Navigation – Plan du site
2007

Sassenage

La Grande Rivoire
Responsable(s) des opérations : Pierre-Yves Nicod et Régis Picavet
Notice rédigée par : Pierre-Yves Nicod et Régis Picavet

Entrées d’index

Peuples et cités :

Chasséen

Nature des opérations :

Prospection programmée (PP)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229411

Date de l'opération : 2007 (PP)
Inventeur(s) : Picavet Régis (LYTHOS)

1Les fouilles réalisées en 2007 dans l’abri sous roche de la Grande Rivoire ont concerné les niveaux du Néolithique ancien et du Néolithique moyen. Quatre secteurs ont été fouillés sur une surface totale d’environ 45 m2.

Les niveaux du Néolithique ancien

2L’ouverture de deux nouveaux secteurs a permis de fouiller partiellement les horizons néolithiques antérieurs à l’Épicardial. Dans la zone abritée du gisement, deux aires bien distinctes ont été identifiées. La première est un amas cendreux de couleur blanche à brun clair, qui s’étend sur une longueur d’environ 2 m et sur une hauteur d’au moins 0,60 m. La seconde, en périphérie de ces cendres, est formée de sédiments beaucoup plus sombres, brun à gris, qui présentent une grande diversité de constituants : granules et cailloux calcaires (parfois très corrodés), charbons, cendres, os, industrie lithique, etc. Dans la zone non abritée du site, ces niveaux néolithiques sont encore très cendreux et très charbonneux, bien qu’ils aient été lessivés par les intempéries.

3L’abondant mobilier archéologique mis au jour comprend principalement de l’industrie lithique taillée et des restes de faune. La céramique n’est représentée que par quelques petits tessons d’attribution stratigraphique encore incertaine. Ce Néolithique ancien se caractérise par une forte présence d’armatures tranchantes de type méridional, par un débitage épisodique du quartz hyalin et par une exploitation d’espèces animales aquatiques (tortue et poissons). Nous mentionnerons en outre un élément de parure remarquable : une incisive de capriné à double perforation de la racine.

Des couches affaissées du Néolithique ancien et moyen

4Tout contre la falaise, sur une surface d’environ 2 m2, nous avons fouillé une zone d’affaissement. Elle est constituée d’une part d’une série de couches basculées en bloc, qui ont conservé la cohérence de leur agencement originel, et d’autre part d’une zone de fracture très perturbée, qui sépare ces dernières des couches en place. Les unités sédimentaires affaissées présentent des faciès caractéristiques des dépôts de bergerie : limons organiques (fumier), limons organocharbonneux et limons cendreux.

5Le mobilier découvert conforte la cohérence chronostratigraphique de ces couches. Nous avons en effet observé une succession d’éléments attribuables au Néolithique moyen II (fines lamelles à trois pans), au Néolithique moyen I (récipients cylindriques à anses, écuelles carénées à anses en ruban) et au Néolithique ancien (col de bouteille portant un cordon vertical, armatures tranchantes en silex).

Les niveaux de bergerie du Néolithique moyen I

6La fouille planimétrique des dépôts de bergerie du Néolithique moyen I s’est poursuivie dans deux secteurs. Comme les années précédentes, nous avons enregistré précisément la succession des différents faciès sédimentaires (fumiers, limons organocharbonneux, limons cendreux, etc.) et nous les avons régulièrement échantillonnés en vue d’analyses sédimentologiques, archéobotaniques et radiocarbones. Les couches de fumier minéralisé, de couleur jaune à brun clair, se sont révélées plus fréquentes et souvent plus épaisses que dans les niveaux sus-jacents. Certaines d’entre elles ont livré des coprolithes de caprinés en parfait état de conservation (Fig. n°2 : Coprolithes de caprinés du Néolithique moyen ; taille des crottes de 5 à 11 mm).

7Du point de vue topographique, nous avons identifié un bourrelet de pied de falaise qui marque au sol la limite de la zone abritée par le surplomb rocheux, ainsi qu’une longue dépression parallèle à la paroi qui pourrait résulter du tassement post-dépositionnel du fumier. Par ailleurs, une nette discordance sédimentaire entre des couches très caillouteuses et des couches organiques très limoneuses pourrait indiquer l’emplacement d’une clôture ou d’une paroi.

8Le mobilier céramique découvert dans ces niveaux est assez pauvre. Aux côtés de récipients à anses en ruban, relativement ubiquistes durant le Néolithique moyen I, on a trouvé une écuelle à embouchure quadrangulaire qui conforte les affinités avec l’Italie du Nord (culture des vases à bouche carrée), et une coupe à marli qui renforce les liens avec le Chasséen ancien rhodanien. Par ailleurs, des tessons à perforations multiples peuvent être interprétés, dans ce contexte de bergerie, comme des fragments de faisselles (Fig. n°1 : Fragments de récipients en céramique, à parois perforées. Ils sont considérés comme des faisselles. Longueur des fragments de 1,8 à 3,3 cm).

9L’industrie en silex comprend des éclats et des lames retouchées, des grattoirs et une armature triangulaire. L’industrie osseuse est représentée par un poinçon sur métapode de petit ruminant et une baguette en bois de cerf. Enfin, l’unique élément de parure découvert dans ces niveaux est un fragment de pendeloque discoïde en coquillage marin.

10NICOD Pierre-Yves et PICAVET Régis

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Fragments de récipients en céramique, à parois perforées. Ils sont considérés comme des faisselles. Longueur des fragments de 1,8 à 3,3 cm

Fig. n°1 : Fragments de récipients en céramique, à parois perforées. Ils sont considérés comme des faisselles. Longueur des fragments de 1,8 à 3,3 cm

Auteur(s) : Avora, Bernard. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Coprolithes de caprinés du Néolithique moyen ; taille des crottes de 5 à 11 mm

Fig. n°2 : Coprolithes de caprinés du Néolithique moyen ; taille des crottes de 5 à 11 mm

Auteur(s) : Avora, Bernard. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Fragments de récipients en céramique, à parois perforées. Ils sont considérés comme des faisselles. Longueur des fragments de 1,8 à 3,3 cm
Crédits Auteur(s) : Avora, Bernard. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. n°2 : Coprolithes de caprinés du Néolithique moyen ; taille des crottes de 5 à 11 mm
Crédits Auteur(s) : Avora, Bernard. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pierre-Yves Nicod et Régis Picavet, « Sassenage », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6967

Haut de page

Responsables d'opération

Pierre-Yves Nicod

Univ. Genève

Articles du même responsable de fouilles

Régis Picavet

LYTHOS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals