Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201614 – CalvadosÉvrecy – La Croix Boucher

2016
14 – Calvados

Évrecy – La Croix Boucher

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Emmanuel Ghesquière
Notice rédigée avec David Giazzon et Érik Gallouin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

163873

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La fouille réalisée sur la commune d’Évrecy, avant l’installation d’une résidence pavillonnaire porte sur une surface de 9 416 m2. Le diagnostic avait mis au jour un ensemble de fossés attribués alors à l’âge du Bronze final. La fouille a finalement permis d’attribuer le site à une période légèrement postérieure (âge du Fer, La Tène ancienne, ive s. av. J.‑C.).

2Le locus se développe sous la forme d’un ensemble de fossés curvilignes reliés entre eux, déterminant une forme d’enclos au plan tréflé ou cordiforme, au sein duquel des fossés de refend et des systèmes d’entrées aménagées complexes déterminent un compartimentage de la surface. Deux fossés divergent de cet enclos et sortent des limites de l’emprise, pouvant être interprétés comme des éléments de limite parcellaire de la même période.

3Quatre compartiments ont ainsi pu être extrapolés à partir du plan du site. Le premier, de 750 m2, est situé dans la partie sud de l’enclos. Il comprend le bâtiment principal identifié par une couronne circulaire de trous de poteaux de 4 m de diamètre incluant une cave profondément creusée, un bâtiment sur 7 poteaux porteurs interprété comme un grenier et 5 fosses peu profondes, dont la fonction comme silos de faible contenance fait débat. La partie orientale de ce compartiment, enserrée entre deux fossés interrompus, est interprété comme un accès débouchant vers le sud. Le compartiment 2, central dans l’enclos, mesure environ 550 m2. Il est presque vide à l’exception de trois fours jumeaux, d’une grande fosse et de trois chablis, dont la datation n’est pas assurée. Le compartiment 2, le plus oriental, mesure également 550 m2 et ne présente dans sa surface interne qu’un petit four (en vis-à-vis des trois grands du compartiment 2) et quelques chablis non datés. Le compartiment 4 enfin, au sud-est, de 500 m2, présente un système de fossés en entonnoir qui ouvre largement vers l’est avec, en particulier, un des fossés de limitation qui se termine par un puissant creusement, vraisemblablement destiné à soutenir un mégaxyle. Un petit compartiment 4 bis a été déduit de l’entrelacs de fossés à la réunion des compartiments 2, 3 et 4, sans comprendre si sa position centrale lui attribuait une fonction particulière, sa surface étant vraiment réduite (25 m2 au niveau du décapage, nettement moins au niveau du sol d’origine).

4En dehors du système d’enclos et des fossés parcellaires associés, les structures sont anecdotiques. On note la présence d’un grand four vers le nord-est et de trous de poteaux profonds mais isolés. Sur le côté sud de l’enclos, directement adossé au fossé du compartiment 1, plusieurs ensembles de trous de poteaux suggèrent la présence de deux épiers sur trois poteaux.

5Enfin, la surface externe de l’enclos est recouverte d’un nombre assez important de chablis, tout particulièrement la partie nord-est du décapage. La datation radiocarbone de deux d’entre eux permet de proposer une attribution de l’ensemble à une période largement antérieure à l’enclos (Néolithique ancien et moyen), correspondant éventuellement à un déboisement du secteur. Une fosse attribuée au Néolithique moyen I, contenant de grands fragments de trois individus céramiques, se rapporte à cette même période.

6Les témoins de la Seconde Guerre mondiale, plus présents dans le diagnostic à l’ouest de l’emprise de fouille, semblent ici anecdotiques avec deux petits cratères d’impacts d’obus de mortier et un obus fumigène. L’angle sud de l’emprise est occupé par une vaste carrière attribuée à la période moderne, dont la capacité importante (3 000 m3 ?) a certainement contribué à accentuer l’érosion de la partie sud du site.

Fig. 1 – Plan phasé de la fouille

Fig. 1 – Plan phasé de la fouille

DAO : E. Ghesquière (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan phasé de la fouille
Crédits DAO : E. Ghesquière (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/71039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ghesquière, David Giazzon et Érik Gallouin, « Évrecy – La Croix Boucher » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/71039

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Ghesquière

Inrap

Articles du même auteur

David Giazzon

Inrap

Articles du même auteur

Érik Gallouin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Ghesquière

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search