Navigation – Plan du site
non-daté

Annecy – 10 et 8 rue André Theuriet

Responsable(s) des opérations : Anne-Claude Rémy et Sébastien Freudiger
Notice rédigée par : Anne-Claude Rémy et Sébastien Freudiger

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229378, 229377 et 229425

Date de l'opération : 2007 (MH) ; 2006 (EX)

1Ce diagnostic porte sur un terrain situé au nord de la parcelle sondée en 2006 (Hénon et al., 2006 ; Remy et al., 2006) et fouillée en 2007 (Archéodunum). Les trois sondages ouverts sur la parcelle présentent des vestiges. Les structures mises au jour dans la parcelle contiguë du 8, rue Theuriet se prolongent donc bien au-delà au nord et au nord-ouest. L’évaluation démontre que la totalité de la parcelle est concernée par l’occupation antique. Les natures des aménagements sont identiques à celles fouillées précédemment. Un fossé (parcellaire) donne une limite à l’ouest à un ensemble d’aménagements pouvant appartenir à un fond de cabane. Plusieurs niveaux de sol présentent des structures annexes (trou de poteau, solins, fosse et rigole). Les orientations des fossés, solins, drain et rigole ne sont pas homogènes et on retrouve cette hétérogénéité dans le plan de la fouille. Une seule occupation, reposant directement sur un niveau alluvial est datée grâce à un très rare mobilier, des IIe s. et IIIe s. Quant à la profondeur des vestiges, situés à des altitudes variant entre 446,75 m et 447,20 m, ils apparaissent à une profondeur de 0,70 m à 0,90 m.

2REMY Anne-Claude

3Cette fouille préventive, préalable à la construction d’un bâtiment d’habitation a concerné un site gallo-romain d’une superficie de 1 646 m2.

4La couche archéologique la plus ancienne identifiée dans la zone explorée, datée du IIe s. apr. J.-C, marque le début de l’occupation du site. Le comblement des structures en creux a livré du mobilier de la première moitié du IVe s. apr. J.-C. Cette occupation du site entre le IIe s. et le IVe s. a vraisemblablement perduré de manière ponctuelle au haut Moyen Âge et jusqu’à la période des Temps modernes.

5Un grand nombre de trous de poteau (plus d’une centaine sur 1 600 m2) et quelques structures linéaires (solins et sablières) formant des bâtiments ont été mis au jour. Le tiers central de la parcelle comporte une densité de vestiges nettement plus élevée que les deux autres tiers. Ces structures appartiennent sans aucun doute à plusieurs constructions qui se sont succédé. Leur très grand nombre et l’insuffisance des données chronologiques ne permettent de proposer que des hypothèses de restitution. À proximité de ces vestiges ont été identifiés un puits, un foyer, un silo et une fosse contenant des céréales carbonisées.

6Deux fossés parallèles d’orientation est-ouest ont été découverts au sud de la zone où se concentrent les trous de poteau. Il s’agit peut-être d’une limite de parcellaire antique.

7Deux zones empierrées, repérées sur des surfaces de 50 m2 et 150 m2, recouvrent une partie de ces vestiges (Fig. n°1 : Surface empierrée en cours de fouille, délimitée par un solin de gros galets). Elles constituent sans doute des niveaux de sol en cailloutis appartenant à une phase plus tardive. Dans le tiers nord-est du chantier, trois sablières semblent délimiter une petite construction, datant peut-être du Moyen Âge.

8Un grand fossé (1,6 m de large pour 0,6 m de profondeur) d’orientation nord-ouest – sud-est traverse la zone fouillée. Son orientation correspond à celle des parcelles représentées sur la Mappe Sarde (1730). Il est donc possible qu’il s’agisse d’une limite de parcellaire relativement récente.

9Ce site est le seul connu sur la rive nord du lac, si l’on exclut les zones d’accès latérales que sont le portus et les pentes du mont Veyrier. Implanté dans une zone marécageuse peu propice à l’installation humaine, il est aussi le seul situé en dehors des principaux axes routiers. Dès lors, la découverte de cette nouvelle zone d’occupation dans un secteur considéré comme inhospitalier permet de reconsidérer les données concernant les constructions périurbaines du vicus et leur lieu d’implantation. Elle démontre que certaines zones, a priori inhospitalières et en marge des grands axes de circulation, ne sont pas forcément inoccupées. La nature du site n’a pas pu être clairement établie. En l’absence d’indices déterminants attestant une activité artisanale, l’hypothèse d’un établissement rural à vocation agricole semble la plus pertinente.

10FREUDIGER Sébastien

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Surface empierrée en cours de fouille, délimitée par un solin de gros galets

Fig. n°1 : Surface empierrée en cours de fouille, délimitée par un solin de gros galets

Auteur(s) : Archeodunum. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Surface empierrée en cours de fouille, délimitée par un solin de gros galets
Crédits Auteur(s) : Archeodunum. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Anne-Claude Rémy et Sébastien Freudiger, « Annecy – 10 et 8 rue André Theuriet », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6913

Haut de page

Responsables d'opération

Anne-Claude Rémy

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Sébastien Freudiger

Archeodunum

Articles du même responsable de fouilles

  • Feurs [Texte intégral]
    Rue de Varenne et rue d'Assier
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals