Navigation – Plan du site
2007

La Rivière (Isère)

Domaine départemental des Écouges, ferme du Rivet
Responsable(s) des opérations : Alain Belmont
Notice rédigée par : Alain Belmont

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229454

Date de l'opération : 2007 (SD)

1Menés par le LARHRA (UMR CNRS 5190) en juin 2007, les sondages (Fig. n°2 : Vue générale des sondages du Rivet) ouverts aux Écouges, au sein d’une vallée isolée du nord-est du Vercors, ont mis au jour au lieu-dit Le Rivet et à 1 100 m d’altitude, les vestiges d’une ferme bâtie entre 1657 et 1665, occupée tout au long des XVIIIe s. et XIXe s. (Fig. n°1 : La ferme du Rivet d'après un plan aquarelle dessiné vers 1776). et entièrement détruite à la suite des combats de la seconde guerre mondiale.

2Trois tranchées d’une surface totale de 67 m2, précédées par une prospection géophysique, ont montré que cette ferme avait été construite en trois ou quatre phases. La phase initiale comprenait un édifice rectangulaire de 17 m sur 10 m divisé en une partie habitation au sud et une partie exploitation au nord, celle-ci comprenant vraisemblablement une grange et une étable. Si sa toiture, en « essendoles » (tuiles de bois), participait d’un mode de couverture économique et traditionnel en pays de montagne, le reste du bâti témoigne au contraire d’une qualité architecturale inusitée dans les simples fermes paysannes du XVIIe s. : fondations profondes et soigneusement appareillées, murs édifiés « à chaux et sable », dallage monumental dans la pièce principale, peut-être sorti des ruines de l’ancienne chartreuse des Écouges. D’après les textes d’archives, ce premier bâtiment avait coûté la bagatelle de 1 000 livres, soit le prix à l’époque de 15 à 20 maisons de journaliers ou d’artisans. Au cours des deux à trois phases de construction suivantes, intervenues entre la fin du XVIIIe s. et la fin du XIXe s., l’édifice initial s’accroît d’un four à pain, d’un hangar et de pièces supplémentaires qui portent son emprise au sol à près de 370 m2, auxquels s’ajoutent encore deux étages à l’intérieur de la partie habitation. Incendié en 1944, ce bâtiment fut rasé en deux temps pour laisser la place, à la fin du XXe s., à une plate-forme en herbes.

3Si les sondages n’ont pas rempli leurs promesses en termes de mobilier, les niveaux archéologiques ayant été presque entièrement raclés à la pelle mécanique ou trop soigneusement nettoyés par les anciens occupants, fouilles et recherches en archives ont apporté un éclairage stimulant sur l’intérêt porté par la haute aristocratie du XVIIe s. envers l’activité agropastorale. Loin d’une exploitation vouée à une polyculture vivrière, la ferme du Rivet sert en effet d’appui à l’élevage d’une centaine de bovins, qui paissent durant la belle saison des prairies d’altitude récemment défrichées, et arrosées grâce à une série de retenues d’eau et de canaux. Le lait de ce troupeau est transformé en fromage par des Suisses, probablement pour alimenter un commerce à vaste échelle. Plus qu’à une simple ferme ou « grange », le site du Rivet s’apparente donc à ces haberts dans lesquels les pères de la Grande-Chartreuse pratiquaient un élevage de type grande montagne. Il constitue ce faisant un élément à part entière d’une économie domaniale non pas routinière mais à la pointe des techniques du temps, caractère que l’on retrouve dans d’autres investissements des propriétaires du Rivet, comme la carrière de meules de Quaix-en-Chartreuse ou la fonderie de canons de Saint-Gervais, pour ne citer que des établissements proches. Ce dynamisme économique est d’autant plus remarquable qu’il est l’œuvre de deux femmes : Laurence Frère (vers 1613-1674), épouse d’Antoine du Faure, président au parlement de Grenoble, et sa fille Marie du Faure (1642-1710), épouse de Nicolas Prunier de Saint-André, premier président au parlement et ambassadeur du roi Louis XIV à Venise.

4BELMONT Alain

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : La ferme du Rivet d'après un plan aquarelle dessiné vers 1776

Fig. n°1 : La ferme du Rivet d'après un plan aquarelle dessiné vers 1776

Auteur(s) : Belmont, Alain. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Vue générale des sondages du Rivet

Fig. n°2 : Vue générale des sondages du Rivet

Auteur(s) : Belmont, Alain. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : La ferme du Rivet d'après un plan aquarelle dessiné vers 1776
Crédits Auteur(s) : Belmont, Alain. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. n°2 : Vue générale des sondages du Rivet
Crédits Auteur(s) : Belmont, Alain. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/6971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alain Belmont, « La Rivière (Isère) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6971

Haut de page

Responsable d'opération

Alain Belmont

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals