche avéré que son creusement est intervenu après le colmatage de la structure funéraire F6. C’est ce que montre l’analyse stratigraphique ainsi que le rare mobilier qu’elle a livré et qui inclut un fragment de sigillée des années 150-230 apr. J.-C. À 70 m à l’est de ces structures, deux étroits fossés accolés, comblés de limon argileux, ont été mis au jour vers -1,50 m dans le sondage 21, qui a également livré sept fragments d’amphores. Une datation antique n’est pas exclue mais, en l’absence de mobilier, n’est pas certaine.

7Les autres structures découvertes dans les sondages se rapportent à la période moderne/contemporaine et consistent, pour la majorité d’entre-elles, en des drains comblés de fragments de terre cuite architecturale et de céramique du xixe s. ou du début du xxe s.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sondage 15, fosse, en cours de fouille, vers le sud
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Fig. 2 – Sondage 15, dépôt de crémation en cours de fouille, détail d’un col de cruche
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 3 – Mobilier céramique du dépôt de crémation F6
Légende Sigillée de Lezoux : 1, assiette Consp. 12.5.2. ; 2, bol Lez. 40 ; 3, bol Consp. 31.1.2 ; 4, bol Consp. 31.2.1.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Clermont-Ferrand – Place de Regensburg » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/68340

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search