Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201727 – EureGaillon – Les Jardins Hauts

2017
27 – Eure

Gaillon – Les Jardins Hauts

Fouille programmée (2017)
Responsable d’opération : Dominique Pitte

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

172816

Chronologie :

époque contemporaine

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1Le 16 juin 1808, un décret impérial instaure la création d’une maison centrale de détention pour les départements de la Seine-Inférieure, de l’Eure, du Calvados, de l’Orne et de l’Eure-et-Loir. Le choix se porte sur le château de Gaillon, dont l’État fait l’acquisition en 1812. L’ancienne résidence des archevêques de Rouen, devenue bien national à la Révolution, est passée entre les mains de divers propriétaires qui ont commencé à la dépecer. Les travaux d’aménagement débutent rapidement et la prison reçoit ses premiers détenus en 1816 : elle accueille des hommes, des femmes et des enfants.

2En 1845, on décide de regrouper les mineurs dans un grand bâtiment constituant l’élément central du quartier industriel que l’on édifie à l’emplacement des Jardins Hauts de l’ancien château. Les pavillons, galeries, fontaines qui ornaient l’espace au xvie s. ont depuis longtemps disparu : ils sont désormais remplacés par des dortoirs et des ateliers complétés par un vaste bâtiment consacré au charronnage. Le travail en atelier des mineurs ne donne pas les résultats éducatifs escomptés : dès 1850, on songe au niveau national à privilégier la création de colonies agricoles. En 1864, les jeunes détenus quittent Gaillon pour intégrer le site des Douaires, distant de quelques kilomètres de la maison centrale.

3Au milieu des années 1860, les bâtiments du quartier industriel sont vides. On envisage d’y installer une annexe pour condamnés aliénés et épileptiques. Les travaux d’adaptation débutent en 1869, mais sont ralentis par la guerre. Ce nouveau quartier de la maison centrale de Gaillon est inauguré le 17 mai 1876 : il s’agit d’une première en France. Dans le grand bâtiment du quartier industriel réaménagé, voisinent ateliers et dortoirs, auxquels s’ajoutent au nord un petit ensemble de cellules. Des soins sont également prodigués aux détenus : on édifie à cet effet un « bâtiment des bains et d’hydrothérapie », véritable innovation pour l’époque, en contexte carcéral.

4La maison centrale de Gaillon ferme en 1901. Le quartier des aliénés perdure jusqu’au transfert, en 1906, de ses derniers occupants à l’asile départemental de Navarre à Évreux. Les locaux ne restent pas vides longtemps : ils accueillent, à partir de 1908, de jeunes détenus réfractaires qui ne peuvent être maintenus dans les colonies agricoles et que l’on rassemble dans une colonie correctionnelle. Parmi les modifications apportées aux installations, on note la création d’un vaste quartier cellulaire ; le bâtiment d’hydrothérapie est transformé en douches.

5Le château (qui a accueilli entre-temps une caserne) et ses dépendances sont vendus à des particuliers en 1925. Dans les Jardins Hauts, on tente, à force de démolitions, de gommer le passé récent du site.

6Les installations carcérales des Jardins Hauts du château de Gaillon font l’objet depuis 2016 d’une opération tri-annuelle combinant recherches en archives et fouilles archéologiques. La première année a surtout été consacrée à établir un inventaire et un repérage des traces et vestiges de cette époque, encore perceptibles sur le site. L’année 2017 a vu la fouille de l’emplacement du bâtiment d’hydrothérapie. Isolée et située approximativement au centre de la cour d’entrée, la construction faisait face à l’édifice principal du quartier des aliénés auquel elle était reliée par une galerie. Ses soubassements ont été entièrement dégagés et ont permis de retrouver sa distribution intérieure : des salles de bains et d’hydrothérapie sont desservies par un couloir central ; un déshabilloir, un vestiaire et une lingerie auxquels s’ajoute, au sud, le local refermant la chaudière et les réservoirs d’eau, occupent la partie orientale de la construction. L’édifice a été construit avec beaucoup de soins, en briques et moellons. La fouille a révélé un réseau d’évacuation des eaux usées complexe, raccordé à celui des eaux pluviales. En l’absence de niveaux de sols conservés, la transformation en douches au début du xxe s. n’est perceptible qu’au travers de modifications apportées à ce réseau.

7Au nord du site, un nettoyage des structures et sols affleurants a permis de retrouver la trace de la salle d’autopsie qui occupait l’extrémité septentrionale du bâtiment principal du quartier des aliénés ; l’espace fut transformé en morgue à l’usage de la colonie correctionnelle. Ce secteur du site, où émergent les traces entremêlées des différentes occupations, fera l’objet d’une attention particulière en 2018.

Fig. 1 – Le « bâtiment des bains et d’hydrothérapie » du quartier d’aliénés de la maison centrale de Gaillon

Fig. 1 – Le « bâtiment des bains et d’hydrothérapie » du quartier d’aliénés de la maison centrale de Gaillon

Cliché : D. Pitte.

Fig. 2 – Au premier plan, délimitée par deux couloirs de circulation, la salle d’autopsie du quartier d’aliénés, transformée en morgue au début du xxe s.

Fig. 2 – Au premier plan, délimitée par deux couloirs de circulation, la salle d’autopsie du quartier d’aliénés, transformée en morgue au début du xxe s.

Cliché : D. Pitte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le « bâtiment des bains et d’hydrothérapie » du quartier d’aliénés de la maison centrale de Gaillon
Crédits Cliché : D. Pitte.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/73193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Titre Fig. 2 – Au premier plan, délimitée par deux couloirs de circulation, la salle d’autopsie du quartier d’aliénés, transformée en morgue au début du xxe s.
Crédits Cliché : D. Pitte.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/73193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Pitte, « Gaillon – Les Jardins Hauts » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/73193

Haut de page

Auteur

Dominique Pitte

Ingénieur d’études honoraire

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Pitte

Ingénieur d’études honoraire

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search