Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202026 – DrômeAouste-sur-Sye – Chemin départeme...

2020
26 – Drôme

Aouste-sur-Sye – Chemin départemental 731

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Jean-Marc Lurol

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Lurol J.-M. 2020 : Aouste-sur-Sye (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes) Chemin départemental 731, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic, réalisé à Aouste-sur-Sye, chemin départemental 731, sur la parcelle AE 9, a été prescrit par le SRA Auvergne-Rhône-Alpes en raison d’un projet immobilier dont la réalisation comprend des travaux de terrassements susceptibles de porter atteinte à d’éventuels vestiges archéologiques. Le site est localisé au nord du bourg, et en rive droite de la Sye.

2Ce diagnostic a révélé l’existence d’une nécropole romaine dans la partie centrale de l’emprise foncière prescrite, secteur qui, du point de vue géomorphologique, correspond à une terrasse alluviale intermédiaire d’âge holocène, dénommée « terrasse médiane ». La mise en place de cette terrasse, qui a pu se développer jusqu’au début de l’Antiquité romaine, comme l’indique la présence de fragments d’amphore en partie supérieure, est plutôt à mettre en lien avec la dynamique alluviale de la Sye. Cette « terrasse médiane » s’intercale entre une « terrasse haute », plus ancienne (âge proposé : fini-würmien) et érodée, qui la domine à l’ouest, et qui correspond probablement à celle cartographiée dans la carte géologique au 1/50000, et une terrasse basse, plus récente, à l’est, c’est-à-dire au plus près du chenal actuel de la Sye, dont la mise en place est postérieure aux vestiges funéraires, soit après la seconde moitié du ier s. ou au iie s. apr. J.-C.

3Sur cet espace de la « terrasse médiane », au total, 36 structures funéraires, comprenant majoritairement des dépôts secondaires de crémations mais aussi des fosses-bûchers, ont été mises au jour dans quatre sondages (sondages 2, 3, 5 et 7) sur les sept qui ont été ouverts sur l’ensemble de cette parcelle. Les autres indices archéologiques se limitent à des structures hydrauliques représentées par trois canalisations (F3 dans le sondage 1 ; F6/F20 dans les sondages 2 et 3 ; F70 dans le sondage 7), un caniveau (F11 dans le sondage 2) et à deux ensembles fossoyés (F4 dans le sondage 1 et F32 dans le sondage 4), qui correspondent visiblement à des aménagements datés de la période contemporaine, sans plus de précision.

Les principales caractéristiques des structures funéraires

4Les 36 structures de ce contexte funéraire antique se répartissent en 31 dépôts secondaires de crémations en fosse, dont trois placés à l’intérieur d’une demi-amphore, trois fosses-bûchers et deux ensembles difficiles à déterminer (dépôts secondaires ou fosses-bûchers ?).

5Les formes en surface de ces structures sont circulaires, ovales proches du cercle, ovales/rectangulaires, ou non déterminées. Ces formes variables se rapportent très clairement à leur catégorie. Les dépôts secondaires en fosse présentent des contours circulaires ou légèrement ovales, alors que les fosses-bûchers adoptent des formes plus allongées, qui évoluent entre l’ovale et le rectangle.

6Les comblements, observés uniquement en surface, varient du gris clair au gris/noir, en fonction de la densité de charbon de bois présent. La répartition du dépôt charbonneux n’apparaît pas forcément homogène, mais plutôt concentrée dans une partie ou sur le bord du comblement. La présence d’ossements brûlés a été constatée dans les structures qui ont été partiellement tronquées par le godet de la pelle (exemples : F9, F22, F69).

7L’association de mobilier (objets en céramique, en verre, en métal) a été attestée pour neuf ensembles funéraires (F9, F12, F13, F22, F57, F68, F69, F73, F74), ce qui n’exclut pas, bien entendu, une présence d’objets en dépôt dans les autres structures. Une partie de ce mobilier a été prélevée volontairement, et parfois accidentellement, pour être étudiée (identification, datation). Pour information, la mise au jour des structures funéraires par le godet de la pelle mécanique a occasionné, par endroits, quelques troncatures partielles de ces ensembles. Dans ce cas, le mobilier déplacé a été automatiquement prélevé. Cela concerne les ensembles F9, F12, F13, F22 et F69. Parmi tous ces objets, seul le miroir en alliage cuivreux provenant du dépôt secondaire F9 semble avoir subi l’action du feu. Les autres (céramique, verre) ne portent aucune trace de chauffe : c’est visiblement dans un second temps qu’ils ont été associés aux résidus de crémation.

8Deux échantillons de charbons de bois ont été extraits des structures funéraires dans l’objectif d’une analyse pour une datation au radiocarbone, l’un dans F63 qui correspond à un dépôt de crémation que l’on peut qualifier d’ancien par sa position stratigraphique, et l’autre dans F69 qui, au contraire, est un dépôt plus récent.

La position de ces structures funéraires dans la stratigraphie du site

9Au niveau de leur position par rapport au sol actuel, ces structures funéraires apparaissent en profondeur entre 0,65 m (F71, F72, sondage 3) et 1,45 m (F62, sondage 5 sud). Elles sont plus profondément enfouies dans les sondages 2 (entre 1 m et 1,40 m), 5 (entre 1,15 m et 1,45 m) et 7 est (1,40 m) par rapport aux sondages 3 et 7 ouest, où elles ont été repérées entre 0,65 m et 0,80 m. Cet écart de profondeur d’enfouissement n’est pas du à une variation topographique dans cet espace du niveau sédimentaire dans lequel s’installe la nécropole, mais à l’existence d’au moins deux niveaux séparés par des dépôts de colluvions/pédosédiments colluviaux. Ce constat s’est vérifié dans le sondage 7, où les deux niveaux ont été caractérisés.

10Le premier niveau de vestiges funéraires a été repéré au sommet des US 16 (sondage 2) et 51 (sondage 5 et 7). Ces dernières sont des couches sédimentaires brunifiées porteuses d’une pédogenèse, dont il est difficile d’affirmer qu’elle se soit développée in situ sur des colluvions. Il s’agit plus probablement de sols érodés en position secondaire (pédosédiments colluviaux). Dans le sondage 3, ce niveau brunifié, représenté par l’US 46, n’a pas été observé en plan, car il est recouvert par le deuxième niveau de la nécropole, qui n’a pas été traversé.

11Ce premier niveau de nécropole est représenté par 22 structures funéraires, qui se répartissent en dix-sept dépôts secondaires de crémations en fosse, dont un placé à l’intérieur d’une demi-amphore (F56), trois fosses-bûchers et deux ensembles difficiles à déterminer (dépôt secondaire ou fosse-bûcher ?). Du mobilier a été extrait de trois structures dans le sondage 2 : le dépôt secondaire F9 (céramique, verre, métal), le dépôt secondaire F12 (céramique) et la fosse-bûcher F13 (céramique). Le lot de céramique, surtout conséquent dans F9, est attribuable à la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. Une datation identique a été obtenue pour le verre, représenté par quatre vases complets qui proviennent, eux aussi, du même dépôt F9. De même, le mobilier métallique, constitué par un miroir en alliage cuivreux très fragmenté (type : groupe F de Lloyd-Morgan), peut être cadré entre le premier tiers du ier s. apr. J.-C. à la fin du iie s. L’ensemble de ces résultats permet de proposer une datation de la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. pour cette première phase de la nécropole. Parallèlement à ces études, une datation 14C a été réalisée sur des charbons de bois, extraits du dépôt de crémation F633 dans le sondage 5, rattaché à ce premier niveau de vestiges. La date obtenue de 2010 ± 30 BP4 pourrait a priori paraître plus ancienne, mais sa fourchette de calibration chevauche néanmoins statistiquement partiellement la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. Il n’est à cette occasion pas exclu qu’il existe un léger effet « vieux bois » sur cette datation 14C. Ce premier niveau de vestiges funéraires est scellé par des dépôts de colluvions/pédosédiments, plus ou moins brunifiés et/ou porteurs d’une pédogenèse héritée : US 15/39 et US 14 dans le sondage 2, US 39 dans le sondage 3 et US 50, 49 et 48 dans les sondages 5 et 7. Ce recouvrement colluvial a été alimenté par l’érosion de sols et substrats, plus ou moins affectés par la pédogenèse, issus de la haute terrasse, en lien avec la mise en valeur agraire du paysage dès l’Antiquité romaine. Cela souligne une forte évolution morphologique et sédimentaire de la parcelle au cours de cette dernière période. On constate jusqu’à 0,65 m d’exhaussement colluvial à certains emplacements en probablement moins d’un siècle, voire quelques décennies ou moins. C’est au sommet de ces colluvions (US 39 dans le sondage 3 et US 48 dans le sondage 7) que s’installent les structures funéraires qui constituent le deuxième niveau de nécropole. Cette pérennité de l’utilisation de cet espace pour des pratiques funéraires est notable, compte tenu des modifications environnementales importantes.

12Le deuxième niveau de la nécropole, présent dans les sondages 3 et 7 ouest, est composé de quatorze structures funéraires qui correspondent toutes à des dépôts secondaires de crémations en fosse, dont deux placés à l’intérieur d’une demi-amphore : F22 et F72. Du mobilier céramique a été extrait des dépôts funéraires F22 et F69. Le lot provenant de F22 apporte une datation de la seconde moitié du ier s. avec un élément (cruche à lèvre moulurée), qui reste usuel au iie s. Celui de F69 est moins précis puisqu’il associe une coupelle Drag. 27B, produite au cours du ier s. apr. J.-C. jusqu’au début du iie s., avec un pot à lèvre débordante aplatie, à rapprocher du type Haltern 62, lequel apparaît dès le dernier quart du ier s. av. J.-C. puis perdure jusqu’au iiie s. Les résultats de cette étude n’apportent pas une précision suffisante pour pouvoir affirmer l’existence d’un écart chronologique entre les deux niveaux de nécropole, et pour pouvoir le mesurer.

13De son côté, la datation 14C, opérée sur un échantillon de charbons de bois extrait du dépôt secondaire F69, apporte une touche supplémentaire, en proposant un âge radiocarbone conventionnel de 1900 +/- 30 BP5, avec une probabilité enlevée de 88,40 % de se situer non seulement dans la seconde moitié du ier s. apr. J.-C., mais également dans quasiment tout le iie s.

14En résumé, à l’issue du diagnostic, on peut estimer qu’il y a deux phases d’utilisation de cette nécropole. Une première phase qui fonctionne au cours de la seconde moitié du ier s. apr. J.-C., mais qui peut avoir une origine plus précoce, et une deuxième phase forcement postérieure, d’après les données stratigraphiques, mais qui reste difficile à caler précisément sur le plan chronologique : fin ier s., début iie s. ?. La phase de colluvionnement intercalée entre les deux niveaux de la nécropole demeure, elle aussi, difficile à calibrer dans sa durée : moins d’un siècle, quelques décennies, voire moins ?

Le potentiel de structures funéraires sur ce site

15Le nombre total de structures funéraires susceptibles d’être présentes sur l’emprise de cette nécropole, dont la surface est estimée à environ 1 500 m2 d’après la surface de la terrasse médiane, peut se calculer de la manière suivante, en distinguant, dans un premier temps, chaque niveau de la nécropole.

16Pour le premier niveau, le nombre de structures funéraires repérées s’élève à 22. La surface des sondages ou des parties de sondages où a été relevée la présence des structures est d’environ 200 m2. En multipliant le nombre de structures repérées par 7,5 (rapport entre la surface positive des sondages pour le premier niveau et la surface estimée de la nécropole), on obtient un premier total de 166.

17Pour le deuxième niveau, le nombre de structures funéraires repérées s’élève à 14. La surface des sondages, ou des parties de sondages, où ces structures sont présentes, mais aussi absentes, c’est-à-dire les surfaces où le premier niveau a été atteint, est d’environ 300 m2. En multipliant le nombre de structures repérées par 5 (rapport entre la surface (positive ou négative) des sondages pour le deuxième niveau et la surface estimée de la nécropole), on obtient un total de 70.

18Au final, le nombre total de structures funéraires pour cette nécropole est évalué autour de 236, nombre qui peut être ramené à une fourchette comprise entre 220 et 250 structures, et où un peu plus des deux tiers concerneraient le premier niveau de la nécropole. Sur ce potentiel, 25 à 27 structures pourraient être des fosses-bûchers (11 %) : en effet, sur les 36 structures funéraires relevées, trois sont des fosses-bûchers, et deux peuvent en être. Retenant quatre comme chiffre moyen, on obtient une proportion de 11 %.

Fig. 1 – Vue d’ensemble des crémations dans le sondage 5

Fig. 1 – Vue d’ensemble des crémations dans le sondage 5

Cliché : J-M. Lurol (Inrap).

Fig. 2 – Miroir en alliage cuivreux, provenant du dépôt de crémation F.9 (sondage 2)

Fig. 2 – Miroir en alliage cuivreux, provenant du dépôt de crémation F.9 (sondage 2)

Cliché : S. Bigot (Inrap).

Fig. 3 – Objets en verre provenant du dépôt de crémation F.9 (sondage 2)

Fig. 3 – Objets en verre provenant du dépôt de crémation F.9 (sondage 2)

Clichés : J-M. Lurol (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue d’ensemble des crémations dans le sondage 5
Crédits Cliché : J-M. Lurol (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 2 – Miroir en alliage cuivreux, provenant du dépôt de crémation F.9 (sondage 2)
Crédits Cliché : S. Bigot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 3 – Objets en verre provenant du dépôt de crémation F.9 (sondage 2)
Crédits Clichés : J-M. Lurol (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Lurol, « Aouste-sur-Sye – Chemin départemental 731 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/70308

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Lurol

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Marc Lurol

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search