Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201717 – Charente-MaritimeBarzan – La Combe du Prieur

2017
17 – Charente-Maritime

Barzan – La Combe du Prieur

Fouille programmée (2017)
Responsable d’opération : Bastien Gissinger

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

206692

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de la Charente-Maritime

Texte intégral

1L’opération de fouille réalisée en 2017 au lieu-dit La Combe du Prieur à Barzan était destinée à mieux cerner le contexte, la nature et l’extension d’une occupation altomédiévale identifiée lors de sondages réalisés en 2014 et 2015. Une zone de 1 100 m2 a été ouverte, en ménageant une grande berme centrale permettant de conserver une coupe intégrale de la stratigraphie de cette zone.

2Sur un substrat calcaire caractérisé par une pente assez marquée de près de 7 %, une voie antique a été observée, orientée est/ouest. L’érosion naturelle, liée aux eaux de ruissellement, couplée à celle causée par les nivellements résultant des labours, a entamé de manière importante la structure de cette voie qui atteignait 8 m de largeur. Quelques caniveaux associés, eux aussi très arasés, permettaient son drainage. Cette voie périurbaine fut vraisemblablement installée au iie ou iiie s., le mobilier découvert n’étant pas précoce et les derniers tessons datables, découverts sur les niveaux de voirie à l’ouest, remontant aux iiie-ive s.

3De cette phase antique (phase I) subsistent également des épandages antiques qui semblent border des constructions qui sont apparues en 2015 lors de premiers sondages, légèrement au sud-ouest de la fouille. Ces constructions en matériaux légers peuvent cependant se rapporter à des périodes plus récentes, en l’occurrence du premier Moyen Âge. Elles avaient alors été dégagées mais un gros orage avait noyé les tranchées, interdisant l’étude plus approfondie de ces structures et leur datation précise.

4À ces épandages antiques, localisés dans la partie ouest de la fouille, il convient d’associer des dépotoirs, dont une fosse de rejets de céramiques partiellement explorée en 2014, à l’est de la zone fouillée cette année.

5C’est durant l’Antiquité que s’achève le comblement (phase II), de thalwegs et paléochenaux qui strient le sous-sol calcaire et marneux.

6Plusieurs niveaux successifs de sédiments d’aspect limoneux, très similaires entre eux en texture, composition et couleur, scellent la voie et les autres niveaux antiques sur une épaisseur variable allant d’une vingtaine de centimètres à près d’un mètre.

7L’accumulation des sédiments de cette phase II semble avoir été potentiellement assez lente.

8Dans les niveaux supérieurs de cet épisode post-antique fut creusé l’essentiel des structures qui concernent cette opération de fouille (phase III).

9Quelques rares horizons de circulation aménagés ont subsisté dans des zones légèrement creuses qui semblent avoir piégé ces empierrements à l’état de lambeaux de pierres épandues plus ou moins rigoureusement.

10L’essentiel des structures alto-médiévales découvertes concerne l’activité d’ensilage, en vue de la préservation de denrées (les restes découverts sont des céréales : blé, orge, épeautre, millet, avoine). Quelque 113 structures ont été identifiées comme silos creusés dans un substrat irrégulier. Aucun recoupement n’a été constaté, on décèle même une certaine rigueur dans l’organisation. Les structures de silos ont fait l’objet de tests nombreux afin d’appréhender leur forme, leur aspect en surface et ne pas les confondre avec des trous de poteaux de grandes dimensions.

11Des bouchons semblent avoir été réalisés en calcaire afin d’obturer l’ouverture, recouverte ensuite d’un tertre de terre et probablement scellé au moyen d’un matériau plastique (argile ?), bien que nous n’en ayons pas trouvé trace sur le terrain.

12Les structures une fois délaissées devenaient des trous inutiles et dangereux qu’il convenait de combler. Les sédiments extraits lors du creusement de la structure, devaient graviter autour des silos et par conséquent, être réenfouis dans les structures comblées, additionnés de mobilier résiduel issu de l’occupation alentour. Il ne s’agit donc pas de structures spécifiquement utilisées comme dépotoirs, mais servant parfois comme tel, comme la structure St. 131 qui a livré les restes d’un cochon dont les pattes ont été coupées.

13Le quart nord-ouest de la fouille, a livré des structures de plans subquadrangulaires (fonds de cabane, fosses de travail, abris pour des bêtes, habitats…) qu’il a été difficile de repérer et d’explorer. L’orientation de ces structures (fig. 1) suit des axes nord-ouest – sud-est ou perpendiculaires. Cette organisation spatiale implique une certaine contemporanéité des structures d’habitat entre elles, ainsi que peut-être la sépulture qui adopte une orientation identique.

Fig. 1 – Fond de cabane St. 92 en cours de fouille

Fig. 1 – Fond de cabane St. 92 en cours de fouille

Cliché : B. Gissinger (Département de la Charente-Maritime).

14Un ensemble borné au nord par des murs de pierres sèches, constitue les restes d’un bâtiment plus complexe occupé autour des viiie-xe s., avec une organisation interne perturbée par une activité qu’il est difficile de mettre en évidence. La structure était mixte, utilisant terre, bois et solins de pierres.

15Un probable drainage, d’orientation nord-est – sud-ouest, subsiste à l’état de lambeau mais témoigne aussi d’une volonté de rendre cette zone d’habitat plus saine et viable.

16Des éléments rectilignes indiquent peut-être une limite de la zone d’habitat, éphémère et rapidement dépassée (palissades, barrières).

17L’activité agricole est bien attestée, la culture de céréales, de même que l’activité pastorale dans une moindre mesure, en raison de la présence de restes fauniques témoignant d’un élevage, et de dépôts phosphatés, par exemple dans le fond de cabane St. 92, (fig. 2) qui pourrait avoir accueilli une présence animale (étude micromorphologique en cours).

18La fouille a tenté de distinguer des relations chronologiques entre les silos, les fonds de cabanes et les aires de travail. Les datations absolues par le radiocarbone ne sont à cet égard pas satisfaisantes. Elles ne fournissent pas de critères suffisamment discriminants pour permettre un phasage de ces structures. Les silos ne se recoupent pas entre eux, ce qui laisse présager qu’ils aient pu fonctionner durant une période assez brève, à défaut de pouvoir dire qu’ils ont fonctionné ensemble. Ils ne se recoupent pas davantage avec les fonds de cabane. Seule une structure semble recoupée par un silo, mais rien ne prouve qu’il appartienne à la même phase d’ensilage, car il présente des dimensions bien moindres que les autres silos du site. À l’inverse, une structure marquée par des empierrements issus de l’éboulement des parois, recouvre plusieurs silos.

19Il est donc difficile d’établir un véritable phasage entre les structures d’habitat et celles destinées à l’ensilage. À tout le moins peut-on considérer que dans l’immense majorité des cas, les structures d’ensilage évitent les fonds de cabanes et bâtiments sur poteaux, ou l’inverse. Les rares recoupements sont inhérents à la vie d’un site qui a connu quelques modifications au cours d’une période somme toute assez brève (quelques années ? décennies ?).

20La présence d’activités artisanales est probable. Quelques indices vont dans ce sens : un fond de cabane est comblé d’amas coquillers issus du décorticage rigoureux et organisé de centaines de coquillages marins ; la présence de plusieurs lames de couteaux en fer, dont trois au sein du même bâtiment ; la présence d’une fusaïole et d’un peson de tisserand ; et surtout, une activité de stockage qui, outre les silos et les éventuels greniers sur poteaux, comprend de nombreux fragments de vases de stockage retrouvés dans les fonds de cabane.

21La fouille de 2017 n’a pas pu traiter l’ensemble des questions soulevées. Elle a toutefois apporté nombre de réponses à des questions soulevées en 2014-2015 lors des sondages réalisés sur la parcelle.

22Nous sommes ici clairement dans un schéma d’occupation qui diverge de l’image traditionnelle consistant à envisager une « squattérisation » de vestiges antiques. Traces d’un « village » en apparence, il est possible qu’il s’agisse en réalité d’un réel « quartier » de l’agglomération toujours vivace de Barzan et ce malgré le supposé déclin de l’activité portuaire.

23Barzan mérite à ce titre d’être connue comme agglomération alto-médiévale, tout autant que comme site antique (Gissinger 2018).

Haut de page

Bibliographie

Gissinger B. 2018 : Les occupations tardo-antiques et altomédiévales à Barzan (Charente-Maritime) d’après les investigations récentes, Aquitania, 34, p. 241-256.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fond de cabane St. 92 en cours de fouille
Crédits Cliché : B. Gissinger (Département de la Charente-Maritime).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/69489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Gissinger, « Barzan – La Combe du Prieur » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 30 mai 2021, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/69489

Haut de page

Auteur

Bastien Gissinger

Département de la Charente-Maritime

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bastien Gissinger

Département de la Charente-Maritime

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search