Navigation – Plan du site
2007

La Chapelle-aux-Saints – Bouffia Bonneval

Responsable(s) des opérations : Cédric Beauval
Notice rédigée par : Cédric Beauval

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2770

Date de l'opération : 2007 (FP)
Inventeur(s) : Beauval Cédric (AUT)

1L’évaluation archéologique menée depuis 1999 par l’équipe dirigée par Thierry Bismuth (SRA Limousin, 1999-2004) puis par Cédric Beauval (Archéosphère, 2007) a permis de découvrir ou redécouvrir plusieurs gisements archéologiques devant la falaise dans laquelle s’ouvre la bouffia Bonneval, petite grotte devenue célèbre quand les abbés Bouyssonie y ont exhumé, le 3 août 1908, le squelette presque complet d’un Homme de Néandertal.

2Cinq campagnes de fouilles ont revélé que toutes les cavités s’ouvrant dans la falaise ont été occupées par les Hommes et les carnivores au Paléolithique moyen final, puis ont été occasionnellement visitées au Paléolithique supérieur et à l’Holocène. Des processus post-dépositionnels, notamment périglaciaires, ont affecté les ensembles archéologiques et ont souvent oblitéré l’archéostratigraphie. De fait, les vestiges accumulés par les Néandertaliens et les carnivores se retrouvent souvent mêlés dans les mêmes ensembles archéologiques après avoir subi la cryoturbation ou la solifluxion. Ces phénomènes sont manifestes dans la bouffia 102 et dans le secteur 131-133. D’autres petites cavités ont également été perturbées par la fréquentation du site par les animaux fouisseurs.

3Une cavité, la bouffia 118, est en grande partie épargnée par ces agents déstructurants. Les processus périglaciaires semblent limités et l’impact des carnivores est marginal. Cette zone couvre une vingtaine de mètres-carrés entre les travées 112 et 120 de notre carroyage. Ici, la falaise présente un renfoncement. La morphologie générale de la paroi rocheuse, ainsi que la présence de quelques blocs calcaires à la surface du talus, nous suggère qu’il s’agit d’une cavité démantelée. Un carré, L118, a été sondé sur environ 0,70 m de profondeur. Il livre une stratigraphie dans laquelle nous dissocions aisément la couche humique, couche H, du remplissage sédimentaire sous-jacent. Au sein de ce dernier, les variations dans la texture et la couleur du sédiment nous ont incité à distinguer plusieurs faciès sédimentaires. L’étude des vestiges osseux nous a permis de regrouper certains faciès et de discriminer deux ensembles archéologiques. Nous avons au final distingué trois unités dans le remplissage : la couche H en surface, la couche brune en-dessous, puis la couche marneuse au fond du sondage. Les deux premières couches sont largement dominées par les Bovinés ; dans la dernière le Renne est majoritaire. Le Renne paraît avoir été rapporté dans son intégralité sur le site alors que seules les parties charnues des Bovinés ont été sélectionnées. L’étude cémentochronologique préliminaire nous indique que la chasse aux Bovinés a été pratiquée en début et milieu de bonne saison, nous ne pouvons cependant pas écarter l’hypothèse d’une occupation permanente puisque l’effectif analysé est faible. L’étude de l’industrie lithique permet également de distinguer plusieurs unités archéostratigraphiques. La partie profonde du remplissage se caractérise par un débitage discoïde prédominant alors que la partie supérieure présente un taux plus important d’éclats de façonnage. Par ailleurs, le matériel récolté en surface en 1999 présentait des caractères le rapprochant du Moustérien de type Quina. Enfin, quelques rares éléments attribuables au Paléolithique supérieur ont également été observés dans la couche superficielle H.

4Cette cavité présente de fortes similitudes avec la bouffia Bonneval : spectre faunique, prédominance de l’accumulation anthropique, faible impact des carnivores, attribution chronologique. Ces premières analyses sur le matériel de la bouffia 118 nous apportent également des éléments qui nous poussent à remettre en question la stratigraphie de la bouffia Bonneval. En effet, dans cette dernière, l’hétérogénéité des états de conservation des os de Renne et de Bovinés nous suggère que ces os ont été soumis à des processus taphonomiques différents et qu’ils ont peut-être été recueillis dans deux niveaux archéologiques distincts. Le corpus archéologique issu de la bouffia 118 reste encore insuffisant et ne nous permet pas d’affirmer l’existence de niveaux multiples dans la bouffia Bonneval, mais cette hypothèse peut désormais être avancée et pourra être testée.

5Par ailleurs, ces opérations à La Chapelle-aux-Saints ont permis d’établir un bilan sur les données des fouilles anciennes. Les « débris animaux », et les restes humains de la première sépulture néandertalienne découverte, ont été intégralement revus dans une perspective taphonomique. Cette analyse a été motivée par un doute quant à la réalité de la fosse décrite par les abbés dans le substrat de la bouffia Bonneval – les multiples coupes réalisées dans le talus et dans les cavités nous ayant montré que les processus périglaciaires pouvaient engendrer des formes semblables –. Nous avons donc étudié les états des surfaces corticales et les traces sur les restes du squelette et les os d’animaux. La comparaison ne laisse aucun doute quant à l’existence de conditions de fossilisation extrêmement différentes entre l’Homme et les autres restes. Si les restes d’animaux présentent les stigmates d’une altération météoritique, les os humains ont bénéficié d’un enfouissement rapide les ayant préservé du charognage des carnivores mais aussi des intempéries. Si les limites de la fosse nous paraissent aujourd’hui encore douteuses, le fait que ce Néandertalien ait été inhumé nous semble très probable.

6BEAUVAL Cédric

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Cédric Beauval, « La Chapelle-aux-Saints – Bouffia Bonneval », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7294

Haut de page

Responsable d'opération

Cédric Beauval

AUT

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals