Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202063 – Puy-de-DômeVirlet – Abbaye de Bellaigue

2020
63 – Puy-de-Dôme

Virlet – Abbaye de Bellaigue

Sondage (2020)
Responsable d’opération : Stéphane Büttner

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Centre d’études médiévales Saint-Germain

Büttner S. 2020 : Étude archéologique du chevet et du transept de l’abbatiale de Bellaigue (Virlet – 63), rapport d’étude archéologique du bâti, Auxerre, Centre d’études médiévales Saint-Germain.

Texte intégral

1L’abbatiale de Bellaigue est le seul vestige subsistant de l’abbaye fondée en 1137 (commune de Virlet). En 1689, les bâtiments conventuels furent totalement détruits suite à un incendie. Après la Révolution et la dissolution de la communauté cistercienne qui occupait les lieux, le bâtiment fut acquis successivement par plusieurs propriétaires privés. L’église fut alors l’objet d’une série de destructions et de reprises (destruction des quatre absidioles au chevet, du clocher, effondrement des voûtes des six premières travées de la nef, reprise des voûtes et des toitures, etc.). Dans les années 2000, le site est acquis par une communauté bénédictine, qui entreprend alors un important programme de reconstruction et de restauration. Bien que les travaux sur l’abbatiale aient été déjà très engagés (reprise des parties hautes des gouttereaux, des toitures et des sols intérieurs, rejointoiement intégral des élévations), c’est dans ce cadre que cette nouvelle étude archéologique a été prescrite avec pour objet de saisir l’agencement initial du chevet et du clocher situé au transept, la communauté monastique ayant pour projet de reconstruire ces parties manquantes de l’édifice.

2Bien que cette nouvelle étude devait se concentrer sur les parties orientales de l’édifice (transept et chevet), il est apparu nécessaire de tenter une relecture de l’intégralité de l’édifice afin de replacer la succession des travaux reconnu dans une chronologie globale. Étant donné les restaurations récentes qui masquent ou ont fait disparaître une partie de l’information stratigraphique, il a donc été entrepris dans un premier temps une description architecturale de l’abbatiale, puis un récolement des articles, monographies, rapports et travaux universitaires déjà produits. En dehors des présupposés interprétatifs intéressants à saisir, certains de ces documents, les plus anciens, ont pu révéler des structurations architecturales aujourd’hui disparues, qui ont alimenté la réflexion.

3La nouvelle analyse archéologique des parties orientales de l’abbatiale a utilisé comme support des relevés orthophotographiques réalisés au drone sur certaines élévations, ainsi qu’une couverture photographique exhaustive. Elle a permis de révéler que l’édifice a fait l’objet de deux grandes campagnes de construction.

4La première, de la première moitié du xiie s. (phase 1), a consisté à construire l’enveloppe de l’abbatiale (abside et absidioles du chevet, transept et gouttereaux des collatéraux). Une seconde étape, qui date de la seconde moitié du xiie s. (phase 2) et qui a suivi sans doute de peu la première, a concerné tout particulièrement les piliers de la nef. Ce nouveau chantier montre également un changement du projet initial puisqu’il a aussi consisté à rehausser l’intégralité du bâtiment (abside du chevet, pignon du transept, vaisseau central et collatéraux de la nef). L’ensemble de voûtes a ainsi été mis en place au terme de ce second chantier, comme le clocher qui est supporté par la voûte et le pignon oriental de la croisée. En dehors de la mise en place des tombeaux dans le croisillon nord au milieu du xiiie s. (phase 3), l’édifice a fait l’objet de plusieurs modifications : transformation de l’accès au clocher (phase 4, fin xviie s.-début xviiie s.), destruction des absidioles et du clocher (phase 5, fin xviiie s.-début xixe s.), quelques aménagements inhérents à l’occupation agricole (phase 6, fin xixe s.-début xxe s.), et, enfin, différents travaux réalisés par les propriétaires successifs à partir des années 1950 (phase 7, fin xxe s.-début xxie s.).

5En ce qui concerne la restitution des absidioles au chevet (phase 1, première moitié xiie s.), tous les indices révélés corroborent l’étude archéologique de 2004 et les hypothèses déjà avancées lors des études préalables à la restauration : un chevet présentant une abside flanquée de chaque côté par deux absidioles en hémicycle.

6Les informations archéologiques liées au clocher (phase 2, deuxième moitié xiie s.) apparaissent extrêmement lacunaires en raison de la reprise de son accès (phase 4, fin xviis.-début xviiie s.), de sa destruction (phase 5, fin xviiie s.-début xixe s.), et des complets rejointoiements (phase 7, fin xxe s.-début xxie s.). Il est apparu cependant possible de considérer la souche de la tour d’accès au clocher comme originelle, avec un accès primitif possible depuis le voûte du croisillon nord. Certains indices permettent également d’envisager une structure charpentée couvrant la seconde volée de l’escalier qui dessert la plateforme du clocher. L’analyse des élévations et des plans montrent très clairement que la plateforme actuelle est résiduelle. Initialement elle était de plan carré (4 m de côté) prenant appui d’un côté sur le pignon du transept et de l’autre sur l’arc de décharge visible dans l’intrados de la voûte de la croisée. Dès lors, il reste très compliqué de restituer l’état initial de ce clocher : simple structure bois ou clocher maçonné, comme il en existe encore de rares exemples pour quelques édifices cisterciens du sud de la France (Sylvanès, Le Thoronet, Léoncel).

Fig. 1 – Vue aérienne de l’abbaye depuis l’est

Fig. 1 – Vue aérienne de l’abbaye depuis l’est

État 2020.

Cliché : Cem.

Fig. 2 – Orthophotographie phasée du chevet

Fig. 2 – Orthophotographie phasée du chevet

Cliché etDAO : Cem.

Fig. 3 – La croisée du transept et le sanctuaire vus depuis le sud

Fig. 3 – La croisée du transept et le sanctuaire vus depuis le sud

Cliché : Cem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne de l’abbaye depuis l’est
Légende État 2020.
Crédits Cliché : Cem.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Fig. 2 – Orthophotographie phasée du chevet
Crédits Cliché etDAO : Cem.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68719/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 3 – La croisée du transept et le sanctuaire vus depuis le sud
Crédits Cliché : Cem.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68719/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Büttner, « Virlet – Abbaye de Bellaigue » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/68719

Haut de page

Auteur

Stéphane Büttner

Centre d’études médiévales Saint-Germain

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Büttner

Centre d’études médiévales Saint-Germain

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search