Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202026 – DrômeMalataverne – Grotte Mandrin

2020
26 – Drôme

Malataverne – Grotte Mandrin

Fouille programmée (2020)
Responsable d’opération : Ludovic Slimak

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Slimak L. 2021 : Installations de la fin du Paléolithique moyen de la Grotte Mandrin, Malataverne (Drôme), fouille programmée triennale 2019-2021, second rapport intermédiaire, opération 2020.

Texte intégral

1L’opération Mandrin 2020 s’est tenue du 15 juillet au 1er octobre 2020. Les recherches ont principalement concerné la séquence supérieure, unités G à B1. La phase actuelle des opérations, amorcée en 2015 vise à ouvrir une surface d’une cinquantaine de mètres carrés en extérieur de l’abri afin de pouvoir comprendre les organisations spatiales de ces groupes à travers le temps et les complémentarités pouvant exister dans l’organisation des installations humaines entre l’extérieur et l’intérieur de la cavité. Parallèlement, la mise en place d’une coupe transversale est/ouest a pour objectif de déterminer les emboîtements sédimentaires et les modalités de remplissage et conservation de l’ensemble des unités géosédimentaires ainsi que d’établir une première définition des installations les plus anciennes dans la cavité.

2Dans l’espace d’ouverture extérieure, et sur l’exercice 2019-2021, les couches B1, B2, B/C, C et D devraient être rencontrées en zone centrale. Parallèlement, dans la tranchée transversale mettant en place la coupe transversale, la fouille devrait rencontrer, sur l’exercice 2019-2021, les couches E, F, et atteindre localement le sommet de la G. La continuité de cette coupe, comprise entre les sondages Sd98 et Sd18, devrait permettre de traiter plus localement les couches G, H et I sur l’exercice 2019-2021.

3La mise en place de sondages géologiques extérieurs dans la pente, et jusqu’à une centaine de mètres sous l’abri, à proximité des blocs d’effondrement de l’ancienne voûte du site, vise à définir les phases d’évolution et de recul de la cavité, en relation avec ses installations humaines.

4Parallèlement, le dégagement progressif des restes d’un néandertalien en sommet de la couche B2 est l’un des enjeux importants des opérations sur la triennale à venir, cet individu néandertalien étant le premier individu un tant soit peu complet découvert en France depuis 42 ans (1979, Saint Césaire). La fouille de l’individu néandertalien (Thorin) en sommet de séquence s’est poursuivie, révélant plusieurs centaines de restes très fragmentaires. Parmi les éléments les plus notables de cet individu, on relèvera, en 2020, la découverte d’éléments carpiens, d’une demi couronne dentaire, d’une racine et de séries de fragments crâniens. Cette demi couronne appartient à la canine supérieure gauche de cet individu, dernière dent manquante à cette série. Ces éléments viennent compléter l’individu, et en particulier ses séries dentaires qui sont désormais sub-complètes. Rappelons que Thorin possède 34 dents et donc deux surnuméraires représentant les seules dents de ce type reconnues en dehors d’Homo sapiens.

5En zone nord, la mise en place de la tranchée transversale s’est poursuivie en couche F. La poursuite du sondage 1998, à l’ouest de la tranchée transversale permet désormais d’aligner la coupe sud du Sd98, avec la grande coupe transversale est-ouest de la tranchée permettant une lecture plus précise des emboitements sédimentaires. Un riche corpus de 2 421 éléments, faunes, lithiques et restes humains a été coté dans l’espace. L’obtention de nouvelles mesures radiométriques suivant différentes méthodes de l’OSL par les équipes de l’université d’Adelaïde en Australie permet de préciser plus finement encore la chronologie de l’ensemble des unités. Ce resserrement chronologique a été rendu possible par l’analyse conjointe très précise de l’évolution de la morphologie de la cavité, qui influe sur la protection locale des unités sédimentaires vis-à-vis du rayonnement solaire. L’évolution du porche et son influence sur les rayonnements cosmiques ont donc été précisément définies cette année, unités après unités, et dans les phases évolutives de la morphologie de la cavité.

6Ces recherches permettent désormais de qualifier plus finement dans le temps l’ensemble des unités de cette séquence. Jusqu’alors les unités de base de la séquence n’avaient livré que des âges minimums du fait des saturations des sédiments en termes de luminescence. Les résultats obtenus sur d’autres méthodes de la luminescence (single grain analysies), et par d’autres équipes, définissent alors un premier cadre chronologique concernant les unités de base de la séquence, G à I, dans le stade isotopique 5. Les unités sous-jacentes, J et possiblement infra J, restent encore très mal connues et devront être l’objet d’analyses et prélèvements programmés sur 2021 afin de caractériser les installations initiales dans la grotte Mandrin, telles qu’elles peuvent à ce stade être caractérisées. Ce volant des recherches sur le stade isotopique 5 affecte les unités de base de la séquence et correspond à l’un des axes importants développes plus particulièrement depuis 2013 à Mandrin. Ces unités sont archéologiquement très riches. Les surfaces exploitées en 2020 sur ces couches G à I sont infra métriques mais livrent une part importante du mobilier archéologique des opérations des deux premières années de cette triennale. Ces unités ont ainsi livré plus de 70 % des restes cotés en 2019, mobiliers en partie issus de la poursuite du sondage Sd18 en extrémité est de la grande tranchée transversale. Lors de l’opération 2020, hors zone Thorin, près du tiers (plus de 27,5 %) du mobilier recueilli provient à nouveau de ces unités G à I. Données archéologiques, géosédimentaires et chronologiques permettent alors de définir progressivement la teneur précise de l’intégralité de cette séquence archéologique.

Fig. 1 – Hubert Camus travaillant à la détermination de l’évolution du porche de la cavité

Fig. 1 – Hubert Camus travaillant à la détermination de l’évolution du porche de la cavité

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 2 – Image extraite du MNT 2017 de la grotte Mandrin montrant les zones de fouille, intérieures et extérieures

Fig. 2 – Image extraite du MNT 2017 de la grotte Mandrin montrant les zones de fouille, intérieures et extérieures
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Hubert Camus travaillant à la détermination de l’évolution du porche de la cavité
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 2 – Image extraite du MNT 2017 de la grotte Mandrin montrant les zones de fouille, intérieures et extérieures
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Slimak, « Malataverne – Grotte Mandrin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/70430

Haut de page

Auteur

Ludovic Slimak

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ludovic Slimak

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search