Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201750 – MancheValognes – Prospection au géorada...

2017
50 – Manche

Valognes – Prospection au géoradar sur le site antique d’Alauna

Prospection thématique (2017)
Responsable d’opération : Laurence Jeanne
Notice rédigée avec Laurent Paez-Rezende, Caroline Duclos, Roger Sala, Helena Ortiz-Quintana et Pedro Rodríguez Simón

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

164009
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Craham/Université de Caen Normandie

Texte intégral

1Alors que 45 ha de l’agglomération antique d’Alauna ont été sondés depuis 2013, les recherches souffraient toujours d’un manque d’information concernant le quartier de l’ensemble monumental, mis partiellement en évidence en 2012, dans le cadre d’une prospection électrique (Géocarta).

2Pour y remédier, une investigation géoradar a été réalisée par SOT Archaeological Prospection, en décembre 2017, sur ces 4 ha emblématiques situés au cœur de l’agglomération.

Historiques des recherches sur l’ensemble monumental

3En 2012, la prospection électrique réalisée par Géocarta, au cœur du périmètre supposé de la ville, a révélé très partiellement l’organisation spatiale de la cité. Elle faisait apparaître une organisation géométrique relativement rigoureuse, dont l’armature est assurée par un réseau de rues orthogonales qui s’appuie sur deux artères principales et structurantes, un cardo maximus, qui dessert les thermes nord, et un decumanus maximus, qui s’oriente vers le théâtre.

4À la croisée du cardo et du decumanus maximus, deux îlots denses en vestiges révèlent un ensemble doté d’une série de cellules ouvertes sur le cardo (tabernae ?) et d’une grande place. Le plan architectural et l’emplacement de cet édifice au cœur de la ville, au croisement des deux artères principales, avaient autorisé à envisager la présence d’un forum. Toutefois, la restitution incomplète des indices obligeait à rester très prudent sur cette interprétation.

L’ensemble monumental scruté au radar

5Les résultats obtenus en 2017 permettent des avancées tout à fait significatives sur la connaissance de la cité gallo-romaine.

6L’ensemble A est manifestement un sanctuaire composé d’un temple principal, probablement à plan de type romain sur podium, et d’au moins deux petits édicules dans l’aera sacra entouré d’un péristyle (galerie) et doté de deux pavillons d’angle sur la façade orientale. L’ensemble H présente une succession de petits bâtiments, contigus et de morphologie régulière, qui bordent au moins les deux côtés d’un édifice monumental. L’interprétation de boutiques (tabernae) qui viennent délimiter une grande place publique est la plus plausible. La coexistence d’un ensemble cultuel complexe et d’une grande place publique entourée par des boutiques au carrefour névralgique de la ville, suggère la présence d’un forum dont la forme et le statut restent à déterminer. La prospection au radar a également mis en évidence l’existence de plusieurs quartiers liés à l’habitat. Ainsi, l’ensemble B, qui se situe juste à l’est du forum, est particulièrement étendu et dense en vestiges. Avec toutes les réserves qui s’imposent, le plan des maçonneries pourrait laisser envisager la présence d’une domus dont les pièces de vie pourraient être édifiées autour d’un patio. Enfin, un quartier, a priori moins dense mais relativement vaste, l’ensemble N, semble se développer sur les marges orientales du cœur de la ville.

Perspectives de recherches multiples

7Si le sanctuaire, la place et ses tabernae ont été reconnus, aucun édifice civique n’a encore été formellement identifié. Toutefois, de nombreux autres vestiges de constructions révélés par le radar restent à déterminer. Un important travail de comparaison bibliographique doit maintenant être engagé afin de nourrir la discussion autour du possible statut de chef-lieu de cité.

8Cette problématique renvoie à des recherches beaucoup plus larges menées actuellement sur le peuple des Unelles et qui spéculent sur l’existence de deux chefs-lieux : Cosedia/Constancia (Coutances) et Alauna (Alleaume/Valognes). Si la première est attestée au Bas-Empire, notamment par le biais de la Notitia, en tant que préfecture militaire et se voit figurer avec une vignette de chef-lieu sur la Table de Peutinger, la seconde est absente de la Notitia et représentée comme une simple agglomération sur ce même document. Cependant, les dernières recherches archéologiques sur Valognes démontrent que les 45 ha d’emprise d’Alauna correspondent à peu près à toutes les dimensions des chefs-lieux de cité antiques de la Basse-Normandie, qu’elle est dotée d’édifices publiques comparables (théâtre à arène, thermes, sanctuaires...), d’un schéma urbain aussi rigoureux que ceux d’Aregenua (Vieux), d’Augustodurum (Bayeux) ou d’Ingena/Legedia (Avranches), Ces éléments, enrichis par les données du radar, conduisent à soutenir l’hypothèse de statut de chef-lieu de civitas pour Alauna durant le Haut-Empire. Mais la coexistence de deux chefs-lieux pour un seul territoire, celui des Unelles attesté durant le Bas-Empire, est inconcevable. Il faut donc envisager que ce dernier soit en réalité le produit de la fusion de deux territoires distincts durant le Haut-Empire, administré par Constantia (Coutances) au sud et Alauna (Valognes) au nord.

9Sur ce faisceau d’indices, la fusion évoquée est une hypothèse sérieuse qui pourrait s’inscrire dans la vague des grandes réformes territoriales entreprises en 297 par Dioclétien et poursuivit par Constantin au début du ive s.

Fig. 1 – Extrait des relevés bruts réalisés au radar sur le secteur de l’ensemble monumental

Fig. 1 – Extrait des relevés bruts réalisés au radar sur le secteur de l’ensemble monumental

L’emprise du sanctuaire et la succession des cellules formant les boutiques sont assez explicites.

Cliché : SOT Archeological Prospection.

Fig. 2 – Interprétation des anomalies révélées par le radar sur le secteur de l’ensemble monumental

Fig. 2 – Interprétation des anomalies révélées par le radar sur le secteur de l’ensemble monumental

Cliché : SOT Archeological Prospection.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Extrait des relevés bruts réalisés au radar sur le secteur de l’ensemble monumental
Légende L’emprise du sanctuaire et la succession des cellules formant les boutiques sont assez explicites.
Crédits Cliché : SOT Archeological Prospection.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/73809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre Fig. 2 – Interprétation des anomalies révélées par le radar sur le secteur de l’ensemble monumental
Crédits Cliché : SOT Archeological Prospection.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/73809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Jeanne, Laurent Paez-Rezende, Caroline Duclos, Roger Sala, Helena Ortiz-Quintana et Pedro Rodríguez Simón, « Valognes – Prospection au géoradar sur le site antique d’Alauna » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/73809

Haut de page

Auteurs

Laurence Jeanne

Craham/Université de Caen Normandie

Articles du même auteur

Laurent Paez-Rezende

Inrap

Articles du même auteur

Caroline Duclos

Groupe de recherches archéologiques du Cotentin

Articles du même auteur

Roger Sala

SOT - Prospecció Arqueològica

Articles du même auteur

Helena Ortiz-Quintana

SOT - Prospecció Arqueològica

Articles du même auteur

Pedro Rodríguez Simón

SOT - Prospecció Arqueològica

Haut de page

Responsable d’opération

Laurence Jeanne

Craham/Université de Caen Normandie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search