Navigation – Plan du site
2007

Lescar – Aménagement et extension du Château du Bilaa

Responsable(s) des opérations : Jessica Jadas
Notice rédigée par : Jessica Jadas

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025094

Date de l'opération : 2007 (SU)

1Le Château du Bilaa fut construit en 1853 et habité jusqu’en 1967 mais plusieurs incendies l’ont réduit en ruines. Il est implanté à l’extrémité d’un plateau dominant la vallée du Gave de Pau, au centre d’un espace d’une superficie de 2,5 ha enclos par une levée de terre, pour l’interprétation duquel a été classiquement proposée l’hypothèse d’un oppidum.Celui-ci a fait l’objet de plusieurs opérations archéologiques : sondages par M. Bats en 1977 à l’occasion d’une Z.A.C., sondages d’évaluation en 1991 par F. Réchin préalables à un projet de reboisement et sauvetage urgent en 1995 par F. Réchin pour un premier projet de réaménagement et d’extension du château.

2 La commune de Lescar travaille sur un nouveau programme consistant en la réhabilitation en salle des fêtes. Le projet architectural prévoit l'ajout d'une extension qui doit être dotée d'une terrasse.

3 L’opération a consisté en un vaste décapage de la zone d’emprise du futur bâtiment. Sa superficie représente approximativement 650 m2 et il a été pratiqué sur 0,20 m à 0,30 m de profondeur jusqu’à l’argile ocre jaune de la haute terrasse du Gave. Ce décapage n’a livré aucun vestige antérieur à ceux qui étaient liés à l’occupation du château (tuiles, vaisselle, galets et ardoises brûlés, etc.). Mais il faut signaler que sur une zone large de 10 m environ dans la partie méridionale du décapage de nombreux galets épars de petite et moyenne taille sont apparus. Ces derniers étaient trop éparpillés pour qu’ils puissent être assimilés à des fonds de cabane ou à tout autre structure circulaire semblable à celles décrites par M. Bats en 1977.

4Les seules traces d’occupation correspondent à une section du conduit d’évacuation des eaux usées du bâtiment et par deux hérissons de galets d’environ 0,50 m de large distants de 2 m l’un de l’autre pouvant correspondre à un ancien système de drainage des eaux de pluie.

5L’absence de traces d’occupation protohistorique que laisserait pourtant supposer la puissance des levées de terre qui ceinturent cet éperon barré s’explique très certainement par le fait que ce site a été très peu occupé. Comme M. Bats et F. Réchin ont pu déjà le dire, cet oppiduma sûrement servi de refuge ou n’a été occupé qu’à certaines saisons. Par ailleurs, il est tout à fait possible que le secteur ait été un peu décaissé à l’occasion des travaux de construction du château.

6 (Fig. n°1 : Carte de localisation (n° 127))

7Jadas Jessica

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Carte de localisation (n° 127)

Fig. n°1 : Carte de localisation (n° 127)

Bigot Olivier, SRA Aquitaine et IGN (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Carte de localisation (n° 127)
Crédits Bigot Olivier, SRA Aquitaine et IGN (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jessica Jadas, « Lescar – Aménagement et extension du Château du Bilaa », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7596

Haut de page

Responsable d'opération

Jessica Jadas

DOC

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals