Navigation – Plan du site
2007

Le Cheylard

Plateau d’Aric (phase 2 bis)
Responsable(s) des opérations : Éric Durand
Notice rédigée par : Éric Durand

Entrées d’index

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229337

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Les vingt-quatre sondages ouverts sur les 2,6 ha restants de l’emprise de la future zone industrielle (phase 2 bis) ont permis de confirmer et de compléter les résultats des opérations précédentes (Durand Éric, 2004 et 2007) et permettent désormais une synthèse sur les occupations archéologiques du plateau d’Aric depuis le Néolithique final. Les travaux ont porté sur trois zones situées aux confins septentrionaux (parcelle AE52), au sud-ouest (AE25) et au sud-est (AE35) du projet global. Excepté le Néolithique final, toutes les périodes chronologiques (de la Tène finale au XVIIIe s.) observées dans la zone médiane (02/2007) ont été retrouvées en périphérie.

2Un seul sondage (S62) ouvert en limite sud-ouest d’emprise a livré du mobilier céramique protohistorique (Tène finale) et permet d’avoir une vision globale de l’extension spatiale de cette première occupation. Un trou de poteau scellé par ce niveau de la fin de l’âge du Fer pourrait être contemporain. Associée à la fosse mise au jour en S33, cette structure pourrait confirmer la présence et l’installation de l’homme sur le plateau au Ier siècle avant notre ère (entre - 80 et - 30 ?). Toutefois l’indigence du nombre de structures conservées et l’incertitude de leurs datations ne permettent pas d’envisager le statut du site.

3La période antique est représentée timidement par quelques tessons (sigillée sud-gauloise et tegula) mis au jour dans deux sondages (S62 et 64). Ces quelques indices permettent de compléter la cartographie des artefacts gallo-romains répartis sur environ 1,8 ha sans toutefois préciser sa chronologie (IIe s.–Ves.) et son statut (ferme, dépendances agricoles, pâturage, champs, etc. ?).

4Reconnue depuis 2004, l’occupation médiévale a été confirmée dans les trois secteurs périphériques et reconnue sur une superficie totale avoisinant les 4,3 ha. Quatre nouveaux faits archéologiques associés à du mobilier céramique daté entre le XIe s. et le XIVe s. ont été observés dans huit sondages. Si l’occupation du Moyen Âge central n’a été reconnue que par quelques tessons (S63), les XIIIe s.–XIVe s. représentés au nord par un empierrement (S52) et au sud-est par deux sondages « à céramiques » (S65 et 66). Dans ce dernier secteur, deux constructions parfaitement conservées, bâties en pierres sèches (granit), pourraient être affiliées à cette période (S64). Il s’agit de deux structures couvertes à vocation hydraulique : un caniveau et une canalisation attribuable à un fourreau d’adduction. Malgré l’absence de mobilier, deux structures en creux (S61, F1 et F3) pourraient être contemporaines de la fosse 2 comblée au Moyen Âge (schéma stratigraphique et typomorphologie similaires).

5Les Temps Modernes et le début de l’époque contemporaine ne sont représentées que dans deux sondages (S66 et 68) du secteur sud-est. Un drain recoupant un niveau d’occupation du bas Moyen Âge (S66) pourrait marquer la volonté à travers les siècles d’exploiter, d’assécher et d’assainir le plateau. Cette constante observée depuis l’époque gallo-romaine (S32, 35) a dû être encore vivace à l’époque contemporaine à en juger par le nombre de drains non datés (S68, 69, 71), sources aménagées (AE 27, 118, 35) et autres citernes bâties (AE 35). En l’absence totale de mobilier, cinq structures en creux (S57, 60, 61) apparentées pour la plupart à des trous de plantation n’ont pu être calées dans le temps (XIXe s. ?).

6DURAND Éric

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Durand, « Le Cheylard », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7190

Haut de page

Responsable d'opération

Éric Durand

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals