Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201650 – MancheCerisy-la-Forêt – Abbaye de Saint...

2016
50 – Manche

Cerisy-la-Forêt – Abbaye de Saint-Vigor

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Hélène Dupont
Notice rédigée avec Corinne Thevenet et Stéphanie Dervin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Une opération de diagnostic archéologique a été prescrite à Cerisy-la-Forêt en amont du projet de valorisation du site patrimonial de l’abbaye Saint-Vigor par la Mairie, sur une emprise d’environ 1 000 m2. Six sondages ont été implantés à proximité de la porterie et de la chapelle, du portail de l’abbatiale, dans l’ancien cloître, dans le cimetière extérieur le long du transept nord de l’abbatiale et à l’ouest de « l’étang des moines » (fig. 1).

Fig. 1 – Plan général de l’abbaye avec l’emprise du diagnostic et la localisation des sondages

Fig. 1 – Plan général de l’abbaye avec l’emprise du diagnostic et la localisation des sondages

DAO : J.-M. Palluau, H. Dupont (Inrap).

2La fondation de l’abbaye par saint Vigor remonterait au vie s. et sa restauration par Robert le Magnifique en 1032, après sa destruction par les raids vikings à la fin du ixe s. L’abbatiale peut être datée stylistiquement aux alentours de 1080, les bâtiments conventuels du xiiIe au xviiie s. L’abbaye est implantée à l’ouest du Bessin, sur la rive sud de la rivière de l’Esque. Le substrat géologique superficiel est constitué d’argiles limoneuses orangées surmontant des schistes et des granites.

3Le diagnostic a mis en évidence des indices de site d’époque gallo-romaine. Les fosses sépulcrales du cimetière, situé à l’extérieur de l’abbaye (sd. 1000), recoupent deux à trois structures excavées creusées dans le substrat d’argile orangée (fosses et/ou fossé) dont l’une contenait un tesson de céramique du ier s. apr. J.‑C. La présence de fragments de tegulae et d’une brique dans le remplissage d’une fosse et d’un fossé dans le sondage implanté dans l’enceinte de l’abbaye au nord de la porterie (sd. 6000), atteste également d’une occupation antique. Ces données lacunaires rendent difficile la caractérisation du site, d’autant plus que la présence antique dans ce territoire est quasiment inconnue. Ces structures indiquent néanmoins une présence antique sur la rive sud de la rivière de l’Esque, avant l’implantation de la première abbaye.

4Deux sépultures situées stratigraphiquement sous les niveaux d’occupation du cloître des xive-xve s. et de la cour de l’abbaye du xviiie s. ont été découvertes (sd. 5000). Elles sont creusées dans le substrat. Une analyse au radiocarbone a été effectuée sur l’un des deux individus. Les résultats indiquent une fourchette chronologique située entre la fin du xe et la première moitié du xie s., donc antérieure ou immédiatement contemporaine à la refondation de l’abbaye en 1032. La présence de ces deux inhumations pose la question d’une continuité d’occupation de l’abbaye entre son abandon consécutif aux raids vikings à la fin du ixe s. et sa restauration en 1032. L’activité funéraire d’une zone qui appartient peut-être déjà au carré claustral de l’abbaye exsangue est-elle liée à la présence de moines aux xe-xie s. ou est-elle le vestige d’un cimetière paroissial issu de l’implantation de l’abbaye ?

5Deux phases de construction du cloître ont été caractérisées dans les sondages 4000 et 5000. Les archives et l’analyse archéologique montrent que le deuxième état se situe entre la seconde moitié du xive et la première moitié du xve s. Le sondage 5000, situé au sud du cloître, a permis de découvrir le mur sud de cet état : le carré claustral du xve s. mesure ainsi 21,80 m de côté. Le mur nord et l’un de ses piliers remplacent un mur antérieur qu’il n’est pas possible de dater en l’absence de niveaux archéologiques associés (fig. 2). Les sondages n’ont pas permis de mettre au jour le mur sud du premier cloître sous le second ce qui indique que sa superficie était sans doute moindre. La construction du bâtiment conventuel a pu détruire le mur sud du premier cloître ou bien il se situe plus au nord.

Fig. 2 – Deux phases du cloître (xive s. et antérieur) et canalisation du xviiie s. dans l’axe de la salle du chapitre

Fig. 2 – Deux phases du cloître (xive s. et antérieur) et canalisation du xviiie s. dans l’axe de la salle du chapitre

sd. 4000.

Cliché : H. Dupont (Inrap).

6Le sondage 3000, situé entre l’angle de la porterie construite au xiiie ou xive s. et le mur sud du portail gothique de l’abbatiale, indique que celui-ci est construit à l’aplomb d’un mur antérieur soutenu par un contrefort (fig. 3). Le portail encore en élévation remplace manifestement une construction qu’il n’est pas possible de dater en l’absence de niveaux archéologiques associés. S’agit-il des vestiges du portail roman de l’abbatiale ou d’un tout autre édifice dont il est difficile à ce jour d’attribuer une fonction ? Le léger décalage de ce mur et du contrefort par rapport à l’orientation de l’abbatiale permet en tous cas de s’interroger.

Fig. 3 – Vue du sud des maçonneries antérieures au portail des xiiie-xive s.

Fig. 3 – Vue du sud des maçonneries antérieures au portail des xiiie-xive s.

Au premier plan, bâtiment conventuel d’époque moderne (sd. 3000).

Cliché : H. Dupont (Inrap).

7Les fondations d’un bâtiment conventuel à trois niveaux et une seule pièce construit à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne ont été dégagées dans ce même sondage. Comprenant initialement un seul espace, il est divisé par la suite en deux petites pièces entre le xviie et le xviiie s. Ce bâtiment est visible sur deux plans de l’abbaye du xviiie s. Lors de son premier état, il faisait la transition entre la porterie, à partir duquel il était accessible, et les bâtiments conventuels situés à l’ouest du cloître. Un escalier à vis situé à l’est du bâtiment desservait les étages.

8Le sondage 4000 a mis au jour une partie d’un autre bâtiment conventuel reconstruit par les mauristes dans la seconde moitié du xviiie s. à l’emplacement du réfectoire. Sa façade, de style classique, est connue par un dessin reproduit par Paul de Farcy et correspond à celle du premier édifice conventuel visible lorsqu’on pénétrait dans l’enceinte de l’abbaye à partir de la porterie. Il desservait les bâtiments conventuels vers l’est. Des sols créés par piétinement et un sol de cour construit peuvent lui être associés. C’est probablement également le cas pour la canalisation maçonnée dégagée au nord du cloître (sd. 4000, fig. 2). Elle est située dans l’axe de la salle du chapitre et aboutissait au collecteur enterré et voûté encore visitable aujourd’hui. C’est lors de cette campagne de construction diligentée par les mauristes que le cloître est détruit.

9Le cimetière de l’abbaye, situé au nord de l’abbatiale, est également un cimetière paroissial au moins à partir du xviie s., date à laquelle l’église est séparée en deux, pour le culte des moines et pour celui des paroissiens. Deux niveaux de remblais témoignant de son abandon au xixe s., recouvrent six à huit fosses sépulcrales apparaissant à 0,90 m de la surface actuelle (sd. 1000). Les fosses sont globalement nord-ouest – sud-est, respectant l’orientation de l’abbatiale. Deux sépultures ont été fouillées et étudiées. Les deux squelettes sont très bien conservés. La première sépulture est celle d’un individu inhumé en linceul dans un cercueil en bois cloué. À l’issue de l’analyse taphonomique, il semblerait que le cercueil ait été déplacé alors que le corps était dans un état avancé de décomposition. Ce cercueil a ensuite été ré-inhumé à l’emplacement d’une fosse sépulcrale contenant un individu inhumé en linceul, en pleine terre, dans une fosse à loge céphalique. cette ré-inhumation, peut-être anecdotique, pose tout de même la question de la gestion de l’espace funéraire de ce cimetière. En l’absence de mobilier, il est difficile de dater ces sépultures mais les pratiques funéraires permettent de les attribuer pour l’une à l’époque médiévale (sépulture en pleine terre et linceul, fosse anthropomorphe) et/ou moderne (cercueil cloué et linceul). La densité de l’occupation funéraire, au moins à l’emplacement de ce sondage, est assez importante. Certaines fosses se recoupent entre elles et l’on peut attester d’au moins deux phases d’inhumation dans ce secteur.

10Le sondage 2000 est situé dans l’emprise de la rivière de l’Esque, aux abord de sa rive nord. L’étang artificiel, créé par les moines de l’abbaye de Cerisy, a été comblé au xxe s. et recreusé en 1991. Il est implanté dans sur la rivière de l’Esque qui l’alimente. Le sondage a permis de montrer que la dépression formée par le lit de la rivière a été comblée en partie entre le xixe s. et la première moitié du xxe s.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’abbaye avec l’emprise du diagnostic et la localisation des sondages
Crédits DAO : J.-M. Palluau, H. Dupont (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/71719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Titre Fig. 2 – Deux phases du cloître (xive s. et antérieur) et canalisation du xviiie s. dans l’axe de la salle du chapitre
Légende sd. 4000.
Crédits Cliché : H. Dupont (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/71719/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 – Vue du sud des maçonneries antérieures au portail des xiiie-xive s.
Légende Au premier plan, bâtiment conventuel d’époque moderne (sd. 3000).
Crédits Cliché : H. Dupont (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/71719/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Dupont, Corinne Thevenet et Stéphanie Dervin, « Cerisy-la-Forêt – Abbaye de Saint-Vigor » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/71719

Haut de page

Auteurs

Hélène Dupont

Inrap

Articles du même auteur

Corinne Thevenet

Articles du même auteur

Stéphanie Dervin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Dupont

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search