Navigation – Plan du site
2007

Limoges – Musée municipal de l’Évêché (phase 2)

Responsable(s) des opérations : Cyrille Pironnet
Notice rédigée par : Cyrille Pironnet

Texte intégral

Date de l'opération : 2006 - 2007 (SP)
Inventeur(s) : Pironnet Cyrille (INRAP)

1La fouille préventive réalisée dans le cadre de l’agrandissement du Musée municipal de l’Évêché s’est déroulée en deux phases. La première, menée sous la responsabilité de Christophe Maniquet, en 2004, concernait la cour des Bûchers et la cour d’honneur et une zone située le long de la rue de la Cathédrale, à l’emplacement de l’ancien square. La seconde phase, du 20 novembre 2006 au 16 mars 2007, a permis de parachever l’étude de la cour d’honneur et de la cour des Bûchers, tout en faisant le lien avec la cour des Écuries (Fig. n°1 : Vue générale de la fouille vers l’ouest).

2L’intervention archéologique a permis de repérer dix phases d’occupation distinctes depuis le tout début de notre ère jusqu’à nos jours. Elle montre que cette zone a fait l’objet d’installations et de replis momentanés à diverses périodes.

État 1 - 10-50 de notre ère : l’urbanisation du secteur

3La deuxième campagne de fouille a confirmé qu’aucun niveau, ni aucune structure protohistorique n’était présente sur le site. Le fossé linéaire découvert en 2004, qui se calque sur le parcellaire antique, parallèlement aux voies cardinales connues, a été de nouveau appréhendé durant cette deuxième phase. L’hypothèse d’un pomerium a été évoquée pour ce fossé (fossé symbolique qui délimitait l’espace urbain, ou l’espace prévu initialement pour l’implantation de la nouvelle ville). Plus à l’ouest l’installation d’une voirie nord-sud a pu être mise en évidence, avec l’aménagement de murs de façade, de trottoirs et de petits fossés.

État 2 - IIe s.-début IIIe s. : les premières occupations légères

4Si, dans un premier temps, le fossé situé en bordure orientale du site correspondait bien au pomerium, il est tout à fait possible qu’après son remblaiement, son emplacement ait été repris par une voie cardinale parallèle aux autres. Au IIe s. et au début du IIIe s., le secteur semble principalement occupé par des installations légères ayant laissé leur empreinte sous la forme de trous de poteaux et de solins de pierres. Malheureusement, les constructions et les creusements postérieurs les ont tellement perturbés qu’il est impossible d’en établir un plan ou d’attribuer une fonction à ces édifices. Par ailleurs, la mise en place de maçonnerie en bordure occidentale de la voie existante pourrait marquer la présence d’une boutique. À l’ouest de la voie, le long de cette dernière, se dessine un premier bâtiment sur solin de pierre.

État 3 - IIIe s. de notre ère

5Alors que la fouille de 2004 n’avait laissé entrevoir qu’une occupation avec des installations légères certainement tournée vers l’artisanat, la fouille de 2006-2007 a permis de mettre en évidence la mise en place des premiers bâtiments maçonnés d’envergure sur le site dès le IIIe s. Un premier bâtiment rectangulaire fait son apparition à l’est. Étant donné la disparition totale des niveaux liés à cet édifice, il est difficile de lui attribuer une fonction.

6Plus au nord, un second bâtiment maçonné est construit à la même période. L’édifice est bordé au sud par des caniveaux. Les maçonneries dégagées délimitent plusieurs espaces : quatre à cinq pièces peuvent ainsi être distinguées. Sans doute s’agit-il d’une domus installée le long de la voie.

7Dans la cour des Écuries, à l’ouest de la voirie, le long de cette dernière, est édifié un troisième important bâtiment maçonné, bordé par un caniveau à l’est. L’espace y est partagé en trois salles distinctes.

État 4 - IVe s. -VIe s. de notre ère : un espace thermal associé à la domus

8Il semble qu’à partir du IVe s., la domus identifiée au nord ait progressivement annexé les espaces situés au sud, pour se doter de salles chauffées étudiées en 2004. C’est peut-être à la même période ou un peu plus tard, que l’espace évoqué ci-dessus va être étendu vers l’ouest et le sud-ouest.

9Au cours des Ve s. et VIe s., des remaniements plus ou moins importants ont été réalisés au sein du bâtiment doté au sud de salles chauffées.

État 5 - VIIe s.-VIIIe s. : installation du groupe épiscopal

10C’est vraisemblablement à partir du VIIe s., une fois les salles chauffées détruites et remblayées que de nouveaux édifices pouvant être interprétés comme des bâtiments appartenant au groupe épiscopal vont s’implanter sur le secteur qui nous concerne. Beaucoup plus sommaire, le type de construction n’est plus le même. Les diverses maçonneries de cette période remploient systématiquement des éléments prélevés sur des édifices gallo-romains. Les bâtiments mis au jour semblent posséder un niveau enterré ou semi-enterré.

11Un premier bâtiment imposant, orienté est-ouest a été mis au jour au nord de la cour d’honneur. Seule sa partie méridionale a été dégagée sur l’emprise de la fouille. Sept salles ont pu être identifiées. L’une d’elles était visiblement chauffée (Fig. n°4 : Salle chauffée du palais épiscopal). Au sud de la cour d’honneur, un second bâtiment quadrangulaire de taille plus modeste a été identifié.

12Parallèlement plus à l’ouest, l’ancienne voie est rétrécie avec la construction du nouveau mur mitoyen occidental qui limite les nouveaux bâtiments épiscopaux. Dans le secteur de la cour des Écuries, l’ancien bâtiment antique est abandonné et certainement détruit. Une aire de stockage y fait son apparition et se pérennise à l’état suivant.

État 6 - IXe s.-Xe s. : une activité de stockage

13La période des IXe s. et Xe s. est principalement caractérisée par des silos à grains et des fosses de stockage. L’ensemble de ces fosses ne présente aucune organisation spatiale cohérente. Aucun bâtiment n’a pu être mis en relation directe avec ces creusements. On assiste donc vraisemblablement à un abandon temporaire de cette zone à cette période

État 7 - XIe s.-XIIe s. : le réaménagement de l’espace avec le creusement d’un important fossé

14C’est peut-être au moment où l’on décide d’édifier la première cathédrale, au XIe s., qu’un vaste fossé a été creusé autour du Puy Saint-Etienne et de la Cité (Fig. n°3 : Vue du fossé médiéval avec bâtiment semi-encavé installé dans son comblement). Découvert durant la fouille de 2004, le long de la rue de la cathédrale, il a été étudié de manière plus exhaustive en 2006-2007 dans la partie occidentale de la cour des Écuries. Il semblerait avoir subi un recreusement et peut-être un réajustement de son axe après une première phase de comblement due à des successions de colluvionnements parfois massifs. Il présenterait des caractères communs avec le fossé cernant la motte vicomtale dans l’autre pôle urbain que constituait le Château.

État 8 - XIIIe s.-XIVe s. : le palais épiscopal du XIIIe s. et les caves

15Un gros contrefort ancien, situé sous le pavillon oriental du palais épiscopal du XVIIIe s., lui servait de fondation. Le recalage de cette maçonnerie sur les plans anciens permet d’affirmer qu’il s’agit de l’angle sud-ouest du palais épiscopal du XIIIe s. Par ailleurs, cinq caves sont reconnues dont certaines étudiées en partie lors de la fouille de 2004 (Fig. n°2 : Vue générale de la fouille vers le sud avec les caves médiévales au premier plan). La fouille de 2006-2007 permet d’affirmer que celles-ci ne forment pas un réseau unique mais des caves indépendantes les unes des autres. Certaines d’entre elles présentent des structures de stockage où d’aménagements liés au levage creusés dans les parois. C’est à cette période qu’est construit un vaste bâtiment dans le comblement du fossé. Cet édifice conserve une vaste pièce semi enterrée, remarquablement bien conservée sur toute son élévation. Les corbeaux de soutènement du niveau supérieur y sont pratiquement tous visibles, ainsi que deux ouvertures donnant accès vers l’ouest, et un escalier maçonné permettant d’accéder au niveau supérieur. Ce dernier abrite un placard aménagé dans l’épaisseur de la maçonnerie. En outre, deux latrines aménagées l’une contre l’autre ont révélé un important mobilier céramique daté des XIVe s. et XVe s.

État 9 - XVIe s. -XVIIe s. : le palais de Jean de Langeac

16En 2004, plusieurs maçonneries se distinguant par leurs dimensions et par un mortier blanc extrêmement compact, dessinaient l’extrémité nord d’un bâtiment orienté nord-sud fondé très profondément. Les murs dégagés pourraient appartenir au palais de Jean de Langeac. Le bâtiment fouillé en 2004 semblait en effet s’aligner sur l’une des ailes en retour d’équerre de ce palais. En 2006-2007, des maçonneries correspondraient vraisemblablement à l’extrémité nord de l’aile du palais épiscopal de Jean de Langeac

État 10 - XVIIIe s.-XXe s.

17Le dixième et ultime état correspond à l’édification du dernier palais épiscopal et des édifices contemporains. Sur le site, un caniveau, certainement construit au même moment que le palais épiscopal permet de récupérer les eaux de pluie ou les eaux usées du pavillon oriental pour les déverser dans un vaste puisard parementé, situé sous la cour d’Honneur.

18La seconde phase de la fouille du site archéologique du Musée municipal de l’Évêché est donc d’un intérêt majeur pour la compréhension de l’évolution de ce quartier depuis la période antique.

19PIRONNET Cyrille

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue générale de la fouille vers l’ouest

Fig. n°1 : Vue générale de la fouille vers l’ouest

Auteur(s) : Pironnet, Cyrille. Crédits : Pironnet, Cyrille (2007)

Fig. n°2 : Vue générale de la fouille vers le sud avec les caves médiévales au premier plan

Fig. n°2 : Vue générale de la fouille vers le sud avec les caves médiévales au premier plan

Auteur(s) : Pironnet, Cyrille. Crédits : Pironnet, Cyrille (2007)

Fig. n°3 : Vue du fossé médiéval avec bâtiment semi-encavé installé dans son comblement

Fig. n°3 : Vue du fossé médiéval avec bâtiment semi-encavé installé dans son comblement

Auteur(s) : Pironnet, Cyrille. Crédits : Pironnet, Cyrille (2007)

Fig. n°4 : Salle chauffée du palais épiscopal

Fig. n°4 : Salle chauffée du palais épiscopal

Auteur(s) : Pironnet, Cyrille. Crédits : Pironnet, Cyrille (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue générale de la fouille vers l’ouest
Crédits Auteur(s) : Pironnet, Cyrille. Crédits : Pironnet, Cyrille (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. n°2 : Vue générale de la fouille vers le sud avec les caves médiévales au premier plan
Crédits Auteur(s) : Pironnet, Cyrille. Crédits : Pironnet, Cyrille (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. n°3 : Vue du fossé médiéval avec bâtiment semi-encavé installé dans son comblement
Crédits Auteur(s) : Pironnet, Cyrille. Crédits : Pironnet, Cyrille (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7270/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. n°4 : Salle chauffée du palais épiscopal
Crédits Auteur(s) : Pironnet, Cyrille. Crédits : Pironnet, Cyrille (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7270/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Cyrille Pironnet, « Limoges – Musée municipal de l’Évêché (phase 2) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7270

Haut de page

Responsable d'opération

Cyrille Pironnet

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals