Navigation – Plan du site
2007

Les Granges-Gontardes

Logis de Berre, étude du bâti
Responsable(s) des opérations : Chantal Delomier
Notice rédigée par : Chantal Delomier

Entrées d’index

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229470

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Une opération archéologique segmentée en deux phases (sondage et étude de bâti) a été prescrite par le SRA, en amont des travaux de restauration de la maison du Logis de Berre destinée à recevoir cinq logements privatifs.

2Un premier horizon englobe une série d’aménagements qui subsistent dans la partie orientale de la zone B. Un rez-de-chaussée recouvert de voûtes ornées de peintures dans ses parties hautes prenait tout ou partie de l’espace ; son extension ouest n’a pas été retrouvée. Au-dessus, la pièce d’étage contenait une cheminée assez monumentale pour chauffer une surface importante. Ces deux vestiges restent liés au mur M3, soit le refend actuel qui sépare les espaces B et C (Fig. n°1 : Plans et numérotation des murs, répartition des sondages). Il semble possible d’envisager que ce mur ait été un mur gouttereau jusqu’à la construction de l’espace C. Les indices permettant de proposer une datation sont quasiment inexistants et nous conduisent à rester très prudent. Nous pouvons néanmoins proposer une datation autour du XVIIe s. pour ce premier état de construction, où ni la vis d’escalier ni le colombier ne seraient encore bâtis. La destination de ce logis reste inconnue et si plusieurs hypothèses ont été évoquées sur le terrain (relais de poste, auberge, demeure privée), aucune d’entre elles ne peut être validée dans l’état actuel de nos connaissances.

3Le deuxième horizon marque la mise en place d’une extension orientale (sur le secteur C, encore très largement reconstruit à une période plus tardive) associé à un plafond décoré de motifs floraux peints au pochoir. De nombreuses perturbations et reprises ont totalement dissous les liens stratigraphiques existants entre cette extension et l’escalier en vis dont l’érection relève de ce deuxième état malgré la reprise de modèles architectoniques anciens. On observe, en outre, que contrairement à son usage normal de pivot et de distributeur de circulations simultanés dans plusieurs plans, cette vis ne dessert qu’un seul étage à la fois. La vis ne constitue donc pas une réponse technique à des problèmes de circulation engendrés par des bâtiments accolés orthogonalement. Sa position au milieu (ou presque) de la façade ajoute encore à l’aspect inhabituel voire incongru de cette construction. Cet escalier semble donc davantage répondre à l’intention de créer un signal visuel fort accompagnant un changement de statut de l’édifice. Le colombier construit probablement à cette période pourrait relever de la même intention (Fig. n°2 : Colombiers et boulins). Ici encore sa position, très (trop ?) proche de la maison semble inopportune. En tenant compte des données archéologiques, architecturales et décoratives rassemblées lors des sondages, une datation du XVIIIe s. semble raisonnable ; il conviendrait cependant d’argumenter plus précisément cette hypothèse.

4DELOMIER Chantal

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plans et numérotation des murs, répartition des sondages

Fig. n°1 : Plans et numérotation des murs, répartition des sondages

Auteur(s) : Délomier, Chantal. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Colombiers et boulins

Fig. n°2 : Colombiers et boulins

Auteur(s) : Delomier, Chantal ; Pont, F. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plans et numérotation des murs, répartition des sondages
Crédits Auteur(s) : Délomier, Chantal. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. n°2 : Colombiers et boulins
Crédits Auteur(s) : Delomier, Chantal ; Pont, F. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Chantal Delomier, « Les Granges-Gontardes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6856

Haut de page

Responsable d'opération

Chantal Delomier

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals