Navigation – Plan du site
2007

Lyon 2e « Lugdunum »

30, rue Sainte-Hélène ; Hôtel de Cuzieu
Responsable(s) des opérations : Stéphane Carrara et Catherine Argant
Notice rédigée par : Stéphane Carrara et Catherine Argant

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229692

Date de l'opération : 2007 (SP)
Inventeur(s) : Argant Catherine (COL)

1Après un diagnostic archéologique positif (C. Becker, SAVL), une fouille préventive a porté sur l’emprise d’une piscine. L’opération archéologique menée par le Service archéologique de la ville de Lyon, sur une surface d’environ 155 m2, a permis la mise au jour, sur l’ensemble de l’emprise de la fouille, de nombreux niveaux et vestiges concernant la période antique, en particulier différentes constructions se succédant de l’époque claudio-néronnienne (50-70) à la seconde moitié du IIIe s. (vers 220-270).

2L’opération, a permis de mettre au jour plusieurs sols d’occupation antique, associés à des murs en terre crue (torchis) sur sablière basse, à des murs présentant des fondations maçonnées et des élévations en terre crue, et des bases de pilier maçonnées. Ces vestiges permettent de restituer en partie l’organisation de différents bâtiments au cours des quatre états distingués (Fig. n°1 : Base de pilier et mur en terre crue appartenant à l'état 1 de la phase).

3La première implantation ex-nihilo, datée du troisième quart du Ier s. apr. J.-C. (50-70), repose à même le terrain naturel correspondant à une nappe alluviale caillouteuse déposée par le Rhône au cours du Ier âge du Fer (800-450 av. J.-C.) (Bravard et al., 1997). L’élévation des bâtiments est réalisée en murs de terre crue reposant pour certains sur des fondations maçonnées, d’autres étant installés sur des sablières basses reposant dans des tranchées de fondation. D’imposants massifs maçonnés, associés à ces murs, supportent des bases de piliers soutenant les charpentes. Les murs et les cloisons de terre crue conservent une partie de leurs enduits : peints à l’intérieur des pièces, blanc côté extérieur. La majorité des sols est en terre battue, seule une pièce présente un terrazzo.

4Les vestiges de l’état 1 semblent appartenir à au moins deux bâtiments aux vocations distinctes : un habitat et des espaces commerciaux de type entrepôt ou boutique (taberna).

5Le deuxième état d’époque flavio-trajane (70-120) voit la disparition des pièces d’habitation au profit d’espaces plus vastes dont les sols sont en terre battue. L’aspect sommaire de l’architecture (élévations en torchis sur clayonnage) rythmée par des séries de piliers, et son organisation, semblent indiquer l’existence de plusieurs bâtiments (d’axe nord-sud) à vocation commerciale de type taberna ou entrepôt. La multiplication des indices archéologiques permet d’attribuer la destruction de cet état à un incendie dont les traces sont visibles sur toute l’emprise de la fouille , et au-delà (Fig. n°2 : Sol de l'état 2 portant les traces d'un violent incendie (parois rubéfiées et effondrées)).

6Le troisième état, entre 120-140 et 220, peut être subdivisé en deux sous-états. L’état 3a correspond à une phase intermédiaire entre la démolition du deuxième état et l’installation des structures de l’état 3b, où l’on retrouve une aire de gâchage et des structures liées à des installations de chantier. L’état 3b voit la réinstallation d’un bâti lié à un habitat, alors que persistent un plan et une architecture caractérisant la présence de plusieurs espaces à vocation commerciale, boutiques ou entrepôts.

7Le dernier état (vers 220-270) concerne l’installation d’un caniveau et de son collecteur mis au jour au sud-ouest de l’emprise de la fouille. Dans la partie est, les espaces commerciaux (entrepôts ou boutiques) semblent perdurer avec toutefois quelques modifications architecturales, mais sans changement de plan ou sans reprises dans le gros œuvre. Quelques éléments archéologiques (fragments de creusets, chutes de bronze) et l’aspect des niveaux de sols paraissent indiquer un travail d’alliages de cuivre et de plomb (confirmé par des analyses) au sein de ce bâti.

8Une deuxième phase de fréquentation du site, d’époque médiévale et/ou moderne, se manifeste par une série de fosses et deux larges tranchées de récupération ayant perturbé et détruit une partie de l’occupation antérieure.

9CARRARA Stéphane, ARGANT Catherine

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Base de pilier et mur en terre crue appartenant à l'état 1 de la phase

Fig. n°1 : Base de pilier et mur en terre crue appartenant à l'état 1 de la phase

Auteur(s) : SAVL. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Sol de l'état 2 portant les traces d'un violent incendie (parois rubéfiées et effondrées)

Fig. n°2 : Sol de l'état 2 portant les traces d'un violent incendie (parois rubéfiées et effondrées)

Auteur(s) : SAVL. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Base de pilier et mur en terre crue appartenant à l'état 1 de la phase
Crédits Auteur(s) : SAVL. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. n°2 : Sol de l'état 2 portant les traces d'un violent incendie (parois rubéfiées et effondrées)
Crédits Auteur(s) : SAVL. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6846/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Stéphane Carrara et Catherine Argant, « Lyon 2e « Lugdunum » », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6846

Haut de page

Responsables d'opération

Stéphane Carrara

COL

Articles du même responsable de fouilles

Catherine Argant

COL

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals