Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202063 – Puy-de-DômeSaint-Ignat – NZA 1000, occupatio...

2020
63 – Puy-de-Dôme

Saint-Ignat – NZA 1000, occupations du Bronze final et de la période romaine

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2020 : Saint-Ignat (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) NZA, occupations de l’âge du Bronze et de l’époque romaine, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic archéologique est lié au projet d’extension de la zone agro-industrielle située à Saint-Ignat (Puy-de-Dôme). L’arrêté de prescription porte sur une superficie totale de 40 340 m2, mais une partie de celle-ci n’était pas accessible en raison de la présence d’une voirie existante, d’un chemin, de fossés de drainage et de divers réseaux actifs. La surface accessible était d’environ 37 400 m2. 64 tranchées linéaires, régulièrement réparties dans l’emprise, ont été ouvertes. Elles couvrent une surface totale de 2 700 m2 représentant 6,69 % de la superficie totale prescrite et 7,21 % de sa partie accessible.

2Le diagnostic est très positif puisque 47 tranchées sur 64, réparties dans l’ensemble du terrain sondé, ont livré des vestiges structurés (57 structures) et/ou mobiliers. Les vestiges datés appartiennent à deux périodes principales : l’âge du Bronze final III et la période gallo-romaine. Quelques éléments du Bronze moyen/Bronze final IIa et du Néolithique final témoignent d’occupations plus anciennes.

3À la période protohistorique se rattachent dix-sept structures en creux diverses : des grands creusements polylobés, une fosse-silo, une structure à caractère funéraire et des fosses de nature indéterminée. Certaines recèlent une importante quantité de mobilier céramique. Ces structures apparaissent en surface du substrat marno-calcaire altéré, situé à une profondeur de 0,25 m à 1,10 m. Dans certains secteurs, elles sont scellées directement par la couche de terre végétale. Là où le recouvrement sédimentaire est plus important, les structures s’ouvrent au sein des colluvions limoneuses qui recouvrent le substrat. Dans une grande partie du terrain, ces colluvions livrent des tessons de céramique protohistorique épars mais les sols de cette période ont été érodés.

4La céramique présente un bon état de conservation et est fréquemment associée à des restes fauniques, que ce soit dans les structures ou au sein des colluvions. Une épingle en alliage cuivreux et des éléments de plaque foyère sont présents dans deux fosses. Le facies du mobilier céramique conduit à situer l’essentiel de l’occupation à la fin du Bronze final IIIa ou au début du Bronze final IIIb. Au travers des sondages, cette occupation apparaît étendue (près de 250 m dans le sens nord-sud), mais relativement lâche, avec, cependant, un noyau de vestiges structurés plus dense dans la partie nord-ouest du terrain. On notera néanmoins que les structures les plus riches en mobilier se localisent aux deux extrémités de l’emprise sondée. Cette configuration spatiale est assez singulière pour la période du Bronze final, qui est surtout représentée régionalement, soit par des zones densément occupées, comme l’établissement de Corent, soit par des structures isolées distantes les unes des autres.

5Les artefacts céramiques et lithiques (racloir en silex et hache polie) liés à des occupations plus anciennes (fin du Bronze moyen/Bronze final IIa et Néolithique final) proviennent de sondages situés dans différents secteurs du terrain.

6Comme pour la période protohistorique, du mobilier gallo-romain épars, en particulier des fragments de tuiles, est présent au sein des colluvions limoneuses dans une grande partie de l’emprise sondée, sauf au nord-ouest. Mais la plus forte densité de mobilier et la majorité des structures antiques se trouvent dans la partie centrale du terrain. Des constructions maçonnées (un mur attesté) et sur poteaux (dix-neuf trous de poteaux ou de piquets pourvus de calages en tuiles et/ou en pierres) associées à des couches de mobilier, notamment de tuiles, plus ou moins denses, ainsi que deux fosses contenant des ossements animaux en connexion et huit fosses de nature indéterminée révèlent l’existence d’un petit établissements rural. Ces vestiges se situent directement sous la couche de terre végétale, à une profondeur de 0,30 à 0,40 m, ou un plus bas. Les sols antiques ont été au moins en grande partie érodés. Cependant, la présence d’une probable couche de destruction de toiture laisse présager la préservation ponctuelle du sol d’un bâtiment aux murs maçonnés. Le mobilier céramique retrouvé dans l’ensemble des sondages s’insère dans une fourchette chronologique couvrant le Haut et le Bas-Empire.

Fig. 1 – Plan des sondages et des vestiges archéologiques

Fig. 1 – Plan des sondages et des vestiges archéologiques

Sur fond cadastral, au 1/1000.

DAO : G. Alfonso, S. Dohr (Inrap).

Fig. 2 – Plan des sondages et des vestiges archéologiques

Fig. 2 – Plan des sondages et des vestiges archéologiques

Sur fond cadastral, détail de la zone centrale au 1/500.

DAO : G. Alfonso, S. Dohr (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des sondages et des vestiges archéologiques
Légende Sur fond cadastral, au 1/1000.
Crédits DAO : G. Alfonso, S. Dohr (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Titre Fig. 2 – Plan des sondages et des vestiges archéologiques
Légende Sur fond cadastral, détail de la zone centrale au 1/500.
Crédits DAO : G. Alfonso, S. Dohr (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Saint-Ignat – NZA 1000, occupations du Bronze final et de la période romaine » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/68689

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search