Navigation – Plan du site
2007

Saint-Joseph

Grange Blanche
Responsable(s) des opérations : Catherine Coquidé
Notice rédigée par : Catherine Coquidé

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229347

Date de l'opération : 2007 (SD)

1Les sondages d’évaluation du potentiel archéologique d’un futur lotissement ont permis de préciser le tracé de l’aqueduc antique du Gier au sortir du contournement du vallon de Vaille et avant son passage en tunnel sous la Bessonière. Relativement bien conservé, alternant une section intacte et d’autres révélant un arasement variable de la voûte, il aborde ce changement de direction d’une façon plus rectiligne que celle envisagée au départ.

2Le peu de recul induit par les sondages limite les observations liées à la construction. Les mesures disponibles sont conformes à la norme admise pour cet ouvrage. Notons seulement que deux césures de montage de la voûte sont perçues à 6 m d’intervalle et que les matériaux de construction pourraient provenir de la tranchée d’installation, au moins partiellement. Là où la voûte est conservée, un vide de 0,25 m et plus est encore accessible. Sur les quatre sondages concernés par le tracé, trois révèlent un piquage postérieur à son abandon en tant que conduite desservant Lugdunum. Il s’agit pour deux d’entre eux d’un caniveau superficiel de petit module et d’une saignée non aménagée, beaucoup plus importante, entaillant profondément le rocher. Le troisième est beaucoup plus original puisqu’il prend la forme d’une ouverture ménagée sur l’extrados à un point de faiblesse (une césure de montage de la voûte). Cet accès profitait d’un bouchage non maçonné et soigné composé de dalles et de blocs amovibles. Le scellement par la colluvion de pente et le passage postérieur d’un drain caillouteux indiquent une utilisation éventuellement antérieure à l’époque contemporaine.

3Les sondages d’évaluation concernaient l’ensemble des parcelles disponibles et se sont également attaché à reconnaître les abords en amont de l’ouvrage. Pour la première fois, le passage de la tranchée supérieure, probable doublon abandonné de l’aqueduc, a été mise au jour en sous-sol. De 13 m à 14 m plus haute (niveau de surface), elle prend la forme d’une entaille dans le rocher large de 1,30 m (hors érosion superficielle). Elle est donc plus étroite que la conduite qui lui fera suite. L’arrivée massive d’eau d’infiltration a empêché d’appuyer les observations stratigraphiques et de reconnaître le fond avec précision. Son comblement recèle néanmoins de nombreuses tegulae dont la présence reste inexpliquée.

4À 100 m vers l’amont sont également mis au jour les abords d’une implantation antique signalée par un niveau charbonneux accompagné de mobilier céramique. Ce niveau tapisse le rocher et occupe le fond d’une dépression encore inondable. Le résultat des sondages semble indiquer que l’occupation principale se situe sur le replat juste au nord de l’emprise. Des prospections récentes avaient d’ailleurs signalé la présence d’un site à cet endroit. La chronologie, étagée depuis les IIe s. et IIIe s. (terminus post quem) jusqu’aux IVe s et Ve s. apr. J.-C., ne permet pas d’affirmer la contemporanéité de cette occupation avec l’aqueduc dont l’utilisation n’est avérée, à ce jour, qu’aux Ier s. et IIe s.

5COQUIDÉ Catherine

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Catherine Coquidé, « Saint-Joseph », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6980

Haut de page

Responsable d'opération

Catherine Coquidé

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals