Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201716 – CharenteChassenon – Le quartier du Grand ...

2017
16 – Charente

Chassenon – Le quartier du Grand Villard

Fouille programmée (2017)
Responsable d’opération : Morgan Grall

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

206229

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Grall M. et al. 2017 : L’agglomération antique de Cassinomagus : le quartier du Grand Villard. Rapport de fouilles programmées au sein du Programme Collectif de Recherche « Cassinomagus, l’agglomération et son ensemble monumental : chronologie, organisation et techniques (2015-2017) ». Rapport intermédiaire 2017, rapport de fouille programmée, Département de la Charente, Poitiers, SRA.

Texte intégral

1Cette opération s’inscrit dans le cadre du PCR « Cassinomagus, l’agglomération et son ensemble monumental : chronologie, organisation et techniques ». Il s’agit de la cinquième campagne de fouille dans cette zone située au sud de l’ensemble monumental de Cassinomagus (les premières en 2011 et 2012 étant dirigées par G. Rocque).

2Les opérations précédentes avaient permis de mettre au jour d’importants niveaux de voirie ainsi que plusieurs états successifs d’occupation ponctués par la construction à la fin du ier s. apr. J.‑C. ou au début du iie s. d’un grand bâtiment, probablement une domus, remarquable par l’état de conservation de ses seuils et sols et dont le plan s’adapte parfaitement aux orientations divergentes du réseau viaire.

3Afin de compléter les observations réalisées lors de la précédente campagne de 2016, la campagne de fouille 2017 a été réalisée sur la même emprise, soit 600 m2 (fig. 1). La fouille triennale arrivant à son terme, il était en effet impératif de comprendre intégralement la surface ouverte lors de ces trois dernières années. Les sondages implantés devaient permettre de vérifier certaines hypothèses concernant l’évolution du plan de cet édifice et de réaliser un grand transect sud-est – nord-ouest dans le but d’obtenir une coupe transversale de la zone fouillée.

Fig. 1 – Vue générale des fouilles

Fig. 1 – Vue générale des fouilles

Cliché : H. Pradier.

4Aucun nouvel espace n’a été mis au jour lors de cette campagne. La zone d’étude s’est donc concentrée sur une cour quadrangulaire (174 m2) traversée par un égout, adjointe sur trois de ses côtés d’un péristyle large de 2,70 m. Au nord de celle-ci, entre autres, deux pièces longues de 7,30 m et large pour l’une de 5 m et l’autre de 5,80 m sont distribuées par un couloir large de 2 m. Au sud, une galerie perpendiculaire au péristyle se poursuit au-delà de l’emprise de la fouille. Large de 2,30 m, elle longe à l’est un espace semble-t-il en aire ouverte. Une pièce de plan rectangulaire longue de 6,79 m et large de 1,80 m a été identifiée dans l’angle sud-est de l’emprise fouillée.

5Le plan de cette domus est par la suite modifié. Les galeries nord et sud du péristyle sont amputées de leur extrémité orientale sur une longueur légèrement inférieure à 5 m. Deux murs sont alors construits réorganisant la distribution des espaces. Tandis que la pièce rectangulaire au sud-est de la zone fouillée disparaît au profit d’une quadrangulaire d’une surface de plus 21 m., l’accès à la pièce située au nord-est de la zone fouillée ne peut se faire que par l’intermédiaire du couloir central. Le seuil identifié en 2015 et 2016 dans le mur sud de cette pièce semble condamné. La cour est également rétrécie, de manière figurée, par l’intermédiaire d’une pile axée sur les nouveaux murs fermant les galeries. Ces différents aménagements sont sans aucun doute issus d’un même projet incluant les réaménagements identifiés en 2012 et 2015.

6Dans l’état actuel de nos connaissances, la superficie de ce bâtiment atteint désormais 1 420 m2 mais est estimée à plus de 2 200 m2. Ces dimensions, le plan à enfilade de cours à péristyle, ainsi que la facture des sols, seuils ou décors enduits de cet édifice traduisent son importance et le fait probable que cette domus appartienne à un membre de l’élite locale. Sa position au sein de l’agglomération face à une des entrées de l’ensemble monumental appuie ce constat.

7Cette année a été également l’occasion de dégager sur toute sa longueur la couverture de dalles d’impactite de l’égout traversant la cour et de découvrir au nord de celle-ci la jonction avec une branche secondaire provenant de nord-ouest du bâtiment (fig. 2). Cette dernière était à l’origine couverte de dalles d’impactite qui ont été récupérées après l’abandon du bâtiment.

Fig. 2 – Jonction entre les deux branches du réseau d’évacuation des eaux

Fig. 2 – Jonction entre les deux branches du réseau d’évacuation des eaux

Cliché : M. Grall.

8Cette domus semble en effet avoir fait l’objet d’une spoliation importante, comme le prouve les indices laissant deviner l’installation d’un chantier de récupération des matériaux : niveaux de sol du chantier composés de mortier et matériaux de construction abandonnés, aire de tri des matériaux dans la cour. Ce chantier pourrait dater des iiie et ive s., et se poursuivre au ve s. Il s’intégrerait alors à un phénomène plus global de récupération des matériaux observé sur l’ensemble monumental de Cassinomagus (sanctuaire, thermes et aqueduc notamment).

9La fouille jusqu’au substrat des différents sondages implantés lors de cette campagne a par ailleurs permis de collecter de nouvelles informations sur les activités antérieures à la construction de cette domus, notamment sur la première phase d’occupation du site. Caractérisée par le creusement d’un puits et de nombreuses autres structures (fosses, fossés, trous de poteau), cette phase est datable de la période augustéenne et confirme la présence humaine sur ce site avant la construction de l’ensemble monumental.

10La fouille du quartier du Grand Villard se présente ainsi comme une fenêtre de l’histoire de l’agglomération de Cassinomagus, révélant un exemple des occupations antérieure, contemporaine et postérieure à la construction de l’ensemble monumental.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale des fouilles
Crédits Cliché : H. Pradier.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/69099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 – Jonction entre les deux branches du réseau d’évacuation des eaux
Crédits Cliché : M. Grall.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/69099/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgan Grall, « Chassenon – Le quartier du Grand Villard » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 30 mai 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/69099

Haut de page

Auteur

Morgan Grall

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Morgan Grall

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search