Navigation – Plan du site
2007

Ahaxe-Alciette-Bascassan – Maison forte de Dorrea

Responsable(s) des opérations : Benoît Duvivier
Notice rédigée par : Benoît Duvivier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025148

Date de l'opération : 2007 (SD)

1Cette opération fait suite à celle réalisée en 2005 sur le château d’Ahaxe (relevé, sondage et nettoyage d’une fouille clandestine).

2Ce château fait preuve d’une architecture nettement orientée sur l’aspect défensif et militaire par opposition à celle des maisons fortes généralement rencontrées au Pays basque.

3Il possède toutes les caractéristiques d’une ancienne motte possédant une basse-cour avec son enceinte, et un donjon lui-même protégé par une enceinte supérieure.

4Les résultats des premières études avaient mis en évidence plusieurs incertitudes :

5    • imprécision dans le tracé et l’accès de la première enceinte,

6    • absence de matériel représentatif suite au curage et à la destruction des couches archéologiques au droit du sondage clandestin au centre de la tour,

7    • pauvreté des documents historiques.

8Il convenait d’étendre les recherches à l’intérieur du donjon et de les orienter sur son environnement extérieur immédiat.

9Une autorisation a été délivrée pour réaliser une tranchée dont le départ se situe à l’intérieur du donjon, au droit des fondations, et se poursuivant à l’extérieur jusqu’à l’enceinte.

10 Sondage à l’intérieur de la tour

11 Un sondage de 1 m² a été effectué avec pour objectif de vérifier les résultats obtenus au droit du sondage clandestin, de repérer un ou des niveaux d’occupation ainsi que la base des fondations de la tour.

12Ce sondage a eu pour résultat de révéler la présence d’une épaisse couche composée de restes de petits mammifères (rongeurs, etc.) reposant sur une couche de destruction (tuiles, briques, etc.) confirmant les résultats du premier sondage. Ces restes proviennent de la présence d’une porte d’accès au premier étage ayant pu servir d’habitat pour de nombreuses générations d’oiseaux de proie, à l’origine de l’accumulation d’une épaisse couche de pelotes de déjection. Son épaisseur prouve une longue période d’inoccupation de la tour après son abandon.

13Une très fine couche compacte avec quelques traces de charbons de bois recouvre ensuite une couche d’argile jaune issue de la décomposition du substratum ophitique ; associée à de gros blocs d’ophite elle ne donne aucune indication particulière (pas de matériel).

14La découverte d’un objet métallique (pointe, épée ?) coincé entre des blocs et la paroi de la tour, ainsi que d’une monnaie illisible, ne permet pas d’apporter de renseignements complémentaires. La base de la fondation a été atteinte à 1,60 m sous le niveau du seuil d’entrée, soit 1,00 m sous le niveau actuel du sol.

15Ce sondage confirme donc les premiers résultats constatés au centre de la tour à savoir l’élimination d’une épaisse couche de sédiments (dont les niveaux d’occupation médiévaux), évacuée à l’extérieur de la tour.

16 Tranchée extérieure

17 Une tranchée d’un mètre de largeur sur sept mètres de longueur a été réalisée depuis le parement extérieur de la tour jusqu’à l’emplacement présumé de l’enceinte supérieure.

18 Un sol constitué de galets a été dégagé au droit de la tour, mais il a été très vite constaté, du fait de la présence de céramiques postmédiévales à modernes, une destruction des couches archéologiques résultant probablement d’un ratissage de la zone.

19 Un sondage de 2 m² n’a pu être prolongé au-delà de 0,50 m de profondeur en raison de l’apparition de très gros blocs d’ophite s’étendant au-delà des limites de la tranchée.

20Les restes de l’enceinte ont été repérés au droit de la tranchée ; c’est contre le parement intérieur subsistant qu’ont été découverts quelques tessons de céramique médiévale confirmant l’hypothèse d’un curage et d’une évacuation des déblais vers l’extérieur.

21À l’emplacement de l’enceinte ponctuellement disparue, se développe une surface rubéfiée à laquelle sont associés de nombreux restes osseux.

22 À l’extrémité de la tranchée, l’amorce d’un mur perpendiculaire à l’enceinte matérialise la présence d’une construction adossée.

23 Cette opération a permis de restituer l’emplacement de l’enceinte supérieure, mais a malheureusement confirmé la destruction et le bouleversement des couches superficielles archéologiques dans les zones fouillées. Malgré ces résultats, il ne faut pas sous-estimer l’intérêt de ce site mal connu et menacé de disparition.

24 (Fig. n°1 : Localisation de l’opération) et (Fig. n°2 : Coupe stratigraphique)

25DUVIVIER Benoit

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation de l’opération

Fig. n°1 : Localisation de l’opération

(2007)

Fig. n°2 : Coupe stratigraphique

Fig. n°2 : Coupe stratigraphique

(2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation de l’opération
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. n°2 : Coupe stratigraphique
Crédits (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7581/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Benoît Duvivier, « Ahaxe-Alciette-Bascassan – Maison forte de Dorrea », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7581

Haut de page

Responsable d'opération

Benoît Duvivier

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals