Navigation – Plan du site
2008

Melle – Place Bujault

Responsable(s) des opérations : Adrien Montigny
Notice rédigée par : Adrien Montigny

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204681

Date de l'opération : 2008 (EX)

1La municipalité de Melle a déposé une demande volontaire de réalisation de diagnostic archéologique sur des terrains communaux et privés. Cette décision est liée au projet de construction d’un centre de colloque d’une superficie de 1 874 m2 en centre ville.

2L’intervention a été réalisée par deux agents de l’Inrap du 4 au 12 mars. En raison de l’épaisseur des niveaux archéologiques, plus de trois mètres, seuls deux sondages ont pu être réalisés en aménageant des paliers de sécurité.

3La vieille ville occupe un promontoire rocheux formé par la confluence de deux cours d’eau, la Béronne et de son affluent le Pinier. Du côté nord, cet éperon s’ouvre largement vers le plateau. L’emprise faisant l’objet de ce diagnostic archéologique se trouve sur cette position stratégique fermant la défense naturelle.

4La commune de Melle s’avère particulièrement riche en sites archéologiques témoignant d’une occupation durable. Si l’existence d’une occupation antique n’est pas clairement établie, quelques éléments de mobilier appartenant à cette période ont été identifiés, mais ont pu être déplacés. Les témoignages concernant la période mérovingienne sont encore plus ténus. Toutefois, les textes qualifient alors Melle de Vicus et plusieurs types de tremisses frappés ca 560-675  lui sont attribués.

5Melle est connue par ses mines de plomb argentifère dont l’exploitation remonterait à la plus haute Antiquité. « Cependant , les vestiges mis au jour ne permettent pas d’avancer une telle datation. En revanche il est permis de s’interroger sur l’existence d’une activité minière à Melle dès la période mérovingienne. Cette activité bien établie durant la période carolingienne ne semble pas s’inscrire au-delà de l’an mil. Melle deviendra progressivement un centre de pouvoir local changeant régulièrement de mains. Durant la période médiévale elle est progressivement dotée d’une enceinte urbaine appuyée par un imposant château ».

6« Seule la vue cavalière laissée par Claude Chastillon (1604-1606 ?) fournit quelques indications sur la morphologie du château qui se trouvait approximativement à l’emplacement de la place Bujault. Etabli à l’ouverture de l’éperon portant la ville, il est organisé autour d’une tour maîtresse quadrangulaire romane scandée par trois contreforts plats sur chacune de ses faces. [...] Cette place forte reste pauvrement documentée par les sources écrites. En avril 1577, Henri III ordonne au gouverneur du Poitou de démanteler le château et les fortifications de Melle. En 1706, année où est inaugurée la promenade publique tracée sur ordre de l’intendant de Blossac à l’emplacement du château, la place du Champ de Foire est encombrée des vestiges de l’ancienne place forte. En 1779, les derniers vestiges ont disparu ».

7« L’enceinte urbaine défend un espace d’environ 4 ha dans son état de la fin du Moyen Âge et de l’époque Moderne. Le plan cadastral de 1832, quelques éléments en élévation et les terrasses qui ont relayé certains segments de courtines permettent d’en préciser le tracé. Seul l’angle nord-est de cette enceinte, moins conditionné par le relief et très remanié aux abords de l’ancien château, n’est pas précisément restituable. Cette défense était précédée d’un fossé sec.

8Trois portes sont attestées. [...] Au nord, la porte Saint-Jean permettait au faubourg Saint-Pierre. La tour actuellement visible à l’angle des rues Saint-Jean et des Fossés a été presque totalement reprise au XIXe  s. ; les fondations des tours originelles auraient d’ailleurs été repérées il y a un quart de siècle dans des tranchées réalisées rue Saint-Jean [...] ».

9Les deux sondages réalisés ont permis d’observer différentes phases d’occupation chronologiquement proches.

10La première phase d’occupation se caractérise par un ensemble de fosses creusées dans une terre argilo-limoneuse orangée interprétée comme étant le sol naturel. Sur les 15 m2 ouverts en fond de sondages, ce sont  six fosses qui ont été localisées. Ces fosses sont recouvertes par un niveau plus ou moins important de terre limoneuse de teinte sombre pouvant correspondre à un niveau d’occupation ou un niveau de terre de jardin. La fonction de ces fosses, de dimensions variables et ne présentant pas d’organisation perceptible dans ces sondages restreints, n’a pas pu être déterminée.

11La seconde phase correspond à un important apport de remblai de plus de trois mètres d’épaisseur formant une puissante levée de terre dont les contours n’ont pu être déterminés en raison de l’implantation des sondages. La partie supérieure de ces remblais est constituée d’un niveau de terre sombre riche en mobilier pouvant correspondre à un niveau d’occupation. Constitué de céramique, d’éléments de faune et de quelques objets métalliques dont un remarquable fermail, le mobilier archéologique est également attribuable aux XIIIe  s. et XIVe  s.

12Ces remblais sont constitués de divers apports dont la nature et la disposition varient d’un sondage à l’autre. Ils témoignent néanmoins d’un apport de matériaux rapide et massif. Leur fonction est très probablement liée au contexte défensif de ce secteur du Melle médiéval. Dans cette hypothèse, il est toutefois impossible de déterminer si cette levée est à rapprocher de l’enceinte urbaine qui se situe à environ 50 m au sud des sondages ou au château représenté par Claude Chastillon au début du XVIIe  s. mais dont l’emplacement n’est pas précisément identifié.  

13MONTIGNY Adrien

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Adrien Montigny, « Melle – Place Bujault », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 21 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/704

Haut de page

Responsable d'opération

Adrien Montigny

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals