Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201661 – OrneArgentan – Pôle de santé libéral ...

2016
61 – Orne

Argentan – Pôle de santé libéral et ambulatoire

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Florian Bonhomme

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

163805

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé dans le centre-ville d’Argentan, fait suite à un projet, finalement déplacé, de Pôle de santé libéral ambulatoire et de réaménagement du cœur de ville. L’ensemble du projet concernait notamment la totalité de la superficie du château, donjon excepté. Il a été possible de réaliser un peu plus d’une dizaine de tranchées de diagnostic sur la zone prescrite, en tenant compte des spécificités et des contraintes techniques variées. La majorité des structures mises au jour datent du Moyen Âge.

2La phase la plus ancienne repérée appartient à l’Antiquité. Elle n’a livré que très peu de vestiges. La quantité d’indices recueillis à travers le SIG pour l’ensemble de la ville montre une occupation plutôt étalée. Il est très difficile de donner une densité ou un type d’occupation en particulier mais la présence d’une voie relativement importante semble indiquer que le site fut pour le moins un établissement de bord de voie ou un relais routier. L’idée d’une petite agglomération est assez séduisante et n’est pas à exclure. Malgré tout, les indices sont encore trop peu nombreux pour pouvoir dépasser le stade de la simple hypothèse.

3L’époque médiévale n’est représentée qu’à partir de la toute fin du haut Moyen Âge. Les découvertes faites pour cette période sont difficiles à analyser, pourtant son étude reste essentielle pour comprendre la genèse du château, mais aussi de la ville. Les mises au jour se caractérisent essentiellement par des structures fossoyées, de types fosses, trous de poteaux d’installations diverses, fossés, ainsi que quelques maçonneries.

4Au bas Moyen Âge, le château acquiert peu ou prou la dernière morphologie qu’on lui connaît. Il se répartit en au moins quatre zones significatives distinctes, à savoir : le donjon, la chapelle Saint-Nicolas, le logis principal ou seigneurial et le logis secondaire ou vicomtal. Il faut bien évidemment ajouter des espaces vides et de circulation. Les résultats concernant la ville, sont presque inexistants. En effet, le seul sondage qui a pu être réalisé à l’extérieur du château s’est avéré négatif. Les informations compilées par l’intermédiaire du SIG font cependant apparaître, à travers le parcellaire et les différents plans conservés, des éléments de fortification et d’occupation de l’espace qui appartiennent de toute évidence à l’extrême fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. Enfin, les céramiques témoignent d’échanges à l’échelle de seulement quelques dizaines de kilomètres.

5L’époque moderne est surtout identifiable par la présence de mobilier, parfois riche. La céramique de cette période montre les liens étroits et historiques avec Alençon. Ces liens sont connus depuis longtemps puisque le château d’Argentan fut à partir de 1372 aux mains des comtes puis des ducs d’Alençon. Si les vestiges construits sont rares dans l’emprise des sondages réalisés, cela est notamment dû au fait que plusieurs bâtiments trouvent une continuité dans leurs occupations, pratique tout à fait classique. De plus, les sondages ont été placés là où nous avions le moins de connaissances.

6L’époque contemporaine a laissé également son lot de vestiges, assez peu nombreux. Même si le château avait déjà été en grande partie détruit, son emprise reste assez peu réutilisée. Le grand logis seigneurial est transformé en prison, des habitations sont construites dans la partie occidentale du château, au niveau de la place Saint-Germain et sur une bonne partie de l’ancien donjon. Les vestiges de cette période les plus évidents, sont ceux de la prison, qui a entraîné la reconstruction de l’annexe du grand logis. Ces témoignages du milieu carcéral et notamment la découverte d’entraves de pieds, restent rares et donc d’autant plus précieux pour nous aujourd’hui.

7Enfin, les traces de la Seconde Guerre mondiale sont étonnamment peu visibles, si ce n’est par la destruction d’une partie des immeubles de la ville. Le visage que présentait l’agglomération avant le mois d’août 1944 et l’arrivée des Américains, s’en est trouvé profondément affecté. Les travaux d’après-guerre sont également à mettre en cause dans les nombreuses destructions. L’espace central et les abords du château n’ont pas échappé à ces requalifications, qui ont définitivement détruit une partie des vestiges. La mode était alors à l’ouverture des villes.

8Ces quelques ouvertures réalisées dans le sol du cœur de la ville apportent un important jalon pour les nombreuses recherches qu’il reste à mener sur le château et la ville d’Argentan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Bonhomme, « Argentan – Pôle de santé libéral et ambulatoire » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/72018

Haut de page

Auteur

Florian Bonhomme

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Bonhomme

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search