Navigation – Plan du site
2007

RN174 – Section Porte Verte, RN13 ; Tronçon RD8, Porte Verte

Responsable(s) des opérations : David Flotté
Notice rédigée par : David Flotté

Texte intégral

Date de l'opération : 2007 (EX)
Inventeur(s) : Flotté David (INRAP)

1Le diagnostic archéologique s’est déroulé sur la deuxième tranche de travaux de construction par la Direction régionale des routes de la route de transit visant à relier Saint-Lô et Carentan en doublement de l’actuelle RN 174. Cette opération qui concerne le tronçon sud de cet aménagement, fait suite aux travaux de diagnostic entrepris en 2005 sur le tronçon central (Flotté, 2005). Il ne restera plus pour parachever le projet qu’à mener les explorations archéologiques sur le tronçon nord qui relie Saint-Jean-de-Daye à la RN 13, à travers le marais de Carentan. Le projet couvre une superficie de 410 592 m2 pour une longueur axiale de 3,5 km environ. Les territoires des communes de Saint-Fromond, Le Dézert et Cavigny sont concernés par ce projet. Au sud, l’emprise des travaux bute sur la RN 174 au lieu-dit Porte Verte. L’extrémité nord de l’emprise se situe sur la RD 8 au lieu-dit Les Coneries, non loin de L’Arbre Sec.

2Nous avons isolé quatre points de découvertes sur l’ensemble des 3,5 km du tracé :

3D’un point de vue quantitatif, l’opération s’est donc montrée fructueuse. D’un point de vue qualitatif, il y a aussi des raisons de satisfaction puisque le dernier site évoqué a permis de confirmer l’ancienneté d’un chemin de crête, repéré à vue par Ludovic Le Gaillard et menant à Saint-Lô, en remontant au moins au Haut-Empire, voire à l’époque protohistorique pour sa mise en place. Plus largement, c’est la question de la formation des réseaux viaires qui est abordée par ce tracé. De façon générale, nous avons remarqué l’existence de deux phases d’aménagement du paysage sur les sites rencontrés : la phase parcellaire actuelle dont la date de mise en place n’est pas connue est, suite à des remembrements successifs, le vestige d’un parcellaire à maille plus serrée. Un autre parcellaire, discordant par rapport au précédent et plus ancien, a été mis en évidence pour le site 1 (à La Tène moyenne ou finale), pour le site 4 (au plus tard au Haut-Empire et peut-être à La Tène), pour le site 2 (à une époque indéterminée). Il n’est que pour le site 3 où seule la phase récente a été rencontrée.

4Nous connaissons la difficulté de dater les réseaux viaires mais il nous semble que des hypothèses doivent être émises au regard des résultats du diagnostic. Nous avons déjà fait remarquer la concomitance de la présence d’une route ou d’un chemin actuel avec la présence de vestiges fossoyés de part et d’autre de celui-ci et sur des distances limitées à quelques dizaines de mètres.

5Dans trois cas sur quatre (sites 1, 2, 4) (RD 8, RD 545 et RD 546), les vestiges montrent une occupation en deux phases dont une phase ancienne située dans les derniers siècles avant notre ère (cela n’est qu’une hypothèse pour le site 2). Nous émettons donc l’hypothèse que les routes départementales (RD 8, RD 545 et RD 546) ont une origine ancienne qui pourrait remonter à la Protohistoire. Cette hypothèse est renforcée par le fait que les champs situés entre les sites n’ont livré aucun vestige immobilier ou presque : les sites rencontrés seraient des aménagements de bord de chemin ne se développant pas profondément latéralement.

6À l’inverse, nous tirons argument de l’absence de la phase parcellaire ancienne aux abords du chemin du Renard (site 3) pour émettre l’hypothèse que ce chemin est d’origine moins ancienne que les précédents et qu’il est associé chronologiquement à la phase parcellaire récente.

7Ces éléments de réflexion demandent à être validés par la conduite de sondages mécaniques dans la voirie actuelle, débordants de part et d’autre de celle-ci pour mettre en évidence d’éventuels états antérieurs des chemins ou des routes. Il est un moment des travaux où la chose est techniquement faisable : quand les travaux des ouvrages d’art ont commencé, quand les réseaux en accotement ont été déviés et que la circulation automobile se fait sur une route temporaire laissant un tronçon de l’ancienne route inusité.

8FLOTTÉ David

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

David Flotté, « RN174 – Section Porte Verte, RN13 ; Tronçon RD8, Porte Verte », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7375

Haut de page

Responsable d'opération

David Flotté

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals