Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202026 – DrômeRomans-sur-Isère – Rue du Mouton,...

2020
26 – Drôme

Romans-sur-Isère – Rue du Mouton, rue de l’Armillerie et rue de l’Écosserie

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Chantal Delomier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Delomier C. 2020 : Romans-sur-Isère (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes) Rue du Mouton, de l’Armillerie et de l’Écosserie, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’hôtel de l’Oulle présente un archétype de l’évolution d’un bâti dans un cadre contraignant de parcellaire médiéval. Les espaces vacants et construits ont sans cesse évolué, à partir du xive jusqu’au xxie s. Déceler les points de ruptures, proposer des dynamiques des constructions et de transformations, tenter une analyse des observations visuelles et des sondages archéologiques, proposer des hypothèses sur le déroulé des faits, voici en quelques mots les pistes de réflexion auquel aboutit ce rapide travail d’investigation.

2C’est en tout 45 sondages qui ont été ouverts, dans les parois les plus diverses de l’ensemble bâti. Celui-ci couvre une superficie de 1 150 m2 au sol, et se déploie sur sept niveaux, du sous-sol au cinquième étage. L’analyse des données archéologiques propose de restituer une évolution du bâti en quatre phases. De la première période, médiévale, il subsisterait des pans de maçonnerie, des arcs en tiers point ou segments d’arcs, des portes, tandis que la plupart des fenêtres pourraient être masquées ou réutilisées.

3Un grand mur longitudinal d’axe est-ouest en constitue le vestige majeur et structurant (fig. 1). Un arc en tiers point ouvert au rez-de-chaussée, le seul à être intégralement conservé dans l’hôtel de l’Oulle, marque un cheminement important nord-sud (fig. 2). La zone construite était au nord et la cour au sud. Une petite fenêtre à forts ébrasements intérieurs lui est associée, ainsi qu’une pile d’arc implantée plus à l’est. La maçonnerie est très perturbée et aucun lien stratigraphique n’a pu être retrouvé à la périphérie de ces vestiges en place. Les contours exacts de cet espace bâti ne sont donc pas connus. Toutefois, un long mur d’axe est-ouest parallèle à lui, au nord, distant de 8 m, pourrait constituer le mur gouttereau septentrional de ce premier bâtiment. Les murs de refend ou pignons sont peu connus, car toutes les parois transversales ont été perturbées à de nombreuses reprises. Il subsiste toutefois des piédroits d’arcs encore en place dans le mur transversal central séparant les zones Z4 et Z6 et dans la façade de la rue du Mouton. Un autre avait déjà été identifié dans la cave de la parcelle BK 676. Ce maillage architectural permet d’esquisser la trame des constructions médiévales.

Fig. 1 – Plan du niveau R-0

Fig. 1 – Plan du niveau R-0

Numérotation des espaces et localisation des sondages.

DAO : P. Rigaud (Inrap).

Fig. 2 – Parcelle BK 1086, secteur central, R-0, Z11, sondages S14, S10, S15 : relevé de l’élévation

Fig. 2 – Parcelle BK 1086, secteur central, R-0, Z11, sondages S14, S10, S15 : relevé de l’élévation

DAO : P. Rigaud (Inrap).

4Plus à l’ouest, un autre mur transversal, séparant les deux secteurs centraux (Z6 et Z9), présente une particularité : son axe affiche une forte inclinaison vers le sud-est qui demeure inexpliquée à ce stade de l’étude. Tous les vestiges retrouvés dans les sondages indiquent des circulations parallèles à ce premier mur longitudinal. Ces passages suggèrent la présence de galeries superposées, placées au sud du mur central et structurant, et toujours de direction est-ouest (fig. 3).

Fig. 3 – Parcelle BK 1086, secteur central, R+2, Z22, S28, porte

Fig. 3 – Parcelle BK 1086, secteur central, R+2, Z22, S28, porte

Cliché et DAO : P. Rigaud (Inrap).

5Un escalier en vis pourrait bien avoir été construit à l’est de la parcelle, à l’interface avec le long module bâti sur la rue du Mouton. Toutefois, ses contours n’ont pu être retrouvés.

6Le deuxième état de construction est attesté par la mise en place de dispositifs qui perturbent, cassent ou s’incrustent dans ces maçonneries préexistantes. On dénombre au moins quatre agencements de ce type : deux portes à linteaux quadrangulaire et monolithiques au rez-de-chaussée (Z11 et Z9/6) et deux cheminées. Les portes marquent des circulations est-ouest décalées soit vers le sud, soit vers le nord, par rapport à l’axe indiqué par les données archéologiques relevant de la période antérieure. S’il ne subsiste qu’un vestige de piédroit de cheminée dans le secteur Z4 au rez-de-chaussée, en revanche, au premier étage, une cheminée Renaissance est encore en place (Z17). L’examen du plafond n’a pas été réalisé dans des conditions optimales, mais sa typologie montre qu’il pourrait également relever de cette phase. Une analyse dendrochronologique consoliderait ces hypothèses. Dans l’état actuel de l’enquête, on suppose que les circulations se pratiquaient au moyen de la vis érigée, soit peu auparavant, soit à cette période, à l’extrémité orientale du long mur longitudinal, à l’interface probable avec un bâtiment dressé sur la rue du Mouton.

7Le troisième état de restructuration et d’embellissement consiste en une très vaste reprise de l’ensemble des édifices, qui s’organisent alors autour d’un pôle central composé d’une cour à deux colonnades de quatre travées chacune (fig. 4). Ces bâtiments reconstruits sont desservis par un escalier monumental « rampe sur rampe ». Les caractéristiques typologiques de ces constructions répondent aux modèles connus de la seconde moitié du xviie s. On dénote toutefois un certain archaïsme dans les constructions, comme l’absence de balustres pour l’escalier, la lourdeur des tambours des colonnes, l’étroitesse de la cour. On se risque ici à suggérer la construction d’un immeuble de rapport qui n’aurait pas été pas destiné à la résidence des propriétaires. Il ne s’agit là que d’une hypothèse à creuser.

Fig. 4 – Parcelle BK 1086, R-0, cour galerie nord

Fig. 4 – Parcelle BK 1086, R-0, cour galerie nord

Cliché : C. Delomier, P. Rigaud (Inrap).

8Les archives aident à distinguer ces deux phases. Arnoulx Deloulle possède et habite la maison, peut-être dès 1607. Il y demeure en 1612 (AMR CC4 fo 5) et possède l’ensemble du tènement, qui passe ensuite au commissaire ordinaire en la Chambre des Comptes du Dauphiné, Augustin Deloulle en 1690. Celui-ci est propriétaire d’une « maison cour et jardin d’haut en bas avec une cave sous le jardin en la rue Escofferie et rue du Mouton » (ADD 3 G 2393). Ce lieu est-il sa résidence ? Rien n’est prouvé. En tous cas la mention du jardin semble exclure la cour à colonnades jusqu’à la dernière décennie du xviie s. Il faudrait consulter les archives de la famille de l’Oulle, extrêmement abondantes, pour éclaircir ces questions de propriétés et de résidences, qui ne sont jamais aisées à dénouer rapidement. De notre point de vue, mais le risque d’erreur n’est pas nul, il y a peu de chance que l’on retrouve dans l’emprise de cet hôtel la moindre trace d’Hélène Tardy, veuve de Pierre de L’Oulle. Elle pourrait avoir résidé plus loin, vers la côte des Cordeliers. On n’a malheureusement retrouvé à ce jour aucune occurrence dans les archives qui mentionnent les travaux importants, voire même somptuaires (cour, colonnades, escalier rampe, surmonté d’un belvédère, décors peints, comme celui qui couvre le plafond de la zone Z16, plafonds de plâtre des zones Z13 et Z14) réalisés dans l’hôtel de l’Oulle. Les terriers et les diverses pièces consultées se sont décidément montrés peu loquaces.

9Enfin, on globalise en un état ultime toutes les réfections, segmentations de l’immeuble en appartements en une large fourchette chronologique couvrant les xviiie, xixe, xxe et xxie s. Tous ces aménagements datés du xviiie s. (Z54 et Z55) et du xixe s. (Z15 et Z16) suivent des modèles très caractéristiques de ces périodes. De la même manière, les créations artistiques éphémères exécutées très récemment et vouées à la disparition qui couvrent encore les murs de l’hôtel de l’Oulle présentent un intérêt captivant qu’il serait regrettable de ne pas répertorier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du niveau R-0
Légende Numérotation des espaces et localisation des sondages.
Crédits DAO : P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Fig. 2 – Parcelle BK 1086, secteur central, R-0, Z11, sondages S14, S10, S15 : relevé de l’élévation
Crédits DAO : P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 3 – Parcelle BK 1086, secteur central, R+2, Z22, S28, porte
Crédits Cliché et DAO : P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 4 – Parcelle BK 1086, R-0, cour galerie nord
Crédits Cliché : C. Delomier, P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Delomier, « Romans-sur-Isère – Rue du Mouton, rue de l’Armillerie et rue de l’Écosserie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/70583

Haut de page

Auteur

Chantal Delomier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Chantal Delomier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search