Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201614 – CalvadosCreully – Le Clos de l’Épinette 2

2016
14 – Calvados

Creully – Le Clos de l’Épinette 2

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Ivan Jahier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

163769

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé sur l’enclave agricole de 3,6 ha conservée au sein de l’agglomération récente de Creully, mitoyenne de l’important habitat gaulois du Clos de l’Épinette fouillé en 2005, a fourni des compléments confirmant la complexité de cet ensemble.

2Outre l’extension attendue du site dans la nouvelle emprise, sur une aire d’environ 3 000 m2, portant ainsi la surface de ce premier dispositif à 12 000 m2, les sondages ont surtout révélé l’existence d’un second pôle d’habitat enclos d’une emprise équivalente à celle située entre 60 et 80 m au nord-ouest.

3L’ensemble, dont les deux parties s’appuient sur des fossés communs, s’organise de part et d’autre d’une réserve trapézoïdale intermédiaire et inoccupée (60 x 100 x 100 m), et prend la forme d’un long dispositif cloisonné s’étirant sur 350 m de long et 80 à 100 m de large, du sud-est au nord-ouest. Il est probable, au vu de sa physionomie et de sa situation, que l’ensemble se soit développé le long d’un ancien axe correspondant à l’actuel Chemin de Lanteuil qui longe le site au nord-est en laissant à sa droite l’éperon dominant le méandre de la Seulles. Ce chemin enjambe en contrebas le cours d’eau avant de rejoindre la route Crépon qui gravit l’escarpe du plateau vers le littoral. D’après les récents travaux du PCR Antiquité en Basse-Normandie, il pourrait correspondre au Chemin Haussé, qui traverse la région selon la même orientation et constitue un des embranchements vers la côte du Bessin.

4La recherche de l’extension du site 1 dans la nouvelle emprise complète le plan de la cour E, la plus septentrionale. Les parties nouvellement découvertes révèlent une importante densité de fosses (probablement de stockage) et de trous de poteaux, équivalente à celle des cours C, D et E explorées en 2005. Les enclos A et B situés à l’arrière du dispositif, paraissent vides en comparaison et contrastent avec les abondants rejets de mobiliers (dont de l’amphore gréco-italique et italique) dans les fosses et les fossés, et un fossé monumental sur l’avant, mesurant 3,50 m de profondeur. À l’issue de la fouille de 2005, l’interprétation de l’ensemble était partagée entre deux l’hypothèses : celle d’une grande ferme seigneuriale dont les cours C, D et E formaient les espaces techniques et les communs, et celle d’un habitat groupé tel un hameau de faible étendue.

5Le site 2 se singularise par une clôture formée de deux à trois fossés concentriques bien marqués, à section trapézoïdale et en V, de 3,5 m de large à l’ouverture, pour 1,70 m de profondeur. Les données collectées sur ces ouvrages, implantés selon les cas à 5 ou 12 m les uns des autres, ne permettent pas de les interpréter comme une clôture ostentatoire ou défensive dont les deux à trois lignes de fossés fonctionneraient simultanément ou non. Dans plusieurs cas, le fossé intérieur semble malgré tout avoir fait barrage au plus grand nombre des rejets domestiques provenant de l’intérieur de l’enceinte.

6Outre plusieurs refends probables, les nombreuses fosses et trous de poteau observés à l’intérieur de l’enceinte rappellent une densité d’aménagements équivalente à celle du site 1. Les rejets domestiques, principalement des restes de faune et des fragments de céramiques, y sont abondants.

7À l’intérieur de cet espace sont aménagées deux zones funéraires à inhumation. La mieux datée (zone fun. 1) se juxtapose avec les structures domestiques. Une grande fibule en fer datée du début de la période antique découverte au cou du défunt de la sépulture 55, indique sa postériorité à l’habitat.

8Le second groupe funéraire, non daté faute de mobilier, se situe dans l’angle nord-ouest de l’enceinte, de part et d’autre du fossé intérieur de la clôture. L’orientation et la position des défunts suggèrent leur antériorité par rapport au deuxième pôle d’habitat (iiie-ier s. av. J.‑C.). L’abondant mobilier céramique issu de ce second pôle, révèle une occupation durant La Tène C2 et D1, c’est-à-dire contemporaine des phases 2 et 3 du site 1, plus riche en aménagements. Quelques tessons à l’aspect résiduel pourtant, égrenés dans différentes structures du site 2 de l’habitat, peuvent indiquer une fondation plus ancienne, discrète, mais contemporaine de la phase 1 du site 1 (ve-ive s. av. J.‑C.). L’abandon des deux sites paraît en outre se situer dans les mêmes dates puisque, comme pour le site 1, aucun vestige postérieur à la Conquête n’est identifié sur le site 2. L’unique élément antique recueilli dans l’emprise du nouveau projet correspond, en dépit des installations de la fin du ier et du début du iie s. apr. J.‑C. établies à une quarantaine de mètres au sud (diagnostic L. Le Gaillard 2004) en un fragment de tegula conservé au niveau de son angle nord-ouest. Pour l’heure, l’organisation de l’ensemble rappelle celle des réseaux d’exploitations observés sur la périphérie caennaise. Les deux ensembles découverts à Creully sont cependant plus grands et plus proches l’un de l’autre que ceux de Ifs, de Fleury-sur-Orne ou de Mondeville.

9Le développement probable de l’ensemble le long d’un ancien axe certainement important, mais cela à sa gauche lorsqu’on l’imaginerait plus favorablement positionné sur l’éperon dominant le cours de la Seulles à sa droite, suscite de son côté bien des questions. L’éventualité selon laquelle il puisse s’agir, à la manière des sites de Quimper et Thorigné-Fouillard, en Bretagne, des « faubourgs » d’un ensemble beaucoup plus vaste, telle une très grande résidence aristocratique ou une petite agglomération rurale dite « de franchissement » et conséquemment traversée par une voie mettant ici en contact l’arrière-pays et le littoral, constitue actuellement la piste d’interprétation privilégiée de cet ensemble.

Fig. 1 – Plan général des opérations archéologiques 2004-2016

Fig. 1 – Plan général des opérations archéologiques 2004-2016

DAO : J.-M. Palluau.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des opérations archéologiques 2004-2016
Crédits DAO : J.-M. Palluau.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/70989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Jahier, « Creully – Le Clos de l’Épinette 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/70989

Haut de page

Auteur

Ivan Jahier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ivan Jahier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search