Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201614 – CalvadosBellengreville – Route d’Argences

2016
14 – Calvados

Bellengreville – Route d’Argences

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Ivan Jahier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

163884

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Dans la perspective de la création d’une nouvelle aire résidentielle de 4,5 ha sur la commune de Bellengreville, un diagnostic archéologique a été réalisé sur la lisière sud-est de la commune, sur les parcelles ZD 75, 77, 174 et 379. L’intervention y fut en grande partie motivée par la position topographique du projet en bordure des Marais de Vimont, et la présomption de deux entités archéologiques repérées par prospection aérienne à cet emplacement.

2Si l’une de ces deux entités s’est révélée correspondre à un leurre, la seconde prend les traits d’une ancienne voie, vraisemblablement antique, d’orientation est ouest et effectivement située dans un endroit attendu du paysage pour son passage puisqu’il s’agit de l’un des premiers gués disponibles (à une quinzaine de kilomètres du littoral) d’est en ouest depuis le trait côte.

3Localisée à environ 2 km à l’est du milliaire de Frénouville, la section découverte se place dans l’axe du gué du Sémillon traversant une sorte de langue de terre ferme d’environ 2 km de large émergeant au travers des franges diffuses du marais. Perçue de longue date comme le passage septentrional le plus commode entre le Pays d’Auge et le nord de la Plaine de Caen, elle est soupçonnée avoir été empruntée à la période antique pour relier Augustodurum (Bayeux) à Noviomagus Lexoviorum (Lisieux). Elle porte aujourd’hui la RN 13 reliant Caen et Bayeux à Lisieux ainsi que par la voie SNCF Paris-Cherbourg.

4L’ouvrage découvert, dont la largeur évolua possiblement de 13 à 20 m entre ses fossés au fil du temps, comporte un remblai central (limono caillouteux à la base puis pierreux) conservé sur une quarantaine de centimètres de hauteur sous labour et – aujourd’hui – trois fossés latéraux. Les deux fossés septentrionaux correspondent classiquement à des ouvrages modestes à profil trapézoïdal de 1 m de profondeur. Une analyse radiocarbone réalisée sur un ossement de faune (unique matériel recueilli sur cet ensemble dans le cadre de l’opération) issu du fossé septentrional, perçu comme le plus récent, attribue le comblement de cette structure au Bas-Empire (BETA : 335 AD cal.).

5À l’inverse des deux premiers, le fossé méridional présente un profil en V d’un gabarit inattendu de 6 m à l’ouverture pour 3,80 m de profondeur sous la surface. Sa section (presque en Y à l’ouest) et sa longueur (plus de 200 m), le distinguent d’une simple carrière telle que l’on en perçoit à la faveur des cultures sur les clichés de l’IGN, en bordure du tracé présumé de la voie, un peu plus à l’ouest. Il fut en outre curé au moins une fois au cours de son existence, jusqu’à une profondeur de 2,40 m sous la surface alors qu’il était en grande partie comblé de terre.

6À défaut de mobilier dans son comblement, son format et les premiers éléments de chronologie relative recueillis à son propos fondent pour lui la proposition d’une structure de barrage antérieure à l’axe viaire, sans toutefois éclairer dans l’immédiat sur son rôle, sa chronologie ou son statut.

7Son format n’est cependant pas sans évoquer le fossé d’une importante fortification telle qu’on en connait, surtout dans ces longueurs sans inflexion ni courbure, autour des agglomérations de l’âge du Fer ou encore au travers de limites territoriales telles, pour la Normandie, celle du Hague-Dick attribuée à l’âge du Bronze.

8Ainsi reste-t-il difficile selon cette double perspective – voie/fortification – aux options non contradictoires (l’une pouvant succéder à l’autre), d’attribuer les diverses structures égrenées sur environ 1 ha au nord du fuseau, et seulement là, à l’un de ces deux états. Si les mieux définies peuvent se comprendre comme les fondations de greniers et de remises à quatre et sept poteaux porteurs et des structures de combustion (parmi lesquelles plusieurs foyers probables et au moins un four bilobé), le mobilier recueilli à leur niveau reste indigent. Ce dernier se constitue en effet dans l’immédiat de quelques pierres brûlées éparses et d’un tesson de poterie (résiduel, erratique ?) dont l’aspect autorise cependant à le rattacher aux productions locales de l’âge du Fer. Pour l’heure le regard sur cet ensemble reste partagé entre les installations périphériques d’un habitat de grande ampleur établi (en un lieu pareillement stratégique à la Protohistoire) à l’intérieur d’une enceinte partiellement fortifiée au sud et naturellement protégée par le marais au nord, et le reflet de quelques installations éparses établies sur des aires de culture ou de pacage appuyées à un relief important du paysage ayant effectivement contraint à cet endroit son organisation jusqu’au début du xixe s.

Fig. 1 – Le grand fossé bordant la voie antique

Fig. 1 – Le grand fossé bordant la voie antique

Cliché : I. Jahier. (Inrap).

Fig. 2 – Coupe recomposée de l’ensemble voie/fossé de Bellengreville (A) et comparaison au Chemin-Haussé (B)

Fig. 2 – Coupe recomposée de l’ensemble voie/fossé de Bellengreville (A) et comparaison au Chemin-Haussé (B)

DAO : I. Jahier (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le grand fossé bordant la voie antique
Crédits Cliché : I. Jahier. (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Fig. 2 – Coupe recomposée de l’ensemble voie/fossé de Bellengreville (A) et comparaison au Chemin-Haussé (B)
Crédits DAO : I. Jahier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70824/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Jahier, « Bellengreville – Route d’Argences » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/70824

Haut de page

Auteur

Ivan Jahier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ivan Jahier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search