Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202026 – DrômeMoras-en-Valloire – Zone d’Activi...

2020
26 – Drôme

Moras-en-Valloire – Zone d’Activités du Val d’Or

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Fabien Isnard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Isnard F. 2020 : Moras-en-Valloire (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes) Zone d’Activités du Val d’Or, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Un projet d’extension de la zone d’activités du Val d’Or, d’environ 5 ha, pour le compte de la Communauté de communes de Porte de DrômArdèche, situé sur la commune de Moras-en-Valloire, a entraîné la prescription d’un diagnostic par le SRA. Le diagnostic a permis de mettre en évidence l’évolution géomorphologique de ce secteur, laquelle fut très contrastée selon les périodes. Son emprise est située, dans sa majeure partie, dans le fond de vallée de la Valloire et au pied du versant de la colline de Moras. Le site présente ainsi l’intérêt d’enregistrer respectivement des informations paléo environnementales à l’échelle micro-régionale, celles du bassin versant de Valloire, mais aussi à l’échelle locale, celles du versant septentrional de la colline de Moras. À ce titre, il est à souligner que le site présente un fort potentiel concernant les études de macrorestes végétaux conservés grâce à l’affleurement de la nappe phréatique.

2Fait marquant de cette longue histoire du paysage, une phase de relative stabilité morphologique, caractérisée par le développement d’une pédogenèse, semble s’être développée sur le site, tant dans le secteur de plaine que sur le versant, au moins entre le Néolithique moyen et le iiie s. apr. J.-C., soit sur une durée de 3 500 à 4 500 ans environ. Cette longue phase de relative stabilité, qui indique notamment une sensible baisse des crues débordantes dans le fond de vallée et l’absence de colluvionnement depuis le versant, fut favorable à des occupations humaines diachroniques.

3L’occupation néolithique chasséenne, largement documentée sur le même versant de la colline de Moras, site des Bises, à environ 500 m vers le sud, est présente de manière sporadique à l’intérieur de l’emprise du diagnostic. Des éléments d’industrie lithique typiquement chasséens ont été identifiés, mais d’autres pièces lithiques pourraient être associées à une occupation postérieure, et notamment à l’âge du Bronze ancien, largement identifié par ailleurs. L’horizon d’occupation lié à cette phase du Bronze ancien paraît couvrir une bonne partie de l’emprise prescrite.

4Les nombreux éléments céramiques récoltés dans plus de la moitié des sondages ouverts démontrent cette densité d’occupation. Les quelques structures en creux associées à cette phase orientent vers une occupation rurale, certainement liée à des structures d’habitat en rapport avec les foyers à pierres chauffées, les fosses et nombreux trous de poteaux relevés au sud et dans la partie centrale du site. Le caractère palimpseste des unités stratigraphiques, et notamment celui de l’US 1051 qui a piégé ces éléments, contraignent toutefois à nuancer la bonne conservation générale de cette phase d’occupation. En effet, ces US d’occupation sont, la plupart du temps, diachroniques, englobant aussi des phases du Bronze final 3b et du premier âge du Fer.

5Un résidu de crémation en fosse, daté de la fin du Bronze moyen ou du début du Bronze final, a été découvert dans la partie centrale du site. Associé à deux objets en bronze et une petite céramique, ce type de sépulture, en dépôt secondaire de crémation, reste assez rare pour cette période. L’épingle à tête en trompette associée au dépôt est identique à l’une des épingles du dépôt de « Qualité » à Vers dans le Gard. Malgré la présence toute proche du site Les Bises, largement connu pour ses assiettes à décors zoomorphes du Bonze final 3b, l’emprise sondée n’a livré au total que quelques fragments de céramique datés de cette période. Ces quelques tessons diagnostics attestent néanmoins d’une présence discrète, mais réelle, de cette phase d’occupation. Étant donné le nombre important de structures en creux typique de cette période, il ne serait pas étonnant de pouvoir compléter ce corpus dans le cas d’investigations plus poussées.

6Pour la fin du premier âge du Fer, environ la moitié des sondages ouverts lors de ce diagnostic ont livré du matériel correspondant à cette période. Ce matériel est réparti sur la quasi-totalité de l’emprise prescrite. Cependant, aucun des sondages ouverts ne contenait exclusivement de la céramique de cette période. Ces niveaux et ces structures sont systématiquement associés à d’autres occupations, plus anciennes ou plus récentes. Une bonne partie des structures mises au jour (fosses et trous de poteaux) pourraient être reliée à cette occupation, grâce à de plus amples investigations, en isolant les structures palimpsestes attribuées aux niveaux plus anciens. Le niveau de sol F1085 et un résidu de crémation DP1075 sont cohérents au niveau de la datation radiocarbone. Cette date charnière, entre la fin du premier âge du Fer et le début du second âge du Fer, est confirmée par l’analyse céramologique. Étant donné la densité des aménagements liés à des habitats ruraux, les quelques structures artisanales et les éléments d’une nécropole contemporaine, nous pourrions être en présence d’un véritable petit hameau associé à cette période.

7Les vestiges d’installations gallo-romaine et du parcellaire associé représentent la phase la plus tardive de cette emprise. Souvent détectés de manière sporadique à l’ouverture des sondages, les US historiques, et notamment l’US 1049, renferment des indices d’installations ne dépassant pas le iiie s. apr. J.-C. On retrouve des éléments de cette occupation dans un cinquième des sondages, répartis sur la quasi-totalité de la surface sondée.

8Les structures légères, comme les trous de poteaux, ou plus impactantes, comme les fossés drainants ou parcellaires, ont été rapidement traitées, mais pourraient se révéler de manière plus dense en cas de décapage extensif de la zone. Une petite installation sur fondation de galets du Bas-Empire, à l’ouest de la zone, a été dégagée partiellement et paraît se développer vers le nord. Une fosse de bûcher crématoire, datée de la première moitié du ier s. apr. J.-C., a été mise au jour au nord de l’emprise. La présence d’une maison à pan de bois, qui a conservé de manière exceptionnelle une de ses sablières, non loin de cette structure funéraire, pourrait structurer un espace le long d’une voie de circulation, comme il est souvent d’usage durant l’Antiquité.

9Cette emprise de 5 ha en contrebas du village de Moras-en-Valloire, au passé riche en découvertes archéologiques, a tenu toutes ses promesses. Positifs sur la totalité de l’emprise prescrite, les niveaux d’occupations diachroniques allant du Néolithique moyen au iiie s. apr. J.-C. se sont révélés très fructueux. Certainement bien conservées par un enfouissement important, les nombreuses structures archéologiques ont livré un matériel abondant et de qualité. La dizaine de structures associées au funéraire, allant des dépôts de résidus de crémation au bûcher en passant par un possible tumulus démantelé, étalée sur au moins trois phases différentes d’occupation, laisse présager de la présence possible d’un lieu de nécropole important. Les dizaines de structures en creux et les niveaux de sols diachroniques associés montrent le fort potentiel archéologique de ce secteur, vierge de toutes interventions récentes.

Fig. 1 – Plan général de l’emprise et zonage par datation typochronologique

Fig. 1 – Plan général de l’emprise et zonage par datation typochronologique

Échelle 1/1250e.

DAO : F. Isnard, N. Saadi (Inrap).

Fig. 2 – Plan et photographies du sondage 19

Fig. 2 – Plan et photographies du sondage 19

Clichés et DAO : C. Gaillard, F. Isnard (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’emprise et zonage par datation typochronologique
Légende Échelle 1/1250e.
Crédits DAO : F. Isnard, N. Saadi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 2 – Plan et photographies du sondage 19
Crédits Clichés et DAO : C. Gaillard, F. Isnard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Isnard, « Moras-en-Valloire – Zone d’Activités du Val d’Or » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/70530

Haut de page

Auteur

Fabien Isnard

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Isnard

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search