Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201827 – EureVal-de-Reuil – Le Suret

2018
27 – Eure

Val-de-Reuil – Le Suret

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Claire Beurion

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique a été réalisé en mars-avril 2018 afin d’explorer la première tranche d’aménagement d’une nouvelle Zac, dite de la Voie de l’Orée. Cette phase 1 du projet couvre une superficie de 20 ha et s’insère dans l’environnement de la haute terrasse alluviale de la vallée de l’Eure, densément occupée aux périodes gauloise et gallo-romaine. L’intervention archéologique s’est révélée particulièrement fructueuse.

2En continuité avec le schéma d’occupation de la Zac des Portes voisine, plusieurs phases d’implantation humaine s’échelonnent depuis le Néolithique jusqu’à la période gallo-romaine.

Le Néolithique ancien

3Une riche fosse dépotoir du Néolithique ancien témoigne d’une première installation rurale dès le début du développement de l’agriculture dans nos régions. Les vestiges mobiliers, caractéristiques de la culture de Villeneuve-Saint-Germain, sont révélateurs d’une occupation domestique : taille du silex, rejets foyers, activité de mouture, parure en schiste, vaisselle culinaire.

La Protohistoire ancienne

4Une série de fosses et de témoins mobiliers, dispersés de façon très lâche sur une grande partie de l’emprise, indiquent une présence régulière à différentes périodes de la Protohistoire ancienne (Campaniforme, Bronze ancien, Bronze final, premier âge du Fer, La Tène A). Un pôle d’habitat de la fin de l’âge du Bronze se détache avec l’association d’un bâtiment sur poteau et d’une fosse renfermant un objet remarquable, à savoir une faucille à douille de type britannique.

5La faucille, en alliage cuivreux, est complète si ce n’est une cassure au niveau de la pointe (L. : 134 mm, h. : 50 mm, poids : 104 g). Il s’agit d’un modèle à douille latérale, pourvue d’un anneau de suspension, de deux trous de goupille pour fixer le manche et décorée de deux bourrelets en relief (groupe I de Fox 1939). Une datation radiocarbone par accélérateur a été obtenue sur les restes de bois minéralisé retrouvés dans la douille : 2730 +/-30 BP (Lyon-16273), soit 930–812 cal BC (à 95,4 % de probabilité). Originaire des îles britanniques où il s’en trouve un grand nombre, ce type d’objet est particulièrement rare en France puisque seule une dizaine d’exemplaires est répertoriée aujourd’hui. La découverte de Val-de-Reuil constitue un nouveau témoin de la fréquentation des grands axes fluviaux et de la circulation du métal dans le grand domaine atlantique.

La Tène finale

6Une organisation extrêmement structurée se met en place sur une très grande échelle à partir de La Tène finale. L’agencement de ce terroir agricole a déjà été reconnu sur une trentaine d’hectares au sud et l’on voit maintenant que celui-ci se développe de la même manière au nord. L’établissement rural de La Comminière, partiellement fouillé en 2005, se révèle encore plus monumental qu’il était supposé puisque l’enceinte se compose, en définitive, de deux systèmes fossoyés imbriqués et atteint une superficie totale de 3,75 ha. Par son ampleur, il semble bien correspondre à un établissement aristocratique qui devait contrôler l’ensemble du territoire agricole.

7Dans sa périphérie, quatre autres fermes encloses sont disposées de façon très rapprochée. Trois d’entre elles semblent correspondre à des implantations agro-pastorales secondaires, de 3 400 à 4 800 m2, mais la quatrième est de plus grande envergure avec une surface minimale estimée à 10 000 m2. Tous ces habitats enclos respectent les mêmes orientations et s’inscrivent dans une organisation du sol très hiérarchisée.

8Les ensembles mobiliers recueillis dans les différents enclos sont peu étoffés et proviennent majoritairement des fossés d’enclos. L’enclos 3 a toutefois livré un lot céramique daté de La Tène C, ce qui pourrait en faire une installation plus précoce que les autres. À côté, l’enclos 4 ne peut être rattaché qu’à la Protohistoire au sens large à partir des témoins matériels à disposition. Les trois autres implantations s’inscrivent dans la fourchette chronologique de La Tène C2/D, l’enclos 1 de La Comminière et l’enclos 5 étant toujours fréquentés à La Tène D2/époque augustéenne.

L’Antiquité

9Tout un réseau parcellaire ordonne l’espace agraire, probablement en place dès l’époque gauloise mais qui fonctionne distinctement à la période antique. Un pôle d’occupation du Haut-Empire se fait jour à l’intérieur d’une parcelle trapézoïdale délimitée par de forts fossés. Il rappelle fortement les annexes d’exploitation isolées dans l’espace agraire qui ont été mises en évidence précédemment sur les sites de La Cerisaie et du Clos Saint-Cyr. Les témoins d’occupation consistent essentiellement en des niveaux détritiques renfermant des débris de matériaux (tuiles, blocs de silex et de calcaire), associés à des restes céramiques et de la quincaillerie en fer. Plusieurs espaces bâtis sont signalés par des concentrations de trous de poteau tandis que des rejets spécifiques attestent la présence d’activités de forge et de mouture.

L’époque contemporaine

10Le secteur apparaît ensuite vierge de toute trace d’installation et ce n’est qu’à l’époque moderne, voire contemporaine, que de nouvelles structures agraires marquent la naissance de grands vergers. Enfin, un événement de la Seconde Guerre mondiale est illustré par les restes d’un avion américain qui s’est abîmé ici.

11Notre connaissance du terroir protohistorique et antique implanté sur la haute terrasse s’étend progressivement et les données nouvellement acquises transforment déjà considérablement, sur certains aspects, l’image de son organisation et de son évolution. Les résultats de la fouille prévue en 2020 ainsi que l’exploration des futures tranches de la Zac sont, évidemment, fortement attendus.

Fig. 1 – Plan général des vestiges

Fig. 1 – Plan général des vestiges

Topographie : S. Calduch ; DAO : C. Beurion (Inrap).

Fig. 2 – Faucille à douille de type britannique datée de l’âge du Bronze final

Fig. 2 – Faucille à douille de type britannique datée de l’âge du Bronze final

Cliché : S. Le Maho (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des vestiges
Crédits Topographie : S. Calduch ; DAO : C. Beurion (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/75368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 2 – Faucille à douille de type britannique datée de l’âge du Bronze final
Crédits Cliché : S. Le Maho (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/75368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Beurion, « Val-de-Reuil – Le Suret » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/75368

Haut de page

Auteur

Claire Beurion

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claire Beurion

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search