Navigation – Plan du site
2008

Brouage – Maison Champlain

Responsable(s) des opérations : Alain Champagne
Notice rédigée par : Alain Champagne

Texte intégral

Date de l'opération : 2008 (SD)

1La campagne de 2008, organisée en septembre pour bénéficier du plus bas niveau d’eau possible dans les marais, avait pour objectif d’une part de fouiller les niveaux les plus anciens du site, effleurés en 2005, et d’autre part d’ouvrir la dernière zone encore intacte le long de la rue du Pousse-Ménil. Il convient de préciser que la rédaction de cette notice a été réalisée alors que le travail de post-fouille est à peine entamé.

2En dépit d’une météo capricieuse et avec l’aide de pompes, la fouille de 4 salles (2, 4, 5 et 11) a pu être achevée, fournissant des résultats au-delà de nos espérances. Nous avons atteint un niveau de sable, dont l’origine reste à déterminer mais qui semble accueillir les premiers niveaux d’occupation (1,80 à 2,10 NGF). Il n’a pas été possible de fouiller cette couche de sable, l’eau sapant tout sondage. Dans la salle 7, un niveau identique, mais un peu plus haut (2,15 à 2,50 NGF), a accueilli l’installation de diverses structures qui ont pu être fouillées. C’est le cas d’une canalisation en tuiles, des bois formant des parois retenant des terres de zones surélevés et « sèches » ?, en opposition aux secteurs creusés et humides. Toute une série de niveaux très organiques, comprenant de petits branchages, des végétaux divers, mais aussi des cuirs ont ainsi été fouillés. Très différent du mobilier des niveaux d’occupation jusqu’ici fouillés, le faciès céramique pourrait remonter au XVI es. (étude en cours). Plusieurs de ces niveaux ressemblaient à des poubelles comprenant des bois travaillés (planches, couvercle de tonneau, etc.) en vrac (Fig. n°1 : Niveau de remblai (US 3676), comprenant notamment différents bois (dont un couvercle de tonneau) et des fragments de ponne glaçurée, comblant un ancien drain constitué de tuiles romaines (US 3692) et bordé longues de pièces de bois assez dégradées). Des études xylologique et dendrochronologique sont en cours, les premières tendances montrent que les résineux dominent et que certains ne sont pas des espèces locales.

3Ces premiers niveaux accueillent aussi des constructions en matériaux légers sur sablière basse et solin de pierre qui suivent grossièrement l’organisation générale du bâti dans l’îlot, prouvant que le parcellaire connaît à Brouage une remarquable stabilité tout au long de son histoire.

4Dans ces mêmes secteurs, cinq structures cuvelées ont été repérées, mais seulement trois ont été fouillées et démontées dans des conditions parfois très difficiles. Ces structures se composent de deux tonneaux, de douelles de chênes, cerclées de demies branches, superposés. Proches des deux puits déjà fouillés en 2003 par Karine Robin, ils sont installés dans une fosse, reposant sur le bri. Celui de la salle 5 est probablement un puits mal monté, très rapidement abandonné et comblé de matériaux de destruction. Les quatre autres sont installées deux par deux dans une grande fosse. Cet assemblage deux par deux et le comblement n’incitent pas interpréter ces structures comme des puits ou des latrines, mais peut-être comme des structures à vocation artisanale. Des analyses parasitologiques en cours fourniront, nous l’espérons, des indications complémentaires. Le comblement d’une des deux structures cuvelées, juste dégagées mais non fouillées, a fourni un lot de plus de six cent rondelles d’un alliage cuivreux aggloméré à des éléments de fer. En attendant le résultat des radiographies, le début de l’expertise des rondelles indique qu’il s’agirait d’un ensemble de faux-monnayeur frappant des faux douzains de l’époque de Henri IV. La encore, le travail d’étude ne fait que commencer.

5Si la fouille des salles initiée en 2006 et 2007 est presque achevée, l’exploration des zones d’habitation le long de la rue du Pousse-Ménil n’a pour ainsi dire pas progressé. L’opportunité d’explorer les niveaux anciens, jusqu’alors inaccessibles, à été privilégié afin de libérer le fond de la parcelle et de faciliter la gestion des déblais. La gestion des données de cette année ainsi que le traitement de celles accumulées depuis 2006 (études de la malacofaune et de la faune) nous incite a effectuer une pause en 2009.

6CHAMPAGNE Alain 

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Niveau de remblai (US 3676), comprenant notamment différents bois (dont un couvercle de tonneau) et des fragments de ponne glaçurée, comblant un ancien drain constitué de tuiles romaines (US 3692) et bordé longues de pièces de bois assez dégradées

Fig. n°1 : Niveau de remblai (US 3676), comprenant notamment différents bois (dont un couvercle de tonneau) et des fragments de ponne glaçurée, comblant un ancien drain constitué de tuiles romaines (US 3692) et bordé longues de pièces de bois assez dégradées

Auteur(s) : Champagne, Alain (SUP). Crédits : Champagne, Alain (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Niveau de remblai (US 3676), comprenant notamment différents bois (dont un couvercle de tonneau) et des fragments de ponne glaçurée, comblant un ancien drain constitué de tuiles romaines (US 3692) et bordé longues de pièces de bois assez dégradées
Crédits Auteur(s) : Champagne, Alain (SUP). Crédits : Champagne, Alain (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alain Champagne, « Brouage – Maison Champlain », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/756

Haut de page

Responsable d'opération

Alain Champagne

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals