Navigation – Plan du site
2007

Annecy

7 avenue des Îles
Responsable(s) des opérations : Franck Gabayet
Notice rédigée par : Franck Gabayet

Entrées d’index

Chronologique :

Empire romain, Haut-Empire

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229339

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Ce diagnostic, mené de part et d’autre du bâtiment abritant le foyer des jeunes travailleurs, vient préciser la connaissance d’une officine de potier connue depuis le XIXe s. Le secteur directement concerné par le diagnostic a déjà fait l’objet d’observations, voire d’interventions archéologiques. Ainsi, en 1956, le creusement d’une tranchée pour le câble téléphonique fait apparaître des empierrements de chaussée sous le trottoir de l’avenue des Îles (Broise, 1984, p. 87). Une excavation réalisée en 1957, pour un immeuble au n° 12 de cette avenue, met au jour deux sols de galets, deux puits, des tegulae et de nombreuses poteries (Broise, 1984, p. 87). En  1963, lors de la construction du foyer des jeunes travailleurs, un mobilier archéologique a été recueilli. Pierre Broise dénombre alors de nombreuses jattes (des mortiers) dont sept estampillées « Q.F.MO », des cruches ansées et des jarres, associées à quelques poteries grises ou peintes, une lampe ouverte, des colombins d’argile (Broise, 1965 ; Broise, 1984, p. 92). Quelques décennies plus tard, en août 1991, une fouille menée au n° 9, sur la parcelle adjacente du côté ouest, a mis en évidence plusieurs murs, une fosse de décantation d’argile et le plan partiel d’un habitat (Zobri, 1992). Dernière opération en date, un diagnostic a été conduit en 2004 dans la caserne des pompiers, au 29, avenue du Stand (Gabayet, Olivier, 2004) : les sondages implantés à l’arrière de la caserne sont de fait mitoyens de la parcelle occupée par le foyer des jeunes travailleurs. Les sondages se sont révélés très largement négatifs, même si une couche d’occupation antique a été repérée sur l’ensemble de la parcelle.

2Le diagnostic a permis de repérer un mur associé à un empierrement, peut-être un chemin d’accès et une fosse de décantation, ultérieurement utilisée comme dépotoir pour les rebuts de l’officine du potier Modestus. Le mobilier représente une quantité impressionnante, compte tenu de l’emprise limitée de la fosse qui a, en effet, livré 240 kilogrammes de céramique antique.

3Aussi modestes soient-ils, les résultats permettent de proposer une datation de l’occupation. Une monnaie retrouvée sur le premier niveau de sol fournit un intéressant terminus post quem, dans le premier tiers du Ier s. apr. J.-C., pour la première phase d’occupation. L’abandon des différentes structures (mur, sol, etc.) voit la transformation de la fosse en dépotoir pour les ratés de cuisson, dont la production est placée à la fin du IIe s., voire au début du suivant.

4Ce diagnostic aura ainsi été l’occasion de préciser la topographie de l’officine, de restituer une stratigraphie riche de plusieurs phases d’occupation et d’augmenter le corpus des productions du potier Q. Fabius Modestus.

5GABAYET Franck

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Franck Gabayet, « Annecy », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 30 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7164

Haut de page

Responsable d'opération

Franck Gabayet

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals