Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202063 – Puy-de-DômeLa Roche-Blanche – Les Triolères ...

2020
63 – Puy-de-Dôme

La Roche-Blanche – Les Triolères Basses

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Vincent Georges

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Georges V. 2020 : La Roche-Blanche (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) les Triolères Basses, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1La deuxième phase du diagnostic des Triolères basses s’est déroulée au sud de la précédente intervention (Deberge, 2018). La nouvelle intervention a d’abord mis en évidence, dans la continuité des observations de la phase 1, de puissantes séquences stratigraphiques en liaison avec le colmatage amont de la dépression du Lac de Sarliève.

2Les vestiges découverts s’inscrivent dans la continuité de ceux repérés lors de la précédente opération de diagnostic. C’est ainsi que les vestiges plus anciens remontent du Bronze ancien sous la forme de vestiges épars avec de faibles densités. Il est à noter que deux fosses remontent avec certitude à cette période. Étendus sur près d’1,5 ha, les vestiges de la fin du Bronze final sont également plus denses et en continuité relative avec ceux de la phase 1, puisque les deux interventions indiquent deux polarisations séparés par une zone moins riche en vestiges. La nouvelle concentration méridionale se caractérise par la présence d’un niveau de sol, recouvert d’un horizon de tessons à plat en liaison avec l’apparition de calages de poteau. Cet ensemble archéologique comprend également une grande fosse plurimétrique subcirculaire à fond plat et trois fosses foyères longiformes à pierres chauffantes (fig. 1). Le niveau de sol archéologique repose sur un paléosol pédogénétique avec une brunification caractéristique. À ce contexte déjà bien étoffé du Bronze final 3b, s’ajoute l’identification d’une chenalisation naturelle, située en fond de vallon. Elle est contemporaine de l’occupation, comme en atteste la connexion entre le chenal et le niveau de sol. Les tessons de céramiques retrouvés au niveau de berge du chenal en continuité avec le niveau de sol occidental disparaissent totalement de l’autre côté du chenal.

Fig. 1 – Fosse longiforme garnie de pierres chauffantes

Fig. 1 – Fosse longiforme garnie de pierres chauffantes

Cliché : V. Georges (Inrap).

Fig. 2 – Glacis aménagé à l’aide d’un tapis de blocs basaltiques et de dallettes en calcaire blanc avec des fragments de terres cuites architecturales

Fig. 2 – Glacis aménagé à l’aide d’un tapis de blocs basaltiques et de dallettes en calcaire blanc avec des fragments de terres cuites architecturales

Un alignement de terres cuites architecturales borde, à sa base, cette infrastructure.

Cliché : V. Georges (Inrap).

3Il est à noter que ce chenal d’époque protohistorique incise nettement le substrat géologique du secteur. De ce fait, un assèchement relatif de la zone humide peut être appréhendé. Cette appréciation est confortée par la pédogenèse observée, qui est incompatible avec une trop grande hydromorphie des sédiments limoneux. Un niveau d’inondation a été repéré au sommet de ce sol, avant que ne se développe, par accrétion sédimentaire, le sol antique, lui aussi lié à une pédogenèse.

4Un habitat antique s’est installé sensiblement plus en hauteur, vis-à-vis de la zone humide de l’époque. Il est implanté à son contact, en étant séparé d’elle par un glacis empierré (fig. 3). L’occupation dans son ensemble remonte au iie et iiie s. apr. J.-C., d’après le mobilier céramique recueilli (étude A. Wittman).

Fig. 3 – Vestiges résiduels de la voie recoupés dans le sondage 2017

Fig. 3 – Vestiges résiduels de la voie recoupés dans le sondage 2017

Cliché : V. Georges (Inrap).

5L’habitat comprend des murs maçonnés. Ils sont séparés de 17,30 m par un niveau de sol intérieur, plus ou moins bien conservé à la suite de récupération de matériaux de construction. Le sol intérieur est constitué d’un lit centimétrique de marne calcaire posé sur un imposant radié de blocs décimétriques. Comme il a été dit, un glacis empierré pluri-métrique a été aménagé au niveau du pendage qui sépare l’habitat maçonné de la zone humide. A l’intérieur de cette dépression topographique et à quelques dizaines de mètres de l’habitat, une plate-forme empierrée antique a, par ailleurs, été aménagée, avec, à son sommet, une construction maçonnée, perçue lors du diagnostic et comprenant au moins un mur.

6Plus au sud, en pourtour immédiat de la zone humide, une aire d’activité a pu être mise en évidence, avec la présence de scories métalliques sur le niveau de sol antique, lié à une possible délimitation spatiale caractérisée par la concentration de calages de poteau. Enfin, la voie antique repérée en 2018 poursuit son parcours (fig. 3) dans le fond de la partie amont du vallon de la Noviale, parallèlement à l’écoulement anthropisé actuelle, contre un chemin d’exploitation actuel situé sur la rive opposée et déjà présent sur le cadastre napoléonien. Moins de 50 m à l’ouest du passage de la voie, se trouvait un petit ensemble funéraire comprenant une tombe avec des résidus d’un bûcher en position secondaire et le dépôt de petits vases miniatures dans une petite fosse indépendante, mais disposé contre la tombe.

Haut de page

Bibliographie

Deberge Y. 2018 : La Roche-Blanche (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) les Triolères Basses, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fosse longiforme garnie de pierres chauffantes
Crédits Cliché : V. Georges (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre Fig. 2 – Glacis aménagé à l’aide d’un tapis de blocs basaltiques et de dallettes en calcaire blanc avec des fragments de terres cuites architecturales
Légende Un alignement de terres cuites architecturales borde, à sa base, cette infrastructure.
Crédits Cliché : V. Georges (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 – Vestiges résiduels de la voie recoupés dans le sondage 2017
Crédits Cliché : V. Georges (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Georges, « La Roche-Blanche – Les Triolères Basses » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/68678

Haut de page

Auteur

Vincent Georges

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Georges

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search