Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202026 – DrômeAouste-sur-Sye – Route de Blacons

2020
26 – Drôme

Aouste-sur-Sye – Route de Blacons

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Jean-Marc Lurol

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Lurol J.-M. 2020 : Aouste-sur-Sye (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes) Route de Blacons, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé route de Blacons à Aouste-sur-Sye, sur les parcelles AD 1057 et 1058, a été prescrit par le SRA Auvergne-Rhône-Alpes, en raison d’un projet immobilier dont la réalisation comprend des travaux susceptibles de porter atteinte à d’éventuels vestiges archéologiques. Cette intervention a révélé une très forte présence de vestiges archéologiques, représentés plus particulièrement par un contexte funéraire médiéval et moderne associant cimetière et bâtiment religieux. Ce contexte funéraire, omniprésent sur l’ensemble de l’emprise prescrite, n’est pas la seule découverte réalisée, puisqu’il est question également d’un niveau d’occupation antique et d’un horizon sédimentaire contenant quelques indice (des tessons de céramiques), attribuables au Néolithique et au Bronze ancien.

2Les traces d’occupation les plus anciennes sont représentées par un lot de 22 tessons de céramique non tournée, extrait de deux couches sédimentaires superposées (US 118 et US 119), légèrement brunifiées, qui ont été observées uniquement sur 4 à 5 m2 dans un sondage profond réalisé dans la partie centrale du site à l’extrémité nord du sondage 7. C’est du niveau supérieur, US 118, situé à 1,35 m de profondeur sous le sol actuel (altitude NGF supérieure de l’US 118 : 205,90 m), que provient la majorité du mobilier céramique, l’US 119 (altitude NGF supérieure de l’US 119 : 205,75 m) n’ayant livré que deux tessons. La faible quantité de mobilier et des critères typologiques discrets (uniquement type de pâte) ont conduit à proposer une datation « prudente » de cette céramique. Il semblerait d’après J. Vital (CNRS) qu’il existe à la fois certains éléments pouvant appartenir au Néolithique et d’autres plutôt attribuables au Bronze ancien. Ce constat de mélange de culture pose évidemment la question de la pertinence de ces indices matériels, qui ne sont peut-être pas en place dans les niveaux sédimentaires.

3L’occupation antique de ce site a été observée dans les sondages 4 et 7, localisés dans la partie centrale de l’emprise. Elle est caractérisée par un niveau sédimentaire (US 116 et US 120 dans le sondage 7), par des vestiges de murs (Mr68, Mr104, Mr113, Mr114), par une fosse (Fs122) et par des indices matériels (céramique, monnaies). Ces derniers ont été retrouvés en place dans la couche d’occupation et dans la fosse, ou en position secondaire dans le niveau encaissant du cimetière médiéval ou moderne (US 4) et dans des comblements de tombes (Sp40, Sp66).

4Le niveau sédimentaire, repéré dans les parties profondes des sondages 4 (sud) et 7 (nord), apparaît directement sous l’US 4 (niveau du cimetière), à 0,65 m de profondeur sous le sol actuel pour l’US 1161 (sondage 7), et à 1,40 m de profondeur pour l’US 1202 (sondage 4). Cette différence d’altitude de 0,70 m témoigne apparemment d’un pendage nord-sud d’environ 5 à 6 % pour ce qui concerne l’horizon antique de ce site. Il s’agit là d’une remarque avancée avec prudence, car ce niveau d’occupation n’a été constaté qu’à deux endroits du site, avec, à chaque fois, une interprétation incertaine de la couche (sol, remblai ?). En revanche, il est certain que ce niveau a été perturbé, voire fortement remanié, par l’installation des tombes les plus profondément enfouies du cimetière médiéval et moderne.

5Les quatre tronçons de murs qui appartiennent à ce contexte antique présentent des modes de construction assez similaires et des orientations nord-sud et est-ouest associables. Par contre, ils sont individuellement trop isolés pour faire clairement référence à un même ensemble. La fosse Fs122, en partie tronquée par l’installation du sarcophage Sp74, est intéressante, car son comblement a livré une grande quantité de mobilier céramique (42 tessons, comprenant 17 fragments de sigillée sud gauloise, un fragment de sigillée claire B, un fragment de commune claire, dix-sept fragments de céramique grise kaolinitique et six fragments d’amphore ibérique). Ce comblement de fosse, qui couvre une large amplitude de temps allant a minima de la première moitié́ du ier au iiie s. apr. J.-C., constitue l’indicateur chronologique essentiel de cette occupation antique. Les deux monnaies, retrouvées, l’une, un sesterce d’Antonin le Pieux, dans le niveau antique, et l’autre, un probable sesterce de Marc Aurèle, en position secondaire dans le contexte du cimetière, viennent s’associer à cette proposition de datation.

6Le cimetière médiéval et moderne occupe l’ensemble de l’emprise foncière prescrite au diagnostic (parcelles AD 1057 et 1058), et il peut certainement s’étendre au-delà, dans le sous-sol des parcelles attenantes. Ce cimetière apparaît associé à un bâtiment repéré partiellement dans la partie centre-est du site (sondage 3), et représenté par des fondations de murs.

7Sur le plan méthodologique, il est utile de rappeler que, dans le cadre de ce diagnostic, aucune sépulture n’a été fouillée. Le travail a consisté en un nettoyage complet des fonds des sondages, afin de bien repérer tous les ensembles funéraires présents. Dans le cas des ossements, il était important de discriminer ceux qui correspondaient à des sépultures en place (ossements en connexion) de ceux disposés en désordre et pouvant se rapporter éventuellement à des réductions. Ce travail a permis de dénombrer les sépultures par sondages, d’identifier leur type et de repérer leur orientation.

8Dans les sept sondages ouverts, 82 sépultures ont été recensées, en étant identifiées comme telles pour la grande majorité, et uniquement supposées pour quelques rares structures. Toutes ces sépultures sont des inhumations, qui se présentent sous différents types et en nombre variable : quarante-deux en pleine terre ou peut-être à l’intérieur de cercueils en bois, seize en coffres ovales ou anthropomorphes, dix dans des sarcophages, une tombe en tuiles plates et treize difficiles à déterminer, ou bien non déterminées. Ce nombre total de sépultures repérées, auquel il faut ajouter un nombre estimé d’ensembles plus enfouis non visibles (total x 1,5 minimum et x 2 maximum), rapportés à la surface des sondages (212 m2), permet d’évaluer entre 1 500 et 2 000 la quantité́ de structures funéraires sur l’ensemble de l’emprise (2 660 m2). Du point de vue de la densité, il semblerait qu’en s’éloignant vers l’ouest du bâtiment associé (bâtiment religieux), le nombre de sépultures se réduirait.

9Sur le plan stratigraphique, il faut retenir que les premières sépultures apparaissent à partir de 0,50 m de profondeur sous le niveau de sol actuel. C’est le cas dans les sondages 1, 2 et 5, où certaines affleurent quasiment sous la terre végétale. Cette situation stratigraphique laisse supposer un arasement de la partie supérieure de la couche dans laquelle les tombes ont été creusées (US 4), car il n’est pas envisageable que ces dernières aient été sub-affleurantes lors du fonctionnement du cimetière. Dans la partie centrale du site (sondages 3 et 4), les vestiges funéraires sont légèrement plus enfouis entre 0,60 m et 0,80 m, et dans le secteur ouest (sondages 5 et 6), ils ont été observés à partir d’1,10 ou 1,20 m de profondeur, ce qui peut indiquer ici une bonne conservation du niveau sédimentaire en relation avec le cimetière (US 4).

10Sur le plan topographique, les relevés altimétriques NGF de la surface de l’US 4 (niveau du cimetière) montrent l’existence d’une amorce de pente vers l’ouest entre les sondages 6 et 7. En effet, la surface du sol du cimetière, en tenant compte de son arasement dans certains secteurs, devait se situer entre 207 m et 207,50 m dans les parties centrale et orientale du site. Elle est cotée aux alentours de 206 m dans le secteur ouest.

11L’état de conservation de ces ensembles funéraires apparaît relativement correct, mais également variable et incertain, puisque aucune sépulture n’a été fouillée. Parmi ces vestiges, certains sont partiellement perturbés, voire très perturbés, car tronqués par des dépôts postérieurs, d’autres sont entièrement conservés. Il en est de même pour l’état des ossements, qui, malgré des disparités, reste dans l’ensemble assez correct. À première vue, la nature du sédiment encaissant n’a pas été trop agressive.

12En ce qui concerne l’orientation des structures funéraires, bien que la position des crânes ait été constatée uniquement dans les sépultures en pleine terre ou en cercueil, on peut tout de même affirmer que la très grande majorité (92 %) des tombes sont orientées ouest (46 tombes) et nord-ouest (30 tombes). On recense uniquement un sarcophage (Sp54 dans le sondage 3), disposé nord-sud le long du mur ouest du bâtiment et donc influencé par l’orientation de ce dernier, ainsi qu’une sépulture d’enfant (Sp13) orientée vers le sud-ouest dans le sondage 2. Pour quatre tombes, l’orientation est indéterminée.

13Ce contexte d’occupation médiévale et moderne est représenté également par l’angle sud-ouest d’un bâtiment repéré dans le sondage 3 et matérialisé par des fondations de murs de tailles monumentales, leur largeur variant d’1,80 à 1,90 m. Ce bâtiment, qui se prolonge visiblement dans la partie centre-nord de la parcelle AD 1058, entre les sondages 1 et 3, apparaît en relation avec les ensembles funéraires. Son orientation générale, avec des murs nord-sud et est-ouest, a clairement influencé celles des tombes avoisinantes.

14Pour répondre au mieux à plusieurs questions concernant ce bâtiment et le cimetière qui l’entoure, et plus particulièrement pour tenter d’identifier ce contexte, une expertise documentaire a été réalisée dans le cadre de ce rapport. Ces recherches, qui se sont appuyées sur l’iconographie ancienne et des sources écrites anciennes, ont été concentrées autour des éléments d’occupations médiévales et modernes d’Aouste-sur-Sye, de ses établissements religieux, des cimetières et des quartiers du bourg ancien.

15Au cours de l’Antiquité romaine, le territoire d’Aouste-sur-Sye est occupé par une petite agglomération (Augustum, Augusta) et par des établissements périphériques (villae). Le secteur du diagnostic se trouve situé le long d’une voie importante qui relie Valence à Die.

16Le quartier où s’est déroulé le diagnostic porte le toponyme Fontagnal, qui tient probablement son origine d’une source ancienne, élément propice à une implantation humaine (cadastre ancien 1811). Le toponyme Saint-Pierre, qui couvrait encore au xixe s. une grande partie de la commune à la sortie est du bourg et en rive droite de la Drôme, correspond à un des vocables de l’ancien prieuré d’Aouste et au vocable d’une de ses églises. Des sources écrites attestent de l’existence d’un prieuré d’Aouste Saint-Pierre et Saint-Christophe, de deux églises Saint-Pierre et Saint-Christophe et d’un cimetière associé à chacune des deux églises. Le prieuré tient ainsi son double vocable des deux églises médiévales, Saint-Pierre et Saint-Christophe, qui lui sont attachées. Les églises Saint-Pierre et Saint-Christophe sont connues par les textes depuis les bulles papales de 1120 et 1142. La mention la plus ancienne pour le prieuré Saint-Pierre et Saint-Christophe est datée de 1328 (Pouillé de Die), mais il est possible qu’il ait une origine plus ancienne.

17En ce qui concerne la localisation, seule l’église Saint-Christophe et son cimetière sont situés par les archives : ils occupent un emplacement à l’entrée ouest du bourg (cadastre ancien 1811), et, de fait, n’ont pas de rapports directs avec les découvertes réalisées lors du diagnostic.

18Pour l’église Saint-Pierre, un seul indice est donné par des sources du xvie s., qui la situent, sans plus de précisions, hors et près du bourg d’Aouste. Quant au prieuré, il n’est pas localisé sur ce territoire. Cependant, en tenant compte de la localisation du toponyme Saint-Pierre, on est incité à placer l’église Saint-Pierre, le prieuré et le cimetière associé, en périphérie est du bourg, c’est-à-dire vers le secteur du diagnostic. En revanche, on ignore si l’église et le prieuré sont associés ou dissociés physiquement.

19Concernant le cimetière Saint-Pierre localisé autour de l’église Saint-Pierre et/ou du prieuré, il est peu évoqué par les sources avant le xvie s., mais, compte tenu des types de tombes rencontrés, ce cimetière a visiblement fonctionné dès l’origine des bâtiments (église et/ou prieuré). Il est avéré dans le courant du xviie s., mais on ne connaît pas précisément sa date d’abandon. Au-delà de sa datation, ses références dans les sources écrites invitent à s’interroger sur son statut. Ce cimetière prieural semble avoir une double vocation puisqu’il est aussi utilisé comme cimetière paroissial à l’époque moderne. Au xviie s., il accueille les religions catholique et protestante.

20Sur la période d’abandon des différents établissements religieux du secteur Saint-Pierre, on sait, par les textes, que le prieuré est encore en service dans le courant du xviiie s., en 1746 plus précisément, que la dernière notification de l’église Saint-Pierre date de 1787, et que les édifices religieux n’existent plus ou sont trop délabrés pour être recensés comme bien national pendant la période révolutionnaire. Quant au cimetière, a-t-il cessé de fonctionner avec l’abandon des bâtiments, ou, plus tardivement, au début du xixe s. ?

21Au final, on retient que les résultats de cette étude favorisent l’hypothèse de la découverte du cimetière Saint-Pierre et d’une partie de l’église Saint-Pierre ou d’un bâtiment (chapelle) appartenant au prieuré Saint-Pierre et Saint-Christophe, sur l’emprise diagnostiquée.

22Sur le plan chronologique, il est clair que ce cimetière à l’origine médiéval a perduré au cours de l’époque moderne au moins jusque dans le courant du xviiie s., période de l’abandon et de la disparition des établissements (église, prieuré) auxquels il était associé. En revanche, le point de départ précis de ce contexte d’occupation religieuse est plus difficile à déterminer. Plusieurs informations extraites des études effectuées dans le cadre de ce rapport apportent toutefois un éclairage. Tout d’abord, l’étude documentaire signale que l’attestation la plus ancienne de l’église Saint-Pierre remonte à la première moitié du xiie s. Ensuite, en s’appuyant sur la typochronologie des sépultures observées dans les sondages (Collardelle et al. 1996), on peut estimer que certaines tombes peuvent se caler au cours des xe-xie s. (coffrage ovale), xie-xive s. (coffrage anthropomorphe), et même aux ve-ixe s pour les sarcophages rectangulaires, sauf si ces derniers sont en réemplois. De leur côté, les sépultures en pleine terre ou en cercueils se rapportent aux phases plus récentes du cimetière : bas Moyen Âge et période moderne. Enfin, les analyses de datation radiocarbone, effectuées sur deux échantillons osseux prélevés dans les sépultures Sp96 et Sp103, structures estimées comme étant anciennes par leur position stratigraphique, ont fourni les résultats suivants à 95,40 % de probabilité pour Sp96 : 1016-1154 cal apr. J.-C. (934-796 cal BP - Beta-552485), et, pour Sp103, : 1039-1210 cal apr. J.-C. (911-740 cal BP - Beta-553486).

23Toutes ces informations permettent d’envisager une installation d’un établissement (église et cimetière ou prieuré avec église et cimetière) sur ce secteur, au plus tard, dans la première moitié du xiie s.

Fig. 1 – Sépulture 47 (sondage 3)

Fig. 1 – Sépulture 47 (sondage 3)

Cliché : N. Attiah (Inrap).

Fig. 2 – Sépulture 70 (sondage 4)

Fig. 2 – Sépulture 70 (sondage 4)

Cliché : N. Attiah (Inrap).

Fig. 3 – Sépulture 24 (sondage 2)

Fig. 3 – Sépulture 24 (sondage 2)

Cliché : J.-M. Lurol (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Collardelle M., Démians d’Archimbaud G., Reynaud C. 1996 : Typo-chronologie des sépultures du Bas-Empire à la fin du Moyen Âge dans le sud de la Gaule, Archéologie du cimetière chrétien. Acte du 2e colloque Archea (Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994), Tours, Fédération pour l’édition de la Revue archéologique du centre de la France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sépulture 47 (sondage 3)
Crédits Cliché : N. Attiah (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Fig. 2 – Sépulture 70 (sondage 4)
Crédits Cliché : N. Attiah (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 3 – Sépulture 24 (sondage 2)
Crédits Cliché : J.-M. Lurol (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70329/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Lurol, « Aouste-sur-Sye – Route de Blacons » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/70329

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Lurol

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Marc Lurol

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search