Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202063 – Puy-de-DômeCartographie géoradar de l’agglom...

2020
63 – Puy-de-Dôme

Cartographie géoradar de l’agglomération antique de Beauclair

Prospection thématique (2020)
Responsable d’opération : Florian Baret

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Tours

Baret F., Ganne P.-M. 2020 : Rapport de prospection archéologique avec matériel spécialisé : géoradar, Programme Fines : Cartographie géoradar de l’agglomération antique de Beauclair (Voingt/Giat, Puy-de-Dôme), campagne 2020.

Texte intégral

1Les connaissances actuelles sur l’habitat groupé de Beauclair/Fines restent ponctuelles (quelques emprises réduites de fouilles et de sondages) ou limitées à des prospections pédestres qui ne permettent pas de proposer un plan de l’occupation qui dépasse la cartographie des épandages de mobilier et donc d’étudier la morphologie interne de l’agglomération antique (Ganne 2002 et 2003). Les travaux menés dans d’autres régions des Trois Gaules sur les habitats groupés montrent la nécessité de coupler les approches en favorisant notamment celles extensives, seules à même de documenter une ville sur l’ensemble de son emprise. Plusieurs prospections aériennes ont déjà été menées mais n’ont cependant pas permis d’offrir une image continue du site, bien qu’elles aient mis en lumière, en 1989, d’importants bâtiments (sanctuaire, possible bâtiment thermal), tout comme la couverture Google Satellites de 2019, qui révèle la présence d’un nouvel édifice, de grande emprise, au sud de l’hypothétique édifice thermal. Il apparaissait donc nécessaire d’engager une nouvelle étape dans l’étude du site de Beauclair/Fines dont l’importance, à la fois pour les problématiques liées aux agglomérations antiques (morphologie, fonctions, chronologie, ...), mais aussi pour celles relatives à l’organisation de la partie ouest de la cité des Arvernes et à leurs relations avec leurs voisins lémovices n’est plus à démontrer (dernière agglomération le long de la voie d’Agrippa avant la limite de cité). Ainsi, l’étude de cet habitat groupé permet d’approcher plusieurs thématiques importantes :

  • poursuivre le renouvellement des données archéologiques sur les formes d’habitat groupé de la cité arverne ;

  • engager l’étude fine de la morphologie des habitats groupés, en établissant ce qui pourrait devenir l’un des rares plans complets d’habitat groupé pour la cité arverne ;

  • documenter la relation entre habitat groupé et axes de circulation, plus particulièrement dans une zone de moyenne montagne, peu touchée par le phénomène des habitats groupés, en limite de cité ;

  • étudier le rôle des habitats groupés dans la mise en valeur du territoire de la cité, notamment en zone de moyenne montagne : rôle économique comme pôle structurant du territoire environnant (production artisanale, notamment céramique et métallurgique), accueil des voyageurs, relations avec l’habitat rural, relation avec le chef-lieu, etc.

  • continuer à documenter et préciser la classification hiérarchique des habitats groupés établie (Baret 2015).

2L’historiographie récente (par exemple : Venault, Nouvel 2019) montre que l’une des méthodes les plus efficientes pour appréhender un habitat groupé et l’ensemble des problématiques préalables à leur étude, dans une approche globale et préliminaire à des travaux plus invasifs, reste la prospection géophysique. Malgré de nombreux travaux, ce type d’opération n’avait encore jamais été mené sur le site de Beauclair/Fines.

3Ainsi, la campagne de prospection géoradar menée en 2020, a pris la forme d’un test sur deux parcelles présentant des recouvrements sédimentaires différents afin de confirmer l’efficience du géoradar en contexte de roches volcaniques (basanite). Les résultats obtenus, malgré une lecture délicate en raison du bruit ambiant produit par la basanite, a mis en évidence un certain nombre d’anomalies qui viennent compléter les informations archéologiques déjà connues et montrent que le site recèle encore des vestiges inédits.

4La campagne 2020 a donc mis en évidence :

Parcelle sud (3 500 m2)

  • le prolongement du fossé bordier de la voie d’Agrippa à l’est et à l’ouest de l’emprise de la fouille ancienne (Ganne 1999), sur environ 85 m cumulés ;

  • la présence de murs à l’ouest et au sud de l’emprise de fouille, confirmant l’hypothèse de bâtiments plus étendus que ce qui avait été observé lors de la fouille ;

  • la présence d’un bâtiment (ou deux bâtiments) aligné le long de la voie, à l’ouest de l’emprise de fouille, sur une surface d’environ 380 m2, probablement doté d’une cave (~ 3,2 x 3,2 m ; 10 m2) ;

  • l’hypothèse d’un bâtiment à l’est de l’emprise de la fouille, sur une surface d’environ 180 m2.

Parcelle nord (3 800 m2)

  • un possible espace de circulation aménagé pour la desserte des bâtiments et des fours fouillés par le CERAA (Chevalier 1989 et 1990) ;

  • deux probables fours, venant compléter les deux déjà connus (diam. : ~ 1,6 m) ;

  • un bâtiment, au sud-est, composé d’au moins deux pièces carrées (5 x 5 m chacune) et d’une galerie de façade (largeur : 3 m ; d’autres anomalies suggéreraient cependant qu’il s’agit d’une construction plus complexe et plus grande) ;

  • un bâtiment au nord-ouest du bâtiment « nord » de la fouille du CERAA, sur une surface d’environ 95 m2.

5En complément de la prospection géoradar, l’analyse des images Google Satellites datées d’août 2019 ont permis de compléter l’extension du complexe monumental de Coutissou, avec un troisième édifice, de même orientation que les thermes hypothétiques et le temple, mais légèrement décalé vers l’est. Ce dernier présente une surface d’environ 1 200 m2 comme l’hypothétique bâtiment thermal.

6En conclusion, l’expérience acquise à l’issue de ce premier test invite à prolonger ce dernier avant d’engager une cartographie plus large, voire complète, du site. Il apparaît en effet nécessaire de poursuivre la calibration du matériel à mettre en œuvre en fonction notamment du type de vestige attendu : murs construits avec mortier ou sans mortier, notamment. En effet, la difficulté de distinguer dans le bruit ambiant produit par la basanite les structures archéologiques paraît venir de leur mode de construction en moellons de basanite sans mortier. L’extension du test sur le complexe monumental, seul ensemble de bâtiments à apparaître en prospection aérienne, permettra de comparer les résultats d’une prospection géoradar sur des constructions qui ont toutes les chances d’être maçonnées par rapport aux résultats de 2020. Ces deux tests, sur deux modes de construction différents, guideront ensuite la poursuite, ou non, du projet de cartographie géoradar de l’agglomération.

Fig. 1 – Plan général des anomalies de la parcelle 0C 0121

Fig. 1 – Plan général des anomalies de la parcelle 0C 0121

DAO : équipe de fouille.

Fig. 2 – Plan général des anomalies de la parcelle 0C 0133

Fig. 2 – Plan général des anomalies de la parcelle 0C 0133

DAO : équipe de fouille.

Fig. 3 – Plan d’ensemble du quartier monumental avec le nouvel édifice au sud du bâtiment thermal supposé

Fig. 3 – Plan d’ensemble du quartier monumental avec le nouvel édifice au sud du bâtiment thermal supposé

DAO : équipe de fouille.

Fig. 4 – Plan actualisé de l’agglomération de Beauclair/Fines

Fig. 4 – Plan actualisé de l’agglomération de Beauclair/Fines

DAO : équipe de fouille.

Haut de page

Bibliographie

Baret F. 2015 : Les agglomérations « secondaires » gallo-romaines dans le Massif central, cités des Arvernes, Vellaves, Gabales, Rutènes, Cadurques et Lémovices, ier s. av. J.-C.-ve s. apr. J.-C., thèse de doctorat, Clermont-Ferrand, université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand II.

Baret F. 2016 : Le réseau des agglomérations antiques dans les cités du Massif central (Arvernes, Vellaves, Gabales, Rutènes, Cadurques et Lémovices) entre le ier s. av. J.-C. et le ve s. apr. J.-C., Gallia, 73-2, p. 169‑212.

Chevalier D. 1989 : Vicus de Beauclair, rapport de fouilles 1988/1989. Communes de Giat-Voingt, Clermont-Ferrand.

Chevalier D. 1990 : Vicus de Beauclair, rapport de fouilles 1990, Clermont-Ferrand.

Ganne P.-M. 1999 : Rapport de fouille préventive nécessitée par l’urgence absolue « Ville de Beauclair ou Las Faissas », Giat, Puy-de-Dôme, Clermont-Ferrand.

Ganne P.-M. 2002 : Beauclair. Prospection thématique 2002, Clermont-Ferrand.

Ganne P.-M. 2003 : Beauclair. Prospection thématique 2003, Clermont-Ferrand.

Venault S., Nouvel P. 2019 : AggloCenE. Agglomérations antiques du Centre Est de la Gaule. Inventaire archéologique, cartographique et analyses spatiales, Projet collectif de recherche, Besançon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des anomalies de la parcelle 0C 0121
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 977k
Titre Fig. 2 – Plan général des anomalies de la parcelle 0C 0133
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68875/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 – Plan d’ensemble du quartier monumental avec le nouvel édifice au sud du bâtiment thermal supposé
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68875/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Titre Fig. 4 – Plan actualisé de l’agglomération de Beauclair/Fines
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/68875/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Baret, « Cartographie géoradar de l’agglomération antique de Beauclair » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/68875

Haut de page

Auteur

Florian Baret

Université de Tours, UMR 7324 CITERES-LAT

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Baret

Université de Tours, UMR 7324 CITERES-LAT

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search