Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202026 – DrômeRomans-sur-Isère – 16 clos des Ca...

2020
26 – Drôme

Romans-sur-Isère – 16 clos des Capucins

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Jean-Marc Lurol

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Lurol J.-M. 2020 : Romans-sur-Isère (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes) 16 clos des Capucins, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé 16 clos des Capucins à Romans-sur-Isère (Drôme), sur les parcelles AY 54 et 57, a révélé la présence de vestiges archéologiques matérialisés par des ensembles fossoyés et des bases de maçonneries. Par rapport au sol actuel, ils apparaissent à partir de 0,70 ou 0,80 m de profondeur dans les sondages 1 et 3, et à partir de 0,80 ou 0,90 m dans le sondage 2. Tous ces vestiges se caractérisent par un fort arasement (fonds de fosse, bases de fondations) et donc un état de conservation que l’on peut qualifier de lacunaire (maçonneries épierrées).

2On peut cependant retenir l’existence d’un espace, apparemment enterré ou semi-enterré (?), délimité par les murs Mr5, Mr9 et Mr15, mis au jour dans le sondage 1, c’est-à-dire dans la partie sud de la parcelle AY 57. À l’intérieur de cet espace, plusieurs fosses ont été repérées, Fs6, Fs7, Fs22, ainsi qu’un niveau de sol (?) : US 12. De la fosse Fs6 ont été extraits un lot de mobilier céramique, ainsi que différents objets métalliques (clous, éléments de serrure, dés à coudre, boucle de chaussure...), qui, sur le plan chronologique, sont attribuables au début de l’époque moderne. L’US 12 a livré également du mobilier céramique daté du xvie s. Dans les deux autres sondages (2 et 3), des vestiges analogues, mais encore moins bien conservés (fond de fosses, Fs27, Fs32 et Fs34, bases de murs Mr19, Mr28 et Mr33/35), ont été observés au sommet de la terrasse alluviale (US 14). Le mobilier associé à cet ensemble clos se résume à quelques tessons (six fragments de panse), datés, sans précision possible, du Moyen Âge.

3En résumé, les découvertes réalisées dans les trois sondages permettent d’envisager, sur cette emprise foncière, (parcelle AY 54 et 57) l’existence de « constructions/bâtiments ? », dont un espace excavé (ou semi-excavé), lesquels auraient pu être en service à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne, et dont l’abandon et la démolition se situeraient vers la fin du xvie s. Ensuite, jusqu’à nos jours, il n’y a pas de construction sur cet espace, qui prend une destination de cour ou de jardin.

4L’expertise documentaire, réalisée dans le cadre de la rédaction du rapport de diagnostic, a permis de retracer les grandes phases d’occupation médiévales et modernes de ce secteur de la ville. Il est donc possible de replacer, ou du moins d’essayer de replacer, l’emprise du diagnostic archéologique dans ces différents contextes d’occupation.

5Le secteur étudié au 16 clos des Capucins appartient à un lieu-dit, occupé depuis au moins le xiie s., qui se développe en faubourg, puis devient le cadre de la paroisse Saint-Romain au milieu du xiiie s., avant d’être intégré dans la seconde enceinte urbaine au milieu du xive s. L’église ancienne de Saint-Romain se trouve à une centaine de mètres au nord de l’emprise diagnostiquée. Ce faubourg est occupé par un terroir agricole et par des maisons, organisées en îlots, au nombre d’au moins 268 en 1587. L’emprise diagnostiquée peut alors se superposer à un de ces îlots ou être en limite d’un îlot et des parcelles cultivées accolées à l’enceinte. Elle est limitée à l’ouest par l’enceinte urbaine, qui conserve une partie du chemin de ronde et son talus.

6Le site se trouve ensuite à l’emplacement d’une fortification militaire : la citadelle de Romans, construite en 1587 et 1588, a été démolie en 1598, puis a entièrement disparu en 1609. Bien qu’on ne sache pas dans quelle mesure, cette citadelle fait disparaître une très grande partie de l’occupation précédente du plateau de Chapelier. En plus des autres sources, les inscriptions lapidaires semblent valider le fait que l’emprise se situe bien sur l’emplacement de la citadelle. Le secteur étudié se trouve, enfin, à l’emplacement d’un couvent de capucins, fondé en 1609, puis en partie démoli et récupéré en 1794. L’emprise, située dans l’enclos du couvent mais au sud des bâtiments conventuels, semble se superposer au jardin. À la suite de la disparition du couvent, le secteur du diagnostic évolue peu, et correspond à une grande parcelle non aménagée et récemment divisée.

7Ces occupations anciennes sont dans l’ensemble bien documentées (citadelle, clos des Capucins). Par contre, cette documentation suggère une évolution de l’occupation dans ce secteur de la ville peu favorable à la conservation des vestiges. En effet, le plateau du coteau de Chapelier semble avoir été arasé et terrassé à chaque changement d’occupation. La démolition du quartier Chapelier et les travaux nécessaires à l’installation, puis à la destruction (rasement), de la citadelle laissent supposer que la topographie a été remodelée. La trame parcellaire des plans anciens ne garde pas la trace des occupations antérieures à la citadelle, sauf pour les axes de circulation de la côte des Chapeliers et de la rue Saint-Romain, qui perdurent depuis le Moyen Âge. Le parcellaire du faubourg Chapelier et de la paroisse Saint-Romain a été gommé par celui de la citadelle et des capucins.

8En conclusion, on peut proposer que les vestiges mis au jour dans les trois sondages, fondations de murs, fosses, sols (?), soient en relation avec le faubourg médiéval et moderne du coteau de Chapelier avant la construction de la citadelle (en 1587 et 1588). Le niveau de démolition qui recouvre les vestiges est le résultat de la destruction, vraisemblablement, des bâtiments de ce faubourg lors de la construction de la citadelle, et peut-être également de la destruction de la citadelle elle-même à la fin du xvie s. ou au début du xviie s. La partie sommitale de la stratigraphie (terre végétale et arable) correspond à l’usage que les Capucins ont fait de cet espace (jardin, verger, cour extérieure ?) à partir du début du xviie s., usage qui a perduré jusqu’à nos jours.

Fig. 1 – Mobilier métallique

Fig. 1 – Mobilier métallique

Clichés et DAO : Inrap.

Fig. 2 – Inscription gravée dans une pierre de l’ancien rempart médiéval, devenu aujourd’hui le mur oriental du cimetière communal

Fig. 2 – Inscription gravée dans une pierre de l’ancien rempart médiéval, devenu aujourd’hui le mur oriental du cimetière communal

« Cette place jadis citadelle fut donnée par mess. de la ville de Romans sous le bon plaisir et autorité du roi aux pères Capucins qui y plantèrent la croix le jour de Toussaint 1609 à la louage de Dieu soit » (Chevalier 1866, p. 15).

Cliché : J.-M. Lurol (Inrap).

Fig. 3 – Base de mur (Mr.5, sondage 1) d’une pièce enterrée (cave ?), datée de la fin du Moyen Âge

Fig. 3 – Base de mur (Mr.5, sondage 1) d’une pièce enterrée (cave ?), datée de la fin du Moyen Âge

Cliché : J.-M. Lurol (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Mobilier métallique
Crédits Clichés et DAO : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre Fig. 2 – Inscription gravée dans une pierre de l’ancien rempart médiéval, devenu aujourd’hui le mur oriental du cimetière communal
Légende « Cette place jadis citadelle fut donnée par mess. de la ville de Romans sous le bon plaisir et autorité du roi aux pères Capucins qui y plantèrent la croix le jour de Toussaint 1609 à la louage de Dieu soit » (Chevalier 1866, p. 15).
Crédits Cliché : J.-M. Lurol (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70560/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Base de mur (Mr.5, sondage 1) d’une pièce enterrée (cave ?), datée de la fin du Moyen Âge
Crédits Cliché : J.-M. Lurol (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70560/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Lurol, « Romans-sur-Isère – 16 clos des Capucins » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/70560

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Lurol

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Marc Lurol

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search