Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201676 – Seine-MaritimeBerville-sur-Seine – Berges de la...

2016
76 – Seine-Maritime

Berville-sur-Seine – Berges de la Seine : PK 275 à 277

Découverte fortuite (2016)
Responsable d’opération : Patricia Moitrel

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La surveillance régulière de l’érosion des berges de la Seine menée par Haropa-Port de Rouen a permis la découverte fortuite de plusieurs indices de sites sur cette commune située à une quarantaine de kilomètres en aval de Rouen, sur la rive gauche. Il s’agit aussi bien de structures liées à d’anciens aménagements de berge, à l’habitat et à un contexte funéraire, que d’objets de la vie quotidienne. L’ensemble couvre une période allant du xive au xxe s.

2Les aménagements de berge sont représentés par de nombreuses séries de pieux, accompagnées ou non de palissades répondant à plusieurs schémas de construction, et surmontées ou non de maçonneries en blocs de pierres. Ces dernières peuvent correspondre pour certaines à d’anciens appontements, pour d’autres à des structures de soutènement de l’ancien chemin de halage. Tout le long de l’ancien trait de berge se trouvent bollards et bornes kilométriques fluviales renversés par l’érosion.

Fig. 1 – Série de pieux découverts à marée basse

Fig. 1 – Série de pieux découverts à marée basse

Cliché : S. Coquerel.

3Une portion d’un réseau de canalisation a été mise au jour. Elle est constituée de tuyaux en terre cuite enchâssés les uns dans les autres et noyés dans un enduit hydraulique rosé, très soigneusement lissé, formant un demi-cercle en partie supérieure. Un des éléments céramique complet mesure 65 cm de long pour un diamètre intérieur de 4,5 cm et un diamètre extérieur de 6,5 cm. Deux types ont été prélevés parmi ceux récemment déconnectés par l’érosion, témoignant de divers circuits d’approvisionnement : un élément est un grès local provenant probablement du pays de Bray, tandis que les autres correspondent au grès du Beauvaisis (identification É. Lecler-Huby, Inrap). Ce type de tuyau est encore fabriqué à la fin du xixe s. À titre d’exemple, l’article no 40 du Catalogue des poteries de grès et poterie jaune d’Augustin Véron fils à Ger (Manche) indique une longueur utile de 55 à 60 cm, ce qui correspond aux éléments retrouvés. Une prospection pédestre a permis de localiser d’autres éléments en place, orientés nord-nord-est – sud-sud-ouest, qui pourraient être rattachés à l’alimentation en eau du jardin à la française de l’ancien manoir dit de L’Île le Roy, figurant sur deux plans parcellaires du xviiie s. (ADSM, 12Fi185, fonds Caillot de Coqueréaumont et 12Fi198, plan géométrique dressé par Jacques Duval en 1768). Ce manoir appartenait à la famille de Joseph Piquefeu, qui y a fait construire une petite chapelle dédiée à Saint-Joseph en 1719, encore en élévation. Cette résidence de campagne, qui passe aux mains de Jean Harel, seigneur de Fontaine-Halbout (Calvados) et conseiller du roi, est encore fréquentée en 1785 (ADSM, 4E-01463, vue 43).

4Le contexte funéraire est représenté par des restes osseux humains correspondant à deux individus. Un homme de grande stature ne présente pas de pathologie particulière, tandis que les os d’une petite femme, aux insertions musculaires très prononcées derrière les fémurs, manifestent de multiples signes d’arthrose (extrémité distale de l’ulna, extrémité de la clavicule, deux vertèbres lombaires soudées) ainsi qu’une résorption alvéolaire sur la mandibule, qui témoignent d’un âge au décès sans doute élevé (étude F. Carré, SRA de Normandie). À proximité de ces os se trouvaient des éléments de faune immature. Les ossements recueillis n’étaient pas en connexion anatomique. Découverts après une récente érosion de berge due à l’action conjuguée d’un fort coefficient de marée et des déplacements d’eau provoqués par le passage de grands navires, ils se sont dispersés sur quelques mètres au gré des vagues. La prospection menée par le SRA (N. Bolo et P. Moitrel) quelques semaines après la découverte n’a pas permis d’identifier de structure funéraire dans la coupe formée par l’érosion.

5Plusieurs objets ont été ramassés lors des différentes phases de surveillance des berges :

  • un éperon en fer de 16,1 cm de long, pour un poids de 88 grammes. Les branches, larges de 2 cm au niveau de la tige, se réduisent progressivement à 1,5 avant de brutalement se réduire à 9 mm au milieu de leur longueur, afin de provoquer une cambrure pour le passage de cheville. La molette devait comporter 9 pointes. Les extrémités de l’éperon présentent un œillet en 8, plutôt horizontal. Celui de droite possède un anneau prolongé d’une plaque ovale pour une bride de sous-pied. L’arrière de l’éperon et le départ des branches sont ornés d’un décor semi-radiant axé sur la tige, qui présente également une bague en son milieu. La datation proposée par Pierre Drugmand (président du Club International d’Éperonnerie) pour ce modèle le placerait au tournant du xvie et du xviie s. ;

Fig. 2 – Éperon du xvie-xviie s.

Fig. 2 – Éperon du xvie-xviie s.

Cliché : S. Le Maho (Inrap).

  • l’angle inférieur gauche d’un pavé bicolore, estampé avec décor à l’engobe (dimensions conservées : 10,8 cm de longueur x 7,6 cm de largeur, 2,4 cm d’épaisseur). La pâte est claire (beige rosé), assez fine et homogène, avec des inclusions millimétriques rouge et quelques inclusions de quartz plus grosses (jusque 5 mm). Le motif est constitué d’un cheval galopant à dextre. Harnaché et sellé, il est monté par un cavalier dont seule la jambe gauche est visible sur le fragment conservé. La glaçure jaune confère une couleur orangée au fond du motif et une couleur jaune à l’engobe blanc constituant le motif. L’estampage, peu profond, est finement réalisé, la jambe du cavalier étant particulièrement nette. L’arrière du pavé est lisse. L’ensemble de ces caractéristiques permettent de le dater du xive s. (étude N. Coulthard, SRA de Normandie) ;

Fig. 3 – Pavé bicolore

Fig. 3 – Pavé bicolore

Cliché : P. Moitrel (SRA).

  • un robinet de tonneau en alliage cuivreux présentant un poinçon en forme de soleil radiant à 10 branches sur la poignée. Il mesure 17,2 cm de long pour 7,4 cm de haut, poignée comprise.

Fig. 4 – Robinet de tonneau

Fig. 4 – Robinet de tonneau

Cliché : P. Moitrel (SRA).

  • une plaque de cheminée incomplète, datant probablement de la fin du xviie ou début du xviiie s. (Palasi 2014) est ornée d’un buste masculin de profil, tête à gauche, portant une barbe à grand bouc et une couronne de laurier. Il est placé dans un médaillon surmonté d’une couronne végétale. Un lion couché regardant se tient à droite du médaillon, sans que l’on puisse dire si un second lion lui répondait à gauche.
  • un fond d’égouttoir en pâte blanche vernissée verte, d’un diamètre extérieur de 14,5 cm, datable du début du xixe s. (identification E. Lecler-Huby, Inrap) ;
  • un élément en fonte présentant un décor trilobé dans un arc en accolade pourrait avoir appartenu à un monument funéraire, sans qu’il soit possible de dire s’il est en lien avec les deux squelettes découverts.

Fig. 5 – Élément architectural en fonte

Fig. 5 – Élément architectural en fonte

Cliché : S. Le Maho (Inrap).

6La nature comme l’excellente facture de ces objets témoignent d’une occupation de ce secteur par une classe aisée de la population.

Haut de page

Bibliographie

Palasi P. 2014 : Plaques de cheminées héraldiques : histoire d’un support métallique des armoiries, fin xve-xxe s., Paris, Gourcuff-Gradenigo, 318 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Série de pieux découverts à marée basse
Crédits Cliché : S. Coquerel.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/72204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 2 – Éperon du xvie-xviie s.
Crédits Cliché : S. Le Maho (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/72204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 3 – Pavé bicolore
Crédits Cliché : P. Moitrel (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/72204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Titre Fig. 4 – Robinet de tonneau
Crédits Cliché : P. Moitrel (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/72204/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 5 – Élément architectural en fonte
Crédits Cliché : S. Le Maho (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/72204/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Moitrel, « Berville-sur-Seine – Berges de la Seine : PK 275 à 277 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/72204

Haut de page

Auteur

Patricia Moitrel

Drac Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patricia Moitrel

Drac Normandie (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search