Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201627 – EureÉvreux – 11 rue de l’Horloge

2016
27 – Eure

Évreux – 11 rue de l’Horloge

Fouille programmée (2016)
Responsable d’opération : Pierre Wech

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

172595

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Eure

Texte intégral

1Préalablement à la mise en œuvre d’une extension des locaux de la Caisse d’allocations familiales de l’Eure, le maître d’ouvrage a souhaité qu’une fouille archéologique soit réalisée sur les vestiges impactés par le projet. La Mission archéologique départementale de l’Eure est intervenue durant l’été 2016, sur une surface de 240 m2. Des vestiges d’occupations antiques et tardo-antiques ont été mis au jour. Les études étant en cours, la présentation des premiers résultats sera ici partielle et ne refléteront qu’un état de la recherche. La parcelle étudiée se situe au cœur de la ville actuelle, mais aussi de la ville antique, dans l’espace entouré par un rempart à la fin du iiie s. Ce dernier constitue d’ailleurs la limite orientale de la parcelle concernée. C’est donc un secteur central, et ce à toutes les époques, qu’il nous a été donné d’explorer.

2La cote de fond de projet a limité les observations sur les niveaux les plus anciens. Il est néanmoins possible d’affirmer que se trouvent à cet emplacement les vestiges d’une construction de qualité, comportant notamment des sols maçonnés et une architecture en pierre et attribuable au Haut-Empire (fig. 1). De nombreux fragments de colonnes ont ainsi été mis au jour dans des contextes interprétés comme liés à une activité de récupération de matériaux. Les fenêtres d’observation sont cependant trop réduites pour permettre de restituer l’emprise et l’organisation du ou des bâtiments identifiés. De la même façon, leur nature exacte nous échappe : habitat cossu ou monument public ?

Fig. 1 – Vue très partielle d’un sol maçonné avec des vestiges de dallage calcaire observé à la base d’un sondage profond

Fig. 1 – Vue très partielle d’un sol maçonné avec des vestiges de dallage calcaire observé à la base d’un sondage profond

Cliché : L. Tocqueville.

3À l’extrémité orientale de l’emprise fouillée, dans un secteur extrêmement limité et rogné par des aménagements contemporains, un niveau d’incendie a livré de nombreux éléments d’une décoration peinte comportant, entre autres, deux petits personnages en pied se faisant face, dans un décor de frises d’oves (fig. 2). Une première estimation permet d’attribuer ce décor à une période comprise entre le milieu du iie s. et le début du iiie s. Le niveau d’incendie semble quant à lui attribuable à la seconde moitié du iiie s., les décombres étant ensuite scellés par une accumulation de matériaux sans doute liée à l’aménagement du talus (agger) accolé au rempart situé à une dizaine de mètres à l’est. Il n’a pas été possible, avec une surface dégagée de moins de 5 m2, de déterminer le plan et la nature de la construction qui portait initialement ce décor peint.

Fig. 2 – Décor peint en cours de dégagement

Fig. 2 – Décor peint en cours de dégagement

Cliché : S. Groetembril.

4Les traces de l’occupation tardo-antique sont encore en cours d’examen. La proximité d’une activité métallurgique semble établie, comme en témoigne le comblement d’une fosse composé presque uniquement de scories, de parois de four et de battitures. Les rares éléments céramiques identifiés dans ce comblement orientent la datation vers la première moitié du ive s., au plus tôt.

5Cette fosse se situe à proximité immédiate d’un probable bâtiment constitué de nombreux blocs de grand appareil en remploi très sommairement juxtaposés afin, sans doute, de constituer des solins (fig. 3).

Fig. 3 – Blocs de grand appareil en remploi dans une construction tardo-antique

Fig. 3 – Blocs de grand appareil en remploi dans une construction tardo-antique

Cliché : N. Gautier.

6De nombreux creusements semblent se rattacher à une activité assez intensive de récupération des matériaux des constructions au cours de l’Antiquité tardive. Leur comblement livre en effet de nombreux éléments lapidaires, scellés par une importante accumulation de sédiments sombres plus ou moins stratifiés, interprétés comme des « terres noires » alto-médiévales à modernes. Une approche micromorphologique est en cours et permettra, nous l’espérons, de préciser la nature exacte de ces dépôts.

7Il est surprenant de constater l’absence d’occupation médiévale structurée alors même que nous nous situons dans l’emprise de la ville emmuraillée. Aucune explication réellement satisfaisante ne peut être apportée à ce sujet à l’heure actuelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue très partielle d’un sol maçonné avec des vestiges de dallage calcaire observé à la base d’un sondage profond
Crédits Cliché : L. Tocqueville.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/71394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 2 – Décor peint en cours de dégagement
Crédits Cliché : S. Groetembril.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/71394/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3 – Blocs de grand appareil en remploi dans une construction tardo-antique
Crédits Cliché : N. Gautier.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/71394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Wech, « Évreux – 11 rue de l’Horloge » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/71394

Haut de page

Auteur

Pierre Wech

Made

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Wech

Made

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search