Navigation – Plan du site
non-daté

Saint-Georges-de-Reneins – Ludna

Responsable(s) des opérations : Jean-Claude Béal
Notice rédigée par : Jean-Claude Béal

Entrées d’index

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229405

Date de l'opération : 2003 - 2007 (FP)

1Engagé en 2003, un programme de fouille sur l’agglomération antique de Ludna à Saint-Georges-de-Reneins s’est achevé en 2007. Il a mis en évidence, dans la partie méridionale du site, la présence d’horrea en marge d’une terrasse artificielle adossée aux remblais de la voie de Lyon à Mâcon et, dans la partie septentrionale, celle d’un secteur consacré d’abord à des habitats, avant leur transformation partielle en entrepôts. Seuls subsistent les états les plus anciens (Fig. n°1 : La terrasse des horrea (surlignés en gris) accès méridional et septentrional par la voie, implantation des horrea certains).

2Deux immeubles mitoyens, appartenant à une même insula et séparés par un ambitus, y ont été reconnus. Largement tronqués par l’érosion, ils sont constitués de pièces multiples, disposées sur plusieurs niveaux, et fermées par des parois de terre argileuse ou de tuiles, parfois liées au mortier pauvre pour celles qui constituent les soutènements des terrasses. Ils paraissent avoir eu une durée de vie brève, de deux décennies autour du changement d’ère. Aucun plan complet ne peut être proposé.

3Sur le plus septentrional de ces deux immeubles, des remblais alternés de sable et de marne argileuse ont été rapportés, et un entrepôt à nefs multiples, marquées par des sablières basses, y a été érigé. D’orientation nord-sud, il est long d’un peu plus de 22 m, et est précédé au nord par un espace de circulation, à l’ouest par un portique. Quelques petits dépôts votifs (vases et monnaies) y ont été dans des fosses. Cet entrepôt pourrait être détruit dès les années 40 de notre ère.

4Dans la partie méridionale du site, en revanche, les fouilles ont fait apparaître la limite septentrionale de la terrasse des horrea, dont la longueur, approchant les 400 pieds, atteint 120 m. L’assemblage des plans anciens et modernes montrent que le segment de voie mis au jour en 1924 par L. Foillard (sondage 24.1 du corpus des sondages de Ludna) constitue la rampe d’accès méridionale à cette terrasse, dont nous avons fouillé la rampe septentrionale en 2002. Le caractère public, et relativement imposant, de cet ensemble, s’en trouve confirmé.

5BÉAL Jean-Claude

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : La terrasse des horrea (surlignés en gris) accès méridional et septentrional par la voie, implantation des horrea certains

Fig. n°1 : La terrasse des horrea (surlignés en gris) accès méridional et septentrional par la voie, implantation des horrea certains

Auteur(s) : Béal, Jean-Claude. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : La terrasse des horrea (surlignés en gris) accès méridional et septentrional par la voie, implantation des horrea certains
Crédits Auteur(s) : Béal, Jean-Claude. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Claude Béal, « Saint-Georges-de-Reneins – Ludna », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6889

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Claude Béal

Ens. sup.

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals