Navigation – Plan du site
2007

Archéologie pastorale en Vallée d’Ossau

Responsable(s) des opérations : Christine Rendu
Notice rédigée par : Carine Calastrenc, Mélanie Le Couédic et Christine Rendu

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025136

Date de l'opération : 2007 (PC)

1Les travaux d’archéologie pastorale entrepris à Anéou depuis 2004 sont inclus dans le PCR « Dynamiques sociales, spatiales et environnementales dans les Pyrénées centrales » co-dirigé par C. Rendu (UMR 5136-Framespa) et D. Galop (UMR 5602-GEODE). Ils visent à saisir, à partir d’une zone atelier restreinte, l’estive d’Anéou, l’histoire et les transformations des systèmes d’estivage de la haute vallée d’Ossau dans la longue durée. La première étape de cette recherche, débutée en 2004, comprend la prospection exhaustive des 1 256 ha de ce quartier de pâturage et la datation des principaux types de sites observés à partir des relevés de surface par sondage (entrepris depuis 2005).

2 Fin 2006, les onze sondages réalisés documentaient principalement l’âge du Bronze, la transition Antiquité-haut Moyen Âge et l’époque Moderne.

3 Les travaux 2007, basés sur les deux campagnes précédentes, ont consisté d’une part en l’achèvement des prospections pédestres systématiques de l’estive avec localisation des sites au moyen d’un GPS différentiel et, d’autre part, en la réalisation de 18 sondages archéologiques. Les sondages réalisés en 2007 visaient essentiellement à éclairer le hiatus entre le VIIe s. et le XVIIe s. de notre ère. La difficulté à repérer, d’après les images de surface des sites, une catégorie d’arasement intermédiaire entre les structures à micro-relief et celles conservées sur plusieurs niveaux d’assises, a conduit à choisir les constructions apparaissant comme les plus anciennes parmi les structures en élévation. Celles-ci ont fait l’objet de dix sondages. Les huit autres ont été consacrés à des structures à l’état de micro-relief et visaient à compléter l’approche diachronique des sites et des secteurs abordés.

4Pour la première catégorie, les sondages ont fourni huit stratigraphies monophasées et deux polyphasées. Sur les sites à niveau d’occupation unique, six se rattachent aux périodes modernes et contemporaines (La Glère, structure 101 ; La Gradillière, structures 120, 121, 405 ; Caillaoulat, structure 446 ; Tourmont, structure 333) et deux à une période antérieure (La Glère, structures 102 et 487). Dans les deux autres sites, sous le niveau d’occupation moderne-contemporain, a été mis en évidence soit un niveau du début de l’époque moderne (Tourmont, cabane sous paroi 334) soit un niveau de l’âge du Bronze (La Gradillière, structure 113).

5 Pour la seconde catégorie, seuls quatre des huit sondages ont permis l’obtention de datations radiocarbone. La structure 450 (de Caillaoulat) a livré un niveau d’occupation de l’âge du Bronze, les structures 348 et 350 ont confirmé l’appartenance de l’entité 149 de Tourmont à la transition Antiquité tardive-haut Moyen Âge ; la structure 488 de la Gradillière a quant à elle livré un niveau d’occupation compris entre le bas Moyen Âge et l’époque moderne (voir tableau).

6 Malgré le caractère globalement récent des structures en élévation, plusieurs configurations (occupations successives reconnues au sein d'un même sondage ou bien structures à niveau d’occupation unique appartenant à la même entité mais diachrones) commencent à éclairer la transition entre le bas Moyen Âge et l’époque moderne.

7 Outre la structure 334 dont l’occupation moderne repose sur un niveau daté des XVe s.-XVIIe s. qui peut être soit une occupation, soit un remblai, cette transition est essentiellement éclairée au sein des entités 36 à La Glère et 172 à La Gradillère. L’entité 36 se compose de six structures regroupées en deux sous-ensembles. À l’ouest, la structure principale a été datée du XIIIe s. Il s’agit d’un enclos (str. 102) de 36 m2, d’état d’arasement moyen (une assise visible, qui comporte sur sa bordure ouest la trace d’une possible structure ou d’une séparation interne, en tout cas, a priori,pas d’une cabane : str. 104). Le sous-ensemble situé à l’est comprend deux structures principales : la structure 101, une cabane datée des XVIIIe s.-XXe s. et, à environ 3 m au sud, la structure 103, un enclos qui, d’après son bon état de conservation, lui est probablement associé. Dans la continuité de la structure 103, mais sans doute antérieures, apparaissent deux traces de structures plus effacées : les structures 105 et 106. Une relative continuité existe donc au sein de cette entité, marquée par la succession d’au moins deux occupations aux caractères assez tranchés tant en ce qui concerne les enclos (forme et état de conservation) que-surtout-les-cabanes puisque si la structure 101 est de construction assez massive rien ne laisse, pour l’instant, apparaître l’existence d’une cabane médiévale.

8 Le couple de structure 405 et 488 qui forme à La Gradillière l’entité 172 illustre sous un autre angle le même problème. La cabane 405 (XVIIIe s.-XXe s.) de dimensions à peu près équivalentes à la 101 bien que plus arasée (deux assises visibles) semble succéder assez immédiatement à la structure 488, située juste au nord et datée, elle, des années 1420-1620 Cal. AD. Cette structure est pour l’instant, en raison de l’étroitesse du sondage, difficile à cerner. Ses murs sont effacés, mais elle a pu être épierrée au profit de la 405 ; par ailleurs, même si ses dimensions paraissent être celles d'une cabane, elle peut aussi correspondre à une structure de parcage. Cette structure 488 constitue pour l’instant le seul exemplaire d’un habitat (?) se rattachant à la fin du Moyen Âge ou du moins se rapprochant de cette période.

9Face à cette difficulté à appréhender aussi bien en prospection qu’en fouille les habitats médiévaux, les résultats des sondages 2007 montrent en revanche une assez forte homogénéité typologique du groupe des cabanes modernes à contemporaines. Celles qui ont été datées cette année (str. 101, 405, 333, 334 et 446) se présentent comme des structures quadrangulaires, de 12 m2 à 15 m2 de superficie extérieure, dotées de deux niveaux d’assise visibles au moins. Au sein des entités, ces cabanes modernes-contemporaines, assez homogènes, ne sont pas toujours associées à des enclos : les structures 405, 333 et 334 sont isolées. Lorsqu’elles le sont, les enclos présentent une certaine diversité : plusieurs enclos quadrangulaires en connexion pour la structure d’habitat 446 (E 181) de Caillaoulat, un seul enclos éloigné de quelques mètres de la cabane 101, pour l’entité 36 de La Glère.

10 Enfin, toujours pour ce groupe de structures modernes-contemporaines, il existe un groupe d’enclos spécifique qu’il est pour l’instant impossible d’associer de façon claire à des cabanes, mais qu’illustrent bien les structures 113 (E 38) et 120 (E 41). Dans les deux cas, il s’agit d’enclos allongés et étroits relativement isolés qui pourraient s’apparenter à des enclos de traite. L’entité 41 posait la question de la fonction d’une petite structure de type cabane accolée à l’extrémité ouverte de l’enclos (str. 121). La fouille a révélé à l’intérieur de la structure et de l’enclos des niveaux sédimentaires d’une texture à peu près identique (cailloutis ennoyé dans une matrice meuble avec des nodules compacts) suggérant un niveau de parcage. La structure 121 n’est donc pas une cabane, mais plutôt une annexe de l’enclos destinée elle aussi au bétail. La question se pose donc, pour la structure 113 comme pour les structures 120-121, de l’habitat avec lequel elles ont fonctionné. Sur l’ensemble du quartier de La Gradillière il n’existe qu’une seule cabane récente, la structure 116, qui pourrait avoir eu ce rôle. Située à environ 20 m de la structure 113 et 40 m des structures connues par les enquêtes ethnographiques, de regroupement de plusieurs bergers au sein d’une seule cabane, mais gérant des troupeaux différents à partir de parcs de traite distincts.

11Les sondages 2007 visaient aussi à poursuivre une appréhension de l’histoire des quartiers d’Anéou sur le temps long. À La Gradillière, à Caillaoulat et à Tourmount, une série de sondages a ainsi documenté des occupations beaucoup plus anciennes, remontant à l’âge du Bronze ou à la transition Antiquité tardive-haut Moyen Âge.

12 À La Gradillière, soit à environ 500 m des structures 8, 9 et 14 datées en 2005 de l’âge du Bronze, la structure 113 a révélé à 0,40 m sous le niveau moderne-contemporain, un niveau de sol en place daté de 1890-1690 Cal. BC. L’assez grande quantité de céramique, la présence de charbons et de nodules de terre rubéfiée suggèrent un habitat, et même un habitat structuré, plutôt qu’une zone de parcage. À cette occupation bien avérée s’ajoutent les traces, plus difficiles à interpréter pour l’instant, des structures 403-404 qui, architecturalement, paraissent anciennes (état très arasé). Il n’en demeure pas moins que le niveau d’occupation repéré lors de la fouille repose sur un fort niveau de colluvions dans lequel se trouve en mélange du mobilier céramique d’allure protohistorique. Ce mobilier faiblement roulé pourrait provenir du démantèlement de sites proches.

13Avec des datations qui, dès la première année de sondage, s’échelonnent sur le Bronze ancien, la fin du Moyen Âge puis toute l’époque moderne-contemporaine, La Gradillière laisse entrevoir un fort potentiel. À moyen terme, il semble que ce petit bassin doté d’une unique topographique marquée puisse éclairer des logiques d’occupation propres contrastant éventuellement avec celles des autres quartiers.

14 (Fig. n°1 : Tableau synthétique des résultats et des datations des sondages 2007) et (Fig. n°2 : En haut à gauche : Entité 36 (Str. 101-106) - Cabane La Glère ; En haut à droite : Entité 41 (Str. 120-124) - Caillaoulat ; Ci-dessus, à gauche : Entité 172 (Str. 405 et 488) - La Gradillière ; Ci-dessus, à droite : Entité 38 (Str. 113-115) - La Gradillière.)

15Rendu Christine, Calastrenc Carine et Le Couédic Mélanie

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Tableau synthétique des résultats et des datations des sondages 2007

Fig. n°1 : Tableau synthétique des résultats et des datations des sondages 2007

Rendu Christine, CNRS (2007)

Fig. n°2 : En haut à gauche : Entité 36 (Str. 101-106) - Cabane La Glère ; En haut à droite : Entité 41 (Str. 120-124) - Caillaoulat ; Ci-dessus, à gauche : Entité 172 (Str. 405 et 488) - La Gradillière ; Ci-dessus, à droite : Entité 38 (Str. 113-115) - La Gradillière.

Fig. n°2 : En haut à gauche : Entité 36 (Str. 101-106) - Cabane La Glère ; En haut à droite : Entité 41 (Str. 120-124) - Caillaoulat ; Ci-dessus, à gauche : Entité 172 (Str. 405 et 488) - La Gradillière ; Ci-dessus, à droite : Entité 38 (Str. 113-115) - La Gradillière.

Rendu Christine, CNRS (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Tableau synthétique des résultats et des datations des sondages 2007
Crédits Rendu Christine, CNRS (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. n°2 : En haut à gauche : Entité 36 (Str. 101-106) - Cabane La Glère ; En haut à droite : Entité 41 (Str. 120-124) - Caillaoulat ; Ci-dessus, à gauche : Entité 172 (Str. 405 et 488) - La Gradillière ; Ci-dessus, à droite : Entité 38 (Str. 113-115) - La Gradillière.
Crédits Rendu Christine, CNRS (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Carine Calastrenc, Mélanie Le Couédic et Christine Rendu, « Archéologie pastorale en Vallée d’Ossau », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7604

Haut de page

Responsables d'opération

Carine Calastrenc

Mélanie Le Couédic

Christine Rendu

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals