Navigation – Plan du site
2007

Mouliets-et-Villemartin – Lacoste

Responsable(s) des opérations : Isabelle Kérouanton
Notice rédigée par : Isabelle Kérouanton

Entrées d’index

Chronologique :

âge du Fer

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025091

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Le site de Lacoste est connu depuis 1954 et des opérations de fouille ont déjà été menées à proximité immédiate du projet de gazoduc dès la fin des années 1960, sous la responsabilité du découvreur, M. Sireix, et de R. Boudet ou C. Sireix. Il s’agit d’une agglomération de l’âge du Fer qui se développe sur plusieurs hectares. Elle comprend des zones d’habitat, une nécropole, des fours de potiers.

2L’objectif de l’opération était d’avoir une vision en continu des différentes zones connues afin d’évaluer la nature et la densité des vestiges, ainsi que d’établir leurs relations. Ponctuellement, il a été nécessaire de mettre en oeuvre des sondages profonds dans le but d’appréhender la puissance des dépôts archéologiques.

3Un décapage a été réalisé sur un peu moins de la moitié de la largeur de l’emprise du gazoduc, soit 4 m, et sur un linéaire de 600 m. La profondeur moyenne de l’apparition des vestiges archéologiques est à 0,40 m. Il a été procédé par rétro-décapage mécanique en prenant soin de s'arrêter au niveau d'apparition des structures ou des concentrations de vestiges archéologiques.

4Quelques sondages profonds ont été réalisés à la pelle mécanique, de dimension de 2 m x 2 m, jusqu’aux dépôts graveleux de la terrasse alluviale. Les structures ont été relevées au fur et à mesure et le mobilier enregistré par US ou par tranches d’épaisseur de 0,10 m maximum.

5Les déblais ont été stockés le long de la zone décapée. En cours et en fin de chantier, l’ensemble de la zone décapée a été rebouché.

6Un sondage manuel a été réalisé près du centre supposé du site : il a livré 16 kg de céramique répartis en onze niveaux de décapage. L’examen trop rapide du matériel issu de ce sondage, et le caractère trop exigu de la zone test, ne permet pas de préciser l’attribution chronologique de ces mobiliers, ni de vérifier l’adéquation entre nos niveaux de décapages et les niveaux d’occupation observés à l’occasion des fouilles antérieures.

7Pour mémoire, quatre niveaux ont alors été différenciés :

8    - niveaux 0 et 1, datés de la première moitié du Ier s. av. J.-C ;

9    - niveau 2, daté du début du Ier s. av. J.-C à  la fin du IIe s. ;

10    - niveaux 3 et 4, datés de la première moitié du IIe s. av. J.-C à la fin du IIIe s.

11Les résultats du diagnostic sont donc positifs, non pas dans le sens d’avoir mis au jour un site archéologique, mais parce qu’il a permis de préciser les limites de celui-ci. La zone d’occupation principale mesure une centaine de mètres de long (entre 360 m et 480 m de l’extrémité sud du décapage). Le sondage manuel réalisé dans cette zone (à 430 m de l’extrémité sud du décapage) montre que les niveaux archéologiques de l’âge du Fer sont conservés sur 0,20 m à 0,30 m, et il paraît évident que les couches supérieures ont été considérablement perturbées par les labours, plus ou moins anciens. Quelques structures ont pu être mises en évidence en bordure de cette occupation principale, dans une bande test située vers 490 m, prouvant ainsi qu’il est tout à fait envisageable de mettre au jour davantage de structures en creux, pour peu qu’elles aient été creusées pour partie dans les niveaux inférieurs de sables bruns. En effet, en surface des niveaux anthropisés, les limons sableux et l’abondance du mobilier (épandage de céramiques) rendent impossible une lecture rapide. Un nettoyage plus soigné, qui n'a pu être affectué dans le cadre limité du diagnostic, permettrait peut-être de mettre en évidence ces structures dès les limons supérieurs.

12L’occupation de l’âge du Fer n’est cependant pas limitée à cette zone. En effet, le niveau organique est présent dans la zone sud du diagnostic (au sud du chemin d’exploitation) et les mobiliers y sont également très abondants. Enfin, plusieurs structures en creux ont pu être mises au jour dans la partie située le plus au sud, là où la grave apparaît dès 0,60 m à 0,80 m de profondeur sous le sol actuel et où le niveau anthropisé superficiel n’est pas présent.

13Par contre, si le diagnostic est positif, il ne permet pas de répondre à la question de la nature du site : oppidumde plaine ? Gageons que les résultats de la fouille à venir apporteront des éléments de réponse.

14 (Fig. n°1 : Objets métalliques)

15Kerouanton Isabelle

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Objets métalliques

Fig. n°1 : Objets métalliques

INRAP (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Objets métalliques
Crédits INRAP (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Isabelle Kérouanton, « Mouliets-et-Villemartin – Lacoste », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7584

Haut de page

Responsable d'opération

Isabelle Kérouanton

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals