Navigation – Plan du site
2007

Igé – Le Crochemélier

Responsable(s) des opérations : Fabien Delrieu
Notice rédigée par : Fabien Delrieu

Texte intégral

Date de l'opération : 2007 (SD)
Inventeur(s) : Delrieu Fabien (SRA)

1L’éperon barré d’Igé, le Crochemelier est situé dans le Perche au sud-est de l’actuel département de l’Orne. D’un point de vue géologique, il est implanté sur la bordure méridionale d’un plateau de calcaire jurassique dont l’extrémité est constituée par des plaquages de sable du Perche. Au niveau topographique, il correspond à un petit éperon naturel d’environ 8 000 m 2de surface délimité au sud, à l’est et à l’ouest par de petits ruisseaux qu’il surplombe d’une vingtaine mètres de hauteur. Au nord, il est séparé du reste du plateau par un système défensif constitué d’un talus précédé d’un fossé relativement large mais qui semble peu profond. Une seule interruption est visible dans la partie ouest de cette fortification, d’une largeur d’environ 3 m, elle sert encore de voie d’accès au centre de l’éperon. Il est pour l’heure impossible de savoir si elle correspond à l’entrée ancienne du site ou si elle a été aménagée récemment.

2L’éperon du Crochemélier fut découvert dans les années 1860 par le docteur Jousset. Suite à plusieurs terrassements destructeurs menés sur le rempart entre 1866 et 1871, il a pu recueillir un lot de mobilier (Jousset, 1867) constitué d’une vingtaine de tessons, de deux fusaïoles et de plusieurs objets en bronze (la partie distale d’une épée « en langue de carpe », un ciseau à douille, un poignard à douille et une hache à aileron). L’ensemble est actuellement conservé au musée des Beaux-Arts d’Alençon. Ce lot a été étudié et dessiné par l’abbé Charles en 1875. Ce fut le premier à proposer une attribution chronologique centrée sur la période protohistorique. Par la suite aucune autre opération archéologique ne fut menée sur le site. Cependant, le docteur Jousset mentionne en 1907 la découverte de trois haches à talon provenant du site. En 1968, Guy Verron puis T. Mercier effectuent des visites sur place. De nombreux tessons sont découverts à cette occasion, remontés par des labours récemment effectués. Guy Verron les attribue au premier âge du Fer. Dans le cadre de sa maîtrise sortie en 1985, Thierry Churin propose une chronologie centrée sur le Bronze final. En fait, une bonne partie de la documentation correspondant au site du Crochemélier est issue de découvertes sporadiques et mal localisées. L’essentiel du mobilier issu des prospections du docteur Jousset semble cependant provenir du fossé. Aucune fouille ni sondage archéologique n’ont jamais été réellement entrepris sur le site.

3Le but de l’opération conduite au début de l’année 2007 était avant tout d’évaluer le potentiel archéologique de l’éperon barré du Crochemélier avant d’envisager des investigations ultérieures. Le système défensif étant encore visible et ayant été en partie documenté par les ramassages du docteur Jousset, les efforts se sont donc portés sur l’évaluation de la zone interne de l’éperon. D’une surface modeste avoisinant les 8 000 m 2, la méthode retenue a donc été celle habituellement utilisée pour les diagnostics d’archéologie préventive à savoir l’implantation de tranchées exploratoires suivie d’un échantillonnage raisonné des éventuelles structures archéologiques mises au jour. De cette manière il était possible de quantifier l’érosion des éventuels niveaux d’habitat et de préciser leur(s) attribution(s) chronologique(s). Huit tranchées couvrant environ 650 m 2au total (couverture de 8 % environ) ont donc été implantées sur l’ensemble de la surface délimitée par les pentes et le système défensif. Les structures repérées ont été échantillonnées (généralement fouillées par moitié) sauf sur certaines tranchées (n° 6 et 7) où elles ont juste été cartographiées.

4Un des objectifs principaux de cette intervention était également de vérifier le rapport chronologique entre le lot mis au jour par le docteur Jousset dans le fossé du rempart (Bronze final 3) et les éventuelles structures d’habitat repérées dans l’emprise de la fortification. Les ramassages effectués par Guy Verron et T. Mercier dans la zone interne de l’éperon barré semblaient confirmer la présence d’une occupation, plus ou moins structurée, occupant cette partie du site. Les sondages de 2007 devaient donc permettre de confirmer la concordance chronologique éventuelle entre la fortification et l’occupation interne, pour peu que celle-ci puisse être encore évaluée.

5L’évaluation de l’éperon barré du Crochemélier à Igé a donc révélé une occupation homogène centrée sur le Bronze final III. Cette opération a confirmé l’attribution chronologique envisagée pour le site à la suite de l’étude du mobilier mis au jour avant 1867 par le docteur Jousset. Ce site fait donc bien partie de la série des fortifications bas-normandes occupées à la fin du Bronze final au même titre que le Mont Joly dans le Calvados, le Castel à Flamanville dans la Manche et le Camp de Bierre à Merri dans l’Orne. Ces sites se caractérisent par une occupation centrée sur les phases moyenne (Flamanville) et récente (Merri, le Mont Joly) du Bronze final. Ils sont ensuite abandonnés au début du premier âge du Fer (Ha C) puis pour certains réoccupés au Hallstatt final (Merri). Le Crochemélier est le premier de cette série à livrer des traces d’habitat structuré. En effet, les sondages de B. Edeine sur le Mont Joly et le Castel se sont révélés trop modestes pour mettre en évidence des traces d’habitat structuré. Pour le Camp de Bierre, le niveau Bronze final a été en grande partie oblitéré par les occupations postérieures, il n’a pu être documenté que sous le rempart de la fin du premier âge du Fer, sur une surface trop modeste.

6Cette occupation se caractérise par la présence de bâtiments (au moins deux) implantés de manière assez lâche dans l’emprise protégée par le rempart (Fig. n°1 : Tranchée de fondation d’un bâtiment sur sablière basse). Leur architecture tient compte du substrat sur lequel ils sont implantés. Ainsi sur la dalle jurassique, des bâtiments sur poteaux porteurs (plus stables) ont été privilégiés. Par contre sur le sable du Perche à la densité toute relative, une sablière basse (surface porteuse plus importante) implantée dans une tranchée de fondation a été choisie. Cette expérience démontre bien que l’absence de trous de poteau sur certains sites d’habitat du Bronze final ou du premier âge du Fer en plaine peut masquer des architectures variées qui s’adaptent aux qualités et aux défauts du substrat local. La taille des bâtiments s’est révélée relativement modeste (respectivement 10,5 m 2et 15 m 2). Cette constatation n’est pas une surprise ; en effet, les bâtiments du Bronze final documentés sur les sites de hauteur comme à Catenoy, Choisy-au-Bac (Oise) ou au Hohlandsberg (Haut-Rhin), sont caractérisés par leur faible emprise au sol (souvent entre 10 m 2et 20 m 2). En Normandie, le bâtiment du Hallstatt final fouillé en 2006 au Camp de Bierre est également très modeste (10 m 2).

7La partie la plus septentrionale du site (dalle de calcaire jurassique) semble particulièrement arasée à tel point qu’il est impossible de déterminer si la faible densité des structures archéologiques est réelle ou due à l’érosion. Dans la zone où des niveaux d’occupation ont été conservés, il semble cependant que les structures archéologiques sont plus nombreuses. De ce fait, il paraît difficile de tirer des conclusions définitives sur la structure et la répartition spatiale de l’habitat dans la partie fortifiée de l’éperon.

8Il semble désormais nécessaire de documenter le système défensif du site. En effet, maintenant que sa structuration interne et son homogénéité chronologique sont établies, il faut nécessairement vérifier la relation avec le rempart et le fossé. Les découvertes faites par le docteur Jousset dans le fossé ne sont pas suffisamment bien localisées pour pouvoir prouver la contemporanéité globale de l’ensemble. De plus la datation d’un niveau de comblement du fossé ne permet pas d’attribuer chronologiquement son creusement et ses autres phases de remplissage. La structure même du rempart n’a pas été observée et sa relation avec les structures repérées en 2007 mérite une opération complémentaire. Par la suite, il paraît important de traiter les zones où les niveaux d’occupation sont conservés. Leur fouille permettra de confirmer objectivement la présence d’une seule grande phase d’occupation du site centrée sur le Bronze final III (X esiècle ou IX e siècle avant notre ère).

9DELRIEU Fabien

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Tranchée de fondation d’un bâtiment sur sablière basse

Fig. n°1 : Tranchée de fondation d’un bâtiment sur sablière basse

Auteur(s) : Delrieu, Fabien (SRA). Crédits : Delrieu, Fabien (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Tranchée de fondation d’un bâtiment sur sablière basse
Crédits Auteur(s) : Delrieu, Fabien (SRA). Crédits : Delrieu, Fabien (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Fabien Delrieu, « Igé – Le Crochemélier », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7563

Haut de page

Responsable d'opération

Fabien Delrieu

SRA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals