Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202063 – Puy-de-DômeLa Sauvetat – Quartier des Forts ...

2020
63 – Puy-de-Dôme

La Sauvetat – Quartier des Forts et venelles

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2020 : La Sauvetat (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) quartier des Forts et venelles, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Cette intervention est motivée par la réfection des sols des venelles du Quartier des Forts dans le village de La Sauvetat, qui se trouve à une vingtaine de kilomètres au sud de Clermont-Ferrand, dans la partie la plus méridionale de la Limagne.

2Le toponyme de « La Salvetat » renvoie évidemment aux « sauvetés » destinées à « coloniser » de nouveaux territoires, souvent ingrats. Dans le cas de La Sauvetat, le drainage de la Narse, correspondant à un ancien lac à l’emplacement de la cuvette dans laquelle est installé le bourg, pourrait avoir eu lieu à la fin du xiiie s. Ces établissements s’inscrivaient également dans un réseau de protections réparties sur le territoire. L’installation, à la fin du xiiie ou au début du xive s., d’une Commanderie de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem entraîne une série de constructions (château disparu, chapelle, tour ronde) et un « urbanisme » enserré dans les enceintes concentriques du « Quartier des Forts », sur lesquelles s’appuient les maisons. L’espace non bâti permettant la circulation et la desserte des maisons est donc limité au strict minimum d’un réseau de venelles, dont la largeur est souvent proche de 2 m. Par ailleurs, le passé viticole du bourg a entraîné le creusement d’une multitude de caves privées mais qui s’étendent au-delà des superstructures sous ces ruelles. Le potentiel de sondage archéologique était donc particulièrement restreint et n’a permis que l’ouverture de cinq tranchées, réparties sur l’ensemble du projet de réfection de la voirie, dont deux ont livré des vestiges (fig. 1).

Fig. 1 – Plan topographique des sondages

Fig. 1 – Plan topographique des sondages

DAO : D. Parent (Inrap).

3Le premier correspond au mur d’une ancienne cave, abandonnée peut-être à l’occasion de la construction de l’église au xixe s, qui confirme l’omniprésence de ces caves, sous le domaine public. Il conserve notamment la pierre d’appui d’un soupirail dont les angles sont chanfreinés (fig. 2).

Fig. 2 – Pierre d’appui chanfreinée de l’ouverture du soupirail

Fig. 2 – Pierre d’appui chanfreinée de l’ouverture du soupirail

Cliché : D. Parent (Inrap).

4Le deuxième ensemble est constitué par un système de canalisations destiné à l’évacuation des eaux (fig. 3) dans ce contexte extrêmement resserré. La datation reste imprécise : le mobilier majoritairement daté des xvie et xviie s. dans l’ensemble des sondages, reflète plutôt un comblement tardif, mais les rigoles de ce dispositif semblent se diriger vers le rempart et les fossés en passant sous les maisons. Cette disposition pourrait sous-entendre un système d’assainissement planifié et exécuté en amont des constructions, dénotant un projet global de lotissement des Forts. Le fait que le site de La Sauvetat correspond à une ancienne zone humide ayant nécessité un drainage important avant son établissement pourrait trouver un écho dans ce système de canalisations.

Fig. 3 – Montage photogrammétrique du système de canalisations

Fig. 3 – Montage photogrammétrique du système de canalisations

Cliché : M. Guyot (Inrap).

5Si les autres sondages n’ont pas révélé d’autres structures qu’une cave comblée à l’emplacement d’une maison démolie récemment, ce vide pose également quelques questions. Les remblais sont uniformément composés de sédiments argileux incluant quelques rares pierres et tuiles alors que les toitures environnantes ont dû être maintes fois changées. La provenance de ces remblais n’est pas connue, mais la forte proportion argileuse pourrait correspondre à un creusement local, peut-être celui des caves. Par ailleurs, aucun sol de circulation correspondant à ces ruelles n’est présent, mais il est possible que les nombreuses réfections de chaussée les aient déjà détruites.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan topographique des sondages
Crédits DAO : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Fig. 2 – Pierre d’appui chanfreinée de l’ouverture du soupirail
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 3 – Montage photogrammétrique du système de canalisations
Crédits Cliché : M. Guyot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68703/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « La Sauvetat – Quartier des Forts et venelles » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/68703

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search