Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201814 – CalvadosSaline – Sannerville, rue de Lirose

2018
14 – Calvados

Saline – Sannerville, rue de Lirose

Fouille préventive (2018)
Responsable d’opération : Corinne Thévenet
Notice rédigée avec Corinne Thevenet

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

164072

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Un projet de viabilisation de terrains communaux à Sannerville, en vue de l’extension d’une zone pavillonnaire par la société Francelot, a motivé une fouille préventive menée de février à mars 2018. Elle a porté sur une surface de 10 630 m2 et témoigne principalement d’une occupation funéraire datée de la deuxième moitié du Bronze ancien. Elle a également permis la mise au jour d’une unité d’habitation du Néolithique ancien Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain (BVSG), ainsi qu’une voie antique.

2Sannerville se situe à environ 15 km du littoral de la Manche et à moins de 10 km à l’est de Caen. La commune se trouve à la limite orientale de la Plaine de Caen, en bordure du bas plateau et domine donc légèrement les marais de Saint-Pair et de Vimont, distants d’à peine 2 km au sud-est, et les marais de la Dives, à moins de 5 km à l’est. Immédiatement à l’est, se développe la zone alluviale de la vallée de la Dives et de ses affluents et débute le Pays d’Auge.

3Les vestiges les plus anciens relèvent du Néolithique ancien et se situent dans l’angle nord-est de la parcelle. Ils ne comprennent que des fosses formant deux alignements parallèles, orientés nord-est – sud-ouest et distants d’environ 10 m, figurant une probable unité d’habitation danubienne. Le mobilier, essentiellement lithique et céramique mais comptant également quelques fragments de bracelets en schiste et macro-outils, s’accorde pour orienter l’attribution à une étape ancienne ou moyenne du BVSG. Si l’occupation néolithique se limite à une seule maison, à l’instar de plusieurs sites régionaux (Fontenay-le-Marmion « Le Grand Champ » ou Mondeville par exemple), sa localisation en limite nord de l’emprise laisse une incertitude sur son développement exact.

4La principale occupation de Sannerville se rapporte quant à elle à l’âge du Bronze ancien. Elle comprend quatre enclos circulaires de dimensions variables, associant chacun une sépulture en leur centre, ainsi que neuf sépultures supplémentaires, satellites ou plus rarement adventices. L’ensemble s’organise autour d’un vaste enclos « en agrafe » de 24 m de diamètre extérieur, qui accueille en son centre une grande sépulture architecturée (caveau et aménagement lithique). La nécropole se développe d’abord au sud de ce monument par l’installation de sépultures satellites, puis s’étend vers le nord et le nord-est par l’érection de trois autres enclos circulaires et cinq sépultures. Enfin, une structure annulaire constituée de deux tronçons de fossé semble clore l’extension de la nécropole à l’est. Les sépultures, au centre ou à l’extérieur des enclos, sont toutes orientées est-ouest, les défunts sont inhumés majoritairement la tête à l’est. Ils peuvent être allongés (sur le dos ou sur le ventre) ou fléchis sur le côté (gauche ou droit). Deux des tombes se distinguent par leurs dimensions et leur architecture, associant pierres calcaires et contenant en matériaux périssables, ainsi que par le dépôt d’un poignard en cuivre de type armoricain (poignards courts à 6 rivets) : la sépulture centrale du grand enclos circulaire et une sépulture située immédiatement au sud de celui-ci. Elles ont fait l’objet d’une datation radiocarbone les situant à la transition Bronze ancien I et II (ULA 7933 : 3660+/-20 BP, soit 2134-1957 avant notre ère et ULA 7932 : 3635+/-20 BP, soit 2119-1934 avant notre ère). L’ensemble funéraire perdurera ensuite jusqu’à la fin du Bronze ancien. Par ses datations et l’architecture de ses monuments et sépultures, la nécropole de Sannerville s’inscrit dans le phénomène des tumulus armoricains. Elle complète utilement les données déjà disponibles dans la Plaine de Caen, qui a livré essentiellement des sépultures isolées comme, par exemple, à Verson ou Fleury-sur-Orne « Les Hauts de l’Orne » et « Les Mézerettes ».

5Enfin, la dernière occupation reconnue est une portion de chemin vraisemblablement antique, dont le tracé légèrement sinueux et orienté nord-est – sud-ouest a été suivi sur un peu moins de 150 m de long. Seuls quelques tessons gallo-romains lui sont associés et ne traduisent a minima qu’un état de son fonctionnement. Cette structure participe probablement d’un ensemble de chemins fossiles appuyés en épis sur le chemin Saulnier, important axe de circulation orienté nord-sud dans la Plaine de Caen.

Fig. 1 – Plan phasé de la fouille

Fig. 1 – Plan phasé de la fouille

DAO : Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan phasé de la fouille
Crédits DAO : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/74973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Thévenet, Corinne Thevenet, « Saline – Sannerville, rue de Lirose » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/74973

Haut de page

Auteur

Corinne Thevenet

Inrap, UMR 8215-Trajectoires

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Corinne Thévenet

Inrap, UMR 8215-Trajectoires

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search