Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201814 – CalvadosMerville-Franceville-Plage – Les ...

2018
14 – Calvados

Merville-Franceville-Plage – Les Hauts du Colombier

Fouille préventive (2018)
Responsable d’opération : Ivan Jahier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Grâce à deux fenêtres de décapage de 2 000 et 20 000 m2, la fouille préventive menée sur le projet de lotissement des « Hauts du Colombier » à Merville-Franceville-Plage prévoyait l’étude d’un monument fossoyé de l’âge du Bronze et d’un habitat enclos du second âge du Fer. Le lieu de l’intervention, situé au bord du marais littoral (entre 4 et 9 m NGF), à 1 km en retrait du trait de côte de la Manche et dans un milieu aujourd’hui gorgé d’eau, était l’occasion d’observer ? pour ces deux périodes ? des moyens de subsistance et de gestion des ressources peut-être différents de ceux mieux connus dans l’intérieur des terres, ainsi qu’une autre organisation possible des lieux funéraires et domestiques.

2La fouille a permis l’identification d’une occupation intermittente de cette partie du rebord du marais de la préhistoire à nos jours, scandée de six grandes phases d’aménagement ? s’échelonnant du Néolithique moyen II au milieu du Haut-Empire. En vertu du milieu et de la chronologique réelle du gisement, beaucoup plus longue et dense qu’attendue, la fouille s’est aussi intéressée, avec l’attache d’un géomorphologue de terrain (C. Germain-Vallée, Service archéologie du Département du Calvados), à l’évolution du milieu au fil du temps et à celle de l’organisation de l’espace depuis le Néolithique.

3Fossilisés après une phase d’ablation sous un peu moins d’un mètre de colluvions historiques, les vestiges néolithiques s’illustrent, vers le centre de l’emprise, par une petite aire d’habitat d’environ 500 m2, établie en aire ouverte. Si, manifestement, le ramassage de coquillages et la pêche (étude C. Wardius, Le Mans) entraient pour une part importante dans ses modes de subsistance, la nature des structures mises au jour (grandes fosses de stockage et four profondément excavé dans la paroi de l’une d’elles) décrit pour cette époque un milieu sec ou une occupation saisonnière. Il est vrai que les seuls édifices éventuellement associés à cette occupation correspondent à deux plans de greniers sur quatre poteaux porteurs. L’industrie lithique (étude E. Ghesquière, Inrap) est pour sa majeure partie issue d’un approvisionnement certainement opportuniste, depuis des galets fluviatiles ou littoraux ramassés sur les grèves, tandis que la céramique (étude L. Manceau, Inrap), qui s’illustre comme en Bretagne par des formes globulaires peu ornées (décor de chevrons par lustrage ?), des récipients plus ovoïdes en forme d’outre ou de poche ouverte et des bouteilles, est très largement façonnée (comme pour les périodes suivantes sur le site) dans les marnes à bioclastes du plateau. En l’état, le plan du site, notamment privé de fondation de maison, diffère de celui des habitats contemporains de Cairon, Saint-André-sur-Orne ou Bellengreville, parmi ceux les mieux définis du Néolithique moyen II de la région.

4L’occupation de l’âge du Bronze, qui se manifeste après un hiatus d’environ deux millénaires, apparaît d’un genre très différent puisqu’elle concerne l’érection de deux monuments funéraires. Ils sont établis dans la pente, à une centaine de mètres l’un de l’autre, l’un à 8 m NGF, l’autre en contrebas à 5 m NGF. Ils s’inscrivent dans la mouvance des monuments agrégés de l’âge du Bronze moyen (Mondeville « Le Mir », Démouville « Le Clos Neuf », Sannerville, rue de Lirose), et donc polymorphes dans la durée. Ils se sont développés à partir d’un enclos fondateur de base elliptique et circulaire, et sont respectivement ouverts à l’est et au sud-est. L’unique mode funéraire reconnu est l’inhumation. Une quinzaine d’individus sont répartis en trois groupes autour du plus grand des deux monuments, dans les fossés des cellules coalescentes, et dans une cellule plus excentrée et petite. L’étude funéraire et anthropologique (D. Baracco, Inrap) conclut, à partir de restes souvent trop mal conservés pour effectuer une diagnose sexuelle, à des âges au décès en majorité compris entre 30 et 50 ans et, pour les deux sépultures du monument 2 au nord, à des âges au décès de 20 à 30 ans, et parmi lesquelles se trouve une femme. Sans trace de pathologie chronique particulière ni carences, les défunts ont été inhumés dans un contenant périssable tantôt rigide, tantôt semi-rigide. À défaut de mobilier, six mesures radiocarbone en cours (Laval, Québec) devraient permettre de proposer une datation plus précise pour les deux ensembles funéraires et, peut-être, de vérifier la chronologie relative des trois principales unités sépulcrales du monument 1.

5La mise en place d’un parcellaire loti orthogonal, contournant notamment le monument sud de l’âge du Bronze moyen, semble pouvoir être attribuée à l’âge du Bronze final. Les deux principales orientations de cette trame, épousant schématiquement la pente du plateau et sa perpendiculaire, seront maintenues dans leurs grandes lignes jusqu’à nos jours. L’industrie lithique éparse conservée dans le comblement de ses fossés provient a priori des niveaux néolithiques non encore totalement démantelés à cette époque.

6Pour l’heure, trois à quatre édifices (greniers à quatre poteaux porteurs, bâtiments à absides de 15 m2) positionnés dans le quart oriental de la fenêtre de fouille, et pour partie rognés par les aménagements postérieurs, sont identifiés pour cette phase. À cette dernière se rattache également tout à fait en limite d’emprise à l’opposé à l’ouest, un silo piriforme probable, encaissé de plus d’un mètre dans l’argile et apportant le témoignage d’un milieu encore très certainement sec et bien drainé. Une épingle en bronze dite « à tête faiblement évasée », attribuable au Bronze final II ou III (xiie-ixe s. av. J.‑C.), provient de son remplissage.

7La fin de cette étape est marquée, à quelques dizaines de mètres du silo, par le creusement de deux ou trois puits de filtrage pénétrant la couverture superficielle de limons et d’argile sur 3 m de profondeur, jusqu’au socle calcaire. Chacun d’entre eux était équipé d’un filtre à sable, à base de sable de mer, maintenu entre les parois de la cavité et l’intérieur du puits par un chemisage de plan carré fait de planches calées par tenons et demies mortaises. Dans l’attente de celles de certains bois gorgés d’eau (étude V. Guitton, Inrap), une première datation radiocarbone sur un caramel de cuisson d’une céramique abandonnée dans le comblement de l’un des puits les situent au viiie s. av. J.‑C. L’apparition de ces structures hydriques sur le site, que l’on peut mettre en regard de la raréfaction (disparition ?) par la suite des structures de stockage enterrées, semble également pouvoir être mise en perspective avec la thèse d’une péjoration climatique au début premier âge du Fer, s’accompagnant d’un envasement probable des marais et, mécaniquement, d’une remontée du niveau des nappes phréatiques. En hiver, de nos jours, celle-ci sourd du versant à partir d’environ 8 m NGF.

8En dépit d’un hiatus dans la documentation des mobiliers, l’occupation suivante prolonge, durant les vie-ve s. av. J.‑C., l’image d’un parcellaire loti. Celui-ci, dont la partie la plus aménagée reste centrée dans le quart nord-est de la fenêtre de fouille, semble également se développer entre deux zones de plus forte densité domestique (habitat enclos ?) établies, à 200 m de distance l’une de l’autre, dans les angles nord-ouest et sud-est de la fenêtre de fouille et principalement au-dehors. Les sections de fossés plus profonds (profil trapézoïdal de 2 m de profondeur) reconnues à ces deux emplacements (un angle au nord-ouest, une terminaison rectiligne au sud-est), comme les fosses associées et les rejets domestiques relativement fournis (ou les ressources littorales semblent très secondaires), donne à imaginer le développement possible d’un enclos au sud-est et au nord-ouest du décapage.

9Les fossés parcellaires de cette phase, qui épousent les grandes directions de la trame antérieure mais selon un rythme différent, en restaurent malgré tout quelques sections.

10L’organisation d’ensemble rappelle, dans son principe, celle des premiers enclos d’habitat d’Ifs « Objectif Sud », établis au début du ve ou à la fin du vie s. av. J.‑C. à quelques centaines de mètres les uns des autres dans un parcellaire orthogonal rythmé par des fossés et des chemins.

11Pour l’heure quatre à six plans de bâtiments sur poteaux porteurs, dont deux plus vastes (5 x 10 m) que ceux de la phase précédente, ou un très long (5 x 23 m), implantés en enfilade dans le même secteur, sont attribués à cette occupation, ainsi que deux à quatre nouveaux puits. Hormis les enclos possibles, la principale nouveauté attachée à cette phase réside dans la conception d’un long fossé compartimenté établi de biais dans la pente depuis un fossé parcellaire faisant apparemment office d’adduction. Chaque caisson parallélépipédique de cette structure reconnue sur 160 m de long dans l’emprise, de l’ordre de 3 m de long pour 1,50 m de large et de profondeur chacun, se déversait par un trop-plein dans celui établi à une cinquantaine de centimètres en aval. Pour l’heure, la fonction de cette longue structure n’est pas établie. Son organisation peut rappeler le principe d’un vivier ou celui d’une structure de décantage ou de rinçage, voire de rouissage. Le test palynologique (S. Barbier-Pain, Inrap) mené sur le comblement de cette structure a malheureusement révélé (comme pour tous les autres horizons chronologiques du gisement) que les battements de nappe avaient finalement eu raison de la conservation des taxons.

12S’appuyant sur la trame du parcellaire antérieur qu’elle restaure de place en place, l’occupation des iiie-ier s. av. J.‑C. se caractérise surtout, dans l’angle nord-est de la fenêtre de fouille, par la création d’un enclos d’habitat se développant vers le marais et principalement à l’extérieur de la fenêtre de fouille. La partie accessible à l’étude, qui dévoile son angle sud-ouest, révèle un enclos quadrangulaire d’assez grandes dimensions clôturant, en deux temps, une aire supérieure à 100 m de long par plus de 20 m de large. L’étude du fossé – un ouvrage trapézoïdal de 2 m de profondeur – permet de reconnaître quatre étapes de restauration successives. La progression graduelle des trois premières vers le nord permet de conclure à un positionnement du talus principal au sud, en rive externe et vers l’amont. Dans un milieu alors certainement proche de l’actuel, cette architecture particulière de la clôture pouvait ambitionner d’en combattre l’état pré-marécageux en tentant, par une fonction drainante du fossé, d’assécher la plate-forme interne de l’enclos en abaissant le niveau de sa nappe phréatique et, par son talus externe, de détourner les eaux de ruissellement dans la pente.

13Parmi ses structures internes accessibles sont reconnues deux principales unités d’habitation, constituées chacune d’un édifice (quadrangulaire ?) sur poteaux porteurs (≥ 80 m2) et de quelques fosses relativement profondes (1,50 à 2 m) s’apparentant à des structures de stockage parallélépipédiques et piriformes. Pour cette phase toujours, sont identifiés également un à deux puits de filtrage s’enfonçant sous le niveau inférieur du fossé de ceinture, à 3 m de profondeur sous la surface. Outre un approvisionnement depuis le littoral, que trahissent principalement d’épais rejets de coquilles de moules, les modes de subsistance esquissés pour cette phase semblent au premier abord assez semblables à ce qu’ils sont plus à l’intérieur des terres à cette époque. Ils intègrent là aussi une assez large part carnée. À l’issue d’un premier examen des mobiliers céramiques, l’occupation, en accord avec les principales tendances reconnues dans la région pour la plupart des enclos d’habitat fondés dans le courant des ive et iiie s. av. J.‑C., semble s’interrompre autour de la Conquête.

14Ce n’est effectivement que vers le milieu du ier s. apr. J.‑C. que l’occupation des lieux parait reprendre. Elle connaît l’émergence d’un nouvel habitat, aux allures modestes, dans un premier temps calé, en dépit du hiatus indiqué par les mobiliers, dans les limites de l’enclos laténien. Le fossé de ceinture est définitivement remblayé à cette occasion. Un nouveau fossé, plus frêle mais bornant un espace comparable, est creusé sur sa rive externe. Au rythme d’au moins trois étapes se développe à sa suite, à l’extérieur de l’enclos et vers l’ouest, une extension cloisonnée, dont à peu près 2 000 m2 (65 x ≥ 30 m) sont intégrés dans l’aire de fouille. Cette extension se compose dans cet espace de cinq lopins quadrangulaires et contigus, de l’ordre de 600 m2 chacun, superposés les uns aux autres ou cloisonnés dans la durée.

15Les installations associées à ce nouvel ensemble, qui consistent en quelques fosses, trous de poteau épars, un long four excavé rectangulaire et quatre nouveaux puits de filtrage, se singularisent surtout, sur deux des petites parcelles de l’extension, par les fondations de deux robustes constructions chacune assise sur une plate-forme ou un plancher de 25 m2 soutenu au-dessus du sol (ou d’un éventuel niveau d’inondation ?) par quatre rangées de trois gros poteaux porteurs. Les rejets domestiques relativement abondants effectués dans l’un des fossés périphériques plaident en faveur d’une fonction résidentielle.

16Pour cette phase, datée du milieu du iie s. après J.‑C., les témoignages d’un approvisionnement vivrier depuis la mer sont omniprésents dans les rejets mais concernent alors principalement la coque.

17La gestion des espaces environnants n’est pas délaissée. Vers l’ouest et le sud, le terrassement de nouveaux fossés parcellaires, entre lesquels s’égrènent des installations clairsemées (deux autres plateformes à neuf poteaux, un grenier sur quatre poteaux et au moins trois puits), reconduit à nouveau pour cette phase l’image d’un parcellaire aménagé, peut-être loti, calé sur les directions établies à l’âge du Bronze. Un chemin perpendiculaire à la pente est également créé au cours de cette occupation en limite d’emprise au sud. Avant son prolongement vers l’ouest dans le courant de la période médiévale, selon une déviation d’une dizaine de degrés vers l’amont, celui-ci s’interrompait sur un dispositif de fermeture à deux panneaux de bois latéraux et poteau central (portail ?) dressé au droit de l’un des fossés parcellaires nord sud les plus marqués. La forme de cet habitat atypique, qui s’explique peut-être par sa position littorale, illustre encore l’assez grande variété de formes et de situations que pouvait finalement recouvrir l’habitat rural en Normandie aux époques flavienne et antonine (cf. bilan Antiquité : Le Gaillard  et al. 2011).

18La vue d’ensemble du gisement, même fortement tronquée par la géométrie de la fenêtre d’étude, reste marquée par la pérennité de direction de ses éléments structurants : ses fossés. En l’état, celle-ci semble devoir rejoindre la thèse d’une appropriation du sol et d’une mise en place des limites agraires, peut-être foncières, de la frange littorale durant les étapes moyenne et finale de l’âge du Bronze (cf. Marcigny 2016, thèse de doctorat), voire ici au tournant de l’étape initiale du premier âge du Fer ; peut-être un peu plus précocement donc que sur l’intérieur de la plaine. De cet autre côté du couloir de la Manche, avec les réseaux anciennement mis en évidence de Bernières-sur-Mer et de Cairon, plus récemment de Langrune-sur-Mer, le reflet incertain des parcellaires fossiles de l’âge du Bronze jalonnant le sud des îles britanniques tendrait à se préciser avec de plus en plus de netteté.

Fig. 1 – Localisation du site, ici la plus grande des deux fenêtres de fouille, en bordure de l’ancien marais littoral

Fig. 1 – Localisation du site, ici la plus grande des deux fenêtres de fouille, en bordure de l’ancien marais littoral

Cliché : O. Morin (Hague-Drone).

Fig. 2 – Sépultures à inhumation installées dans les fossés des enclos coalescents réalisant l’extension sud du plus grand des deux monuments de l’âge du Bronze

Fig. 2 – Sépultures à inhumation installées dans les fossés des enclos coalescents réalisant l’extension sud du plus grand des deux monuments de l’âge du Bronze

Cliché : O. Morin (Hague-Drone).

Fig. 3 – Fosse de puisage antique

Fig. 3 – Fosse de puisage antique

Cliché : Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du site, ici la plus grande des deux fenêtres de fouille, en bordure de l’ancien marais littoral
Crédits Cliché : O. Morin (Hague-Drone).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/74888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 2 – Sépultures à inhumation installées dans les fossés des enclos coalescents réalisant l’extension sud du plus grand des deux monuments de l’âge du Bronze
Crédits Cliché : O. Morin (Hague-Drone).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/74888/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 3 – Fosse de puisage antique
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/74888/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Jahier, « Merville-Franceville-Plage – Les Hauts du Colombier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/74888

Haut de page

Auteur

Ivan Jahier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ivan Jahier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search