Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie2018Projets collectifs de recherchePatrimoines des vestiges de la Se...

2018
Projets collectifs de recherche

Patrimoines des vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie occidentale

Projet collectif de recherche (2018)
Responsable d’opération : Stéphane Lamache
Notice rédigée avec Cyrille Billard, Anne Ropars et Benoît Labbey

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Caen Normandie

Texte intégral

1Lancé en 2015, ce projet collectif de recherche vise à inventorier dans les départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne tous les éléments du dernier conflit qui sont conservés, disparus ou enfouis. Il s’appuie à la fois sur des études documentaires, des enquêtes de terrain ainsi que sur une base de données. Cette opération coordonnée par l’université de Caen et la Drac s’est jusqu’à présent appuyée sur le soutien financier de la Drac et des trois départements de l’ex-Basse-Normandie. Elle bénéficie également d’un soutien fort de l’Inrap. En 2018, les secteurs du Débarquement et une vaste portion du secteur littoral normand, entre Ouistreham (14) et Cherbourg (50), ont été couverts. Dans la Manche, la prospection s’est poursuivie sur l’agglomération de Cherbourg, sur le canton de Portbail-Carteret en collaboration avec Jean Barros, ainsi que sur de nombreux compléments sur les zones déjà couvertes.

2Le secteur de Cherbourg offre certaines difficultés inhérentes à un site très militarisé (« forteresse » de Cherbourg), de surcroît en milieu urbain. Il n’existe aucun plan d’ensemble, aucun inventaire de quelque sorte concernant les ouvrages réalisés par l’Occupant dans les propriétés privées de cette ville. Souvent réquisitionnées par les Allemands, les belles demeures ont fait l’objet de modifications ou, le plus souvent, on leur a adjoint un abri afin de protéger les personnels militaires lors des attaques aériennes (fig. 1). Certains de ces abris ont dû être détruits. Dans l’arrière-cour du lycée Victor-Grignard à Cherbourg, deux immenses abris en béton de type LS 200 ont été effacés en 1952 grâce à une méthode inédite : leur enfouissement. On creusa sous les ouvrages en béton afin de les faire reposer sur d’énormes plots remplis de sable. Lorsque les deux LS 200 reposèrent entièrement sur ces « boîtes à sable », on vida ces dernières de leur contenu et les abris s’enfoncèrent à tout jamais dans le sous-sol. Il suffit alors de bitumer toute la surface du sol de la cour pour voir disparaître leur toit.

Fig. 1 – Cherbourg, rue de l’Alma : ouvrage conservé dans le tissu urbain

Fig. 1 – Cherbourg, rue de l’Alma : ouvrage conservé dans le tissu urbain

Cliché : S. Lamache (université de Caen Normandie).

3Dans le Calvados, la prospection s’est poursuivie avec l’achèvement de la zone côtière du marais de Carentan, l’étude de l’agglomération caennaise, des compléments sur les zones déjà étudiées, ainsi que la zone de Douvres-la-Délivrande, Bény-sur-Mer et Merville-Franceville. Implantée à 5 km du front de mer, la station de Douvres-Bény représentait en 1944 le principal site lié à la détection d’avions ennemis. Ce centre névralgique centralisait toutes les données transmises par les sites radars secondaires installés tout le long de la côte du Calvados. Une importante garnison de 230 hommes rattachée à la Luftwaffe (armée de l’air allemande) occupait le site et assurait son fonctionnement et sa protection.

4Dans l’Orne, le travail de reconnaissance des grandes forêts domaniales se prolonge dans l’attente de la couverture LiDAR en 2019 qui devrait donner une nouvelle dimension dans la perception des ouvrages. Ces grands domaines forestiers constituent une zone d’étude privilégiée des installations logistiques (dépôts) et camps de détention de la Seconde Guerre mondiale. La Drac et l’Office national des forêts ont décidé de faire réaliser un relevé LiDAR (relevé aéroporté) qui permettra l’acquisition de données topographiques et forestières de grande précision, sur une superficie d’environ 20 000 ha couvrant les massifs d’Écouves, des Andaines et de Bourse.

5En parallèle, un travail thématique a été réalisé sur les aérodromes alliés et sur les ponts Bailey. Un autre travail de terrain a été mené sur les camps de prisonniers de la région de Cherbourg, dont l’emprise fut considérable.

6L’année 2018 a été également l’occasion de s’interroger sur l’apport des sources, notamment les cartes des services de renseignements alliés. Dans le cadre des nombreuses missions de reconnaissance aérienne de la Royal Air Force au-dessus des côtes, les cartes produites se sont peu à peu révélées d’un grand intérêt, bien que parfois d’une utilisation difficile.

7Dans le Calvados, le travail d’inventaire met également en évidence une ligne de défense secondaire légère qui était insoupçonnée. En étendant nos recherches à certains secteurs situés en arrière du front de mer, l’étude de photographies aériennes datant de 1944 à 1947 a révélé la présence de positions défensives attribuables aux troupes allemandes et ne figurant pas sur les cartes d’état-major de la Heer (armée de terre allemande). En dehors de quelques rares soutes à munitions bâties en moellons calcaires et béton armé, tous les ouvrages sont construits en bois et recouverts de terre.

8Ces positions dites « légères », qui n’ont souvent jamais reçu de numéro de code, sont systématiquement implantées sur des hauteurs, des lignes de crêtes offrant un très bon point de vue sur la mer et sont presque toutes comprises dans une bande distante d’environ 2 à 3 km du rivage, surtout entre Courseulles-sur-Mer et Ouistreham.

9Si l’existence d’un landfront (front terrestre constitué de positions fortifiées réalisées en terre et bois et destinées à protéger un port d’une attaque à revers depuis l’intérieur des terres) est attestée pour des secteurs comme Cherbourg ou Le Havre, la présence d’une ligne défensive secondaire sur le littoral du Calvados était grandement méconnue.

10L’analyse des photographies aériennes de 1945 et 1946 met également en évidence des ouvrages de défense légers, en particulier dans les grands massifs dunaires du canton de Portbail-Carteret, qu’il est encore difficile de caractériser. Dans ce secteur, trois ensembles importants correspondent probablement à un système de défense légère de type pieux. Plusieurs types de structures apparaissent en particulier à Saint-Lô-d’Ourville (fig. 2) : des alignements de plusieurs lignes de poteaux probables, parallèles avec une distance inter-pieux mesurant 4 ou 6 m. L’organisation générale de ces aménagements est tout à fait inattendue puisqu’elle ne prend pas la forme d’une ligne de barrières parallèle à la ligne de côtes, mais celle d’une multitude de petits segments aux multiples orientations et dont l’organisation est difficile à percevoir.

Fig. 2 – Carte du site de Saint-Lô-d’Ourville-S1

Fig. 2 – Carte du site de Saint-Lô-d’Ourville-S1

DAO : C. Billard (SRA).

11Au nord du havre de Carteret, sur le site Baubigny-S001, on discerne une ligne presque continue qui mesure 3 200 m de longueur et dont l’écartement inter-pieux est de 20 m, avec à l’arrière un ensemble de pieux disposés de manière régulière avec un espacement inter-pieux de 41 m environ. Entre système de protection rapprochée et systèmes pour empêcher l’atterrissage des engins volants, le doute subsiste et il conviendra de mieux documenter ces aménagements.

12Les destructions de vestiges de cette période constatées en 2018 restent malheureusement très fréquentes : destructions au fort de Chavagnac (rade de Cherbourg), « déplacement » d’un tobrouk à Quinéville, destruction des abris de la gare de Caen, incendie du bunker de l’école de voile de Mondeville, destruction du bungalow UK100 de l’allée du Nice Caennais à Caen (bungalow d’urgence de type UK100, de fabrication américaine, destiné à l’hébergement d’urgence jusqu’en 1945), etc. De nouvelles fresques ont été découvertes et enregistrées à Anguerny (14) ainsi qu’à Fresville (50). Cette dernière œuvre a été réalisée en 1941 et porte la maxime écrite en gothique (« Wasser im Stiefel, Wein im Magen, das kann jeder Pionier vertragen ») qui peut être traduite ainsi : « De l’eau dans la botte, du vin dans l’estomac, voilà ce que peut supporter/ce qui convient à tout sapeur » (fig. 3).

Fig. 3 – Fresville, le Bourg : vue de détail de la fresque

Fig. 3 – Fresville, le Bourg : vue de détail de la fresque

Cliché : C. Billard (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Cherbourg, rue de l’Alma : ouvrage conservé dans le tissu urbain
Crédits Cliché : S. Lamache (université de Caen Normandie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/75758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 2 – Carte du site de Saint-Lô-d’Ourville-S1
Crédits DAO : C. Billard (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/75758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre Fig. 3 – Fresville, le Bourg : vue de détail de la fresque
Crédits Cliché : C. Billard (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/75758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lamache, Cyrille Billard, Anne Ropars et Benoît Labbey, « Patrimoines des vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie occidentale » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/75758

Haut de page

Auteurs

Cyrille Billard

Drac Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Anne Ropars

Drac Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Stéphane Lamache

Université de Caen Normandie

Articles du même auteur

Benoît Labbey

Université de Caen Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Lamache

Université de Caen Normandie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search